Tour de France 2020. Etape 1 et 2 : Nice et l’arrière-pays sous le feu des projecteurs

Cette année, la Métropole Nice Côte d’Azur est à l’honneur puisqu’elle accueille ce week-end le départ et l’arrivée les deux premières étapes de la 107ème édition de la Grande Boucle. La troisième partira également de Nice. Une occasion en or pour la ville et l’arrière-pays de mettre en avant ses nombreux atouts touristiques.

Tour de France 2020. Etape 1 et 2 : Nice et l’arrière-pays sous le feu des projecteurs 1
Près de 40 ans après avoir donné le départ du Tour de France 1981, la ville de Nice accueille une nouvelle fois le « Grand Départ » pour la 107ème édition de la Grande Boucle. @ASO Pauline Ballet 

Les dates sont inédites (29 août – 20 septembre) mais le parcours annoncé demeure inchangé. Si la plus grande épreuve cycliste au monde s’élance dans « une bulle sanitaire », elle ne manquera pas pour autant de saveur.

Capitale de la Côte d’Azur et 2ème pôle touristique du pays avec plus de 5 millions de visiteurs par an, Nice est une terre d’exception pour l’accueil des plus grands évènements culturels et sportifs. « La Côte d’Azur est un extraordinaire terrain de jeu pour ceux qui aiment se dépasser » résumait David Lisnard, maire de Cannes et président du Comité Régional de Tourisme Côte d’Azur, lors de sa venue à Paris l’hiver dernier.

C’est donc depuis la 5ème ville de France que sera donné ce samedi 29 août le Grand Départ de la 107ème édition du Tour de France. Sur une distance de 156 km, trois boucles dans l’arrière-pays permettront aux spectateurs masqués, et téléspectateurs de voir évoluer le peloton toute la journée avec une arrivée sur la Promenade des Anglais.

Le lendemain les coureurs devront gravir trois cols (La Colmiane, Turini et Eze) pour une étape de montagne (187 km) qui s’annonce spectaculaire. Le col d’Eze est d’ailleurs un emplacement de choix pour profiter de la course mais aussi bénéficier d’un panorama somptueux sur la Côte d’Azur avec le Cap Ferrat à l’Ouest et l’Italie à l’Est. Enfin le lundi 31 août, le peloton quittera l’arrière-pays niçois pour se diriger – en empruntant la route Napoléon – vers Sisteron dans les Alpes de-Haute-Provence (198 km).

Un territoire hors du commun entre mer et montagne

« Nice ne cesse de démontrer depuis toutes ces dernières années sa volonté de s’imposer comme une grande terre de vélo. Entre mer et montagne, c’est un territoire hors du commun qui s’offre à tous les passionnés de cyclisme » se félicitait l’hiver dernier Christian Estrosi, le maire de Nice. Même satisfecit pour Rudy Salles, adjoint au maire de Nice, en charge du tourisme, des affaires internationales et de l’animation des quartiers, qui parle d’une « très grande fierté de recevoir le Tour de France » et de bénéficier ainsi d’un « zoom planétaire sur le patrimoine exceptionnel de la région ».

Ceux qui séjournent dans la région à l’occasion du passage du Tour de France ne manqueront pas d’emporter leurs chaussures de randonnée. Direction, le parc national du Mercantour pour de sympathiques balades. Autre suggestion : sillonner l’arrière-pays niçois, en vélo notamment, pour profiter de la beauté des nombreux villages perchés qui seront traversés par la course, tels qu’Aspremont, Castaniers, Colomars, Carros, Gourdon, Tourettes-Levens, La Roquette-sur-Var…

Tour de France 2020. Etape 1 et 2 : Nice et l’arrière-pays sous le feu des projecteurs 2
Nice et le tramway aux couleurs du Tour de France. @ASO Pauline Ballet

Ce qu’il faut voir à Nice

La Promenade des Anglais
Cette célèbre promenade maritime, toujours élégamment fleurie qui épouse la courbe harmonieuse de la Baie des Anges, n’était à l’origine qu’un sentier large de deux mètres. C’est un Anglais, le Révérend Lewis Way, qui l’avait fait construire à ses frais en 1820. Il fut aussitôt baptisé par la population locale le « chemin des Anglais ». Dans sa forme définitive, avec deux chaussées séparées par un terre-plein planté de palmiers, la « Prom » fut inaugurée en 1931 par le Duc de Connaught, un des fils de la Reine Victoria.

Place Masséna
Le rouge de ses façades, les encadrements de fenêtres de couleur blanche, enfin les arcades, et la forme carrée de sa partie nord signent l’influence piémontaise dans l’architecture de ce lieu, centre de la ville et haut lieu du célèbre carnaval. Autrefois coupée en deux par le paillon, elle n’a trouvé son unité qu’en 1884.

Place Garibaldi
La Place Garibaldi sous laquelle on a découvert, au moment des travaux pour la première ligne du tramway, une crypte de 2000 m2 comparable aux fondations du Louvre avec les vestiges d’un ensemble fortifié datant du XIVe siècle. Cette crypte archéologique (inaugurée en 2012) est classée au titre des Monuments Historiques.

Cathédrale Sainte-Réparate
Promue cathédrale au XVIe siècle, elle est le plus vaste sanctuaire du Vieux-Nice. Inspirée des modèles architecturaux romains du début du baroque, l’édifice s’organise selon un plan basilical en croix latine. Le décor des chapelles et du chœur est particulièrement somptueux et l’intérieur est inspiré de la basilique Saint-Pierre de Rome.

L’hôtel Negresco
Construit sur la célèbre Baie des Anges en 1912 par Niermans pour le Roumain Henri Negresco, ce palace de la Belle Epoque demeure l’unique palace-musée de Nice. Classé Monument Historique depuis 2003, il abrite de nombreuses collections retraçant cinq siècles d’histoire de l’art. Les 100 chambres et 25 suites ont chacune leur propre décoration. Les styles des périodes les plus brillantes de l’art français y sont représentés de Louis XIII à l’art moderne. Classé récemment 5*, il est référencé parmi les plus beaux hôtels du monde.

Renseignements : www.nicetourisme.com ; www.nicecotedazur.org

A chaque étape, des restaurants : A Nice, le Galia et l’Influence

A chaque étape, TheFork (Tripadvisor) sélectionne des restaurant à découvrir sur la route du Tour. A Nice, la plateforme de réservation a choisi Galia, restaurant traditionnel Situé au cœur de Nice, à l’angle du port, qui propose une cuisine traditionnelle française élaborée avec des produits frais. On retrouve à cet emplacement privilégié une ambiance chaleureuse et cosy ainsi qu’une terrasse ensoleillée pour des moments de plaisirs gourmands et de détente. Autre proposition, Influence : Ce restaurant gastronomique à quelques minutes du Port de Nice, invite à découvrir des plats raffinés “influencés” par les 4 coins de la France, de la Méditerranée et même du monde. Ici, on fait confiance au chef Aurèle Gasperoni, Niçois diplômé de l’institut Bocuse.

Retrouvez ici l’ensemble des articles en lien avec l’étape du jour de ce Tour de France 2020.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

David Savary
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter