Tour de France, étape 21. Au bout du bout, Paris

Pour la toute première fois, les coureurs s’élanceront de Chatou pour de diriger vers les Champs-Elysées. Les Yvelines seront une nouvelle fois à l’honneur et cela jusqu’en 2023.

Tour de France étape 21
La Tour Eiffel est de nouveau ouverte au public muni d’un pass sanitaire @SETE Alexandre Nestora

Chatou, Poissy, Chavenay, Saint-Cyr-L’Ecole, Versailles… Un passage dans les Hauts-de-Seine à Meudon, et, enfin Paris. Les Yvelines et l’ouest parisien seront à l’honneur lors de cette dernière étape.

A voir à Chatou, ville de départ

L’île des impressionnistes
Sisley, Monet, Renoir, Degas, ou encore Manet y ont posé leur chevalet. L’actuelle île des Impressionnistes est en fait composée de plusieurs îles naturelles. C’est à la fin du XVIIIe siècle, pour créer davantage de courant et améliorer l’efficacité de la Machine de Marly, destinée initialement à alimenter en eau le château de Versailles, qu’une digue est construite entre la grande île, celle du hameau Fournaise, et l’île du Chiard, où se situe le mail.
Alors qu’Alphonse Fournaise, fabricant de canots à Chatou, loue ses bateaux, sa femme ouvre une auberge, la maison Fournaise.

La joyeuse société du XIXe échappe à la société bien-pensante du Second Empire et voilà Maupassant et Flaubert s’encanaillant auprès de belles demoiselles. Les peintres se régalent de cette ambiance joviale et créent sans compter. Renoir y peint une trentaine de tableaux dont le célébrissime Déjeuner des canotiers. Ce repaire d’artistes compte aussi Monet, Manet, Degas, Caillebotte, Courbet et bien d’autres heureux compères.
De cette époque faste, il reste le restaurant Fournaise avec ses jolis volets rouges. Cette ancienne guinguette qui menaça un temps de tomber en ruine est classée monument historique.

Le musée Fournaise
Installé dans la célèbre guinguette du XIXe siècle, le musée présente deux expositions par an et des animations tout public et jeune public toute l’année.
Les expositions : de janvier à fin mars – exposition de la collection du musée Fournaise, de mai à fin octobre/début novembre – exposition temporaire afin de découvrir un artiste ou un thème spécifique (le fauvisme, le Sidaner, Aux rames Canotiers, Félix Ziem).

Tour de France, étape 21. Au bout du bout, Paris 1
L’île des impressionnistes @Yvelines Tourisme


Le garage à bateaux
En 2011, la ville de Chatou a reçu en donation la collection de l’association Sequana comprenant trente-quatre bateaux dédiés à la pratique de la plaisance sur la Seine.
Cette collection est à ce jour, unique en France : yoles, canoës, triplette, périssoire, youyou, hirondelle, monotype. Ils sont conservés à la Gare d’Eau, lieu traditionnel de garage des bateaux au XIXe siècle et mis à l’eau à l’occasion des Journées du Patrimoine. Ils participent également à des rassemblements nautiques et des festivals.

Galerie Bessières – Art contemporain
Le 27 janvier 2018, la Galerie Bessières a ouvert ses portes dans le bâtiment historique de la Maison Levanneur, haut-lieu de l’Impressionnisme et berceau du fauvisme (atelier de Vlaminck, Derain), dont la fondation remonte au XVIIIe siècle. La Maison Levanneur est située sur le Hameau Fournaise, dans l’Île des Impressionnistes, à deux pas du musée Fournaise. Elle accueillait encore récemment le Centre National d’Édition et d’Art Imprimé.
Les 600 m2 déployés sur trois étages sont destinés à recevoir amateurs d’art et collectionneurs. La Galerie Bessières engage un ambitieux programme d’expositions de conférences et d’événements.

Église Notre-Dame de l’Assomption
Le clocher a été construit au XIIe siècle dans un pur style roman, un premier chœur a été construit au XIIIe siècle. La nef et le chœur ont été reconstruits au XVIIe siècle. La nef a été allongée en 1861 grâce à une souscription publique.
La flèche du chœur a été ajoutée par l’architecte Paul Abadie lors des réparations de l’église au lendemain de la Guerre de 1870-1871. Les vitraux datent de la fin du XIXe siècle à l’exception des vitraux de la façade sud réalisés en 1984 par le verrier Émile Chauche.

Nymphée de Soufflot
Il s’agit d’une fabrique de jardin ou « folie », construite pour abriter une source située dans un parc et visible depuis l’île de Chatou. En forme de coquille inversée, en verre et pierre meulière, elle date de 1777. Œuvre de Jacques-Germain Soufflot (l’architecte du Panthéon), elle a été construite pour Henri Bertin, seigneur de Chatou et ministre de Louis XV et de Louis XVI, en même temps que le château détruit en 1912.

A voir à Paris, ville d’arrivée

La Tour Eiffel
D’une hauteur de 300 mètres à l’origine, prolongée par la suite de nombreuses antennes culminant à 324 mètres, la Tour Eiffel, qui vient de rouvrir au pubic, est restée le bâtiment le plus élevé du monde pendant plus de 40 ans. Symbole de Paris, elle est le monument payant le plus visité au monde avec 7 millions de visiteurs par an.

Notre-Dame de Paris
Elle fut lors de son achèvement à la fin du XIVe siècle la plus grande cathédrale d’Occident. La construction s’étant étalée sur deux siècles, à l’emplacement d’anciens temples païens, le style n’est pas uniforme. La cathédrale a subi de 1844 à 1864 une restauration importante et parfois controversée dirigée par l’architecte Viollet-le-Duc.
Le 15 avril 2019, un important incendie ravage la cathédrale, détruisant la flèche et la quasi-totalité de la toiture. Le président Emmanuel Macron s’est engagé à ce qu’elle soit reconstruite en cinq ans.

Les Champs-Élysées
Considérés comme la plus belle avenue de Paris et, par les Parisiens, comme la plus belle avenue du monde. Créés en 1616 par Marie de Médicis qui décida de faire aménager dans ces champs une longue allée bordée d’arbres. Son tracé actuel jusqu’à l’Etoile est achevé en 1724. En 1838 les Champs-Élysées sont aménagés par l’architecte Jacques Hittorff.

Musée du Louvre
Chaque passage dans la capitale mérite une visite du Louvre, tant le plus grand musée de Paris recèle de trésors. Il rassemble des œuvres de l’art occidental du Moyen ge à 1848, des civilisations antiques orientales, égyptiennes, grecques, étrusques, romaines, des arts graphiques et des arts de l’Islam. De salle en salle, l’ancien palais royal dévoile ses chefs-d’œuvre : la Joconde, Le Radeau de la Méduse, la Vénus de Milo, La Victoire de Samothrace… Au total, quelque 35 000 œuvres.

Laurent Guena

Rédacteur en chef adjoint.
Contact: laurent.guena@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER