Laissez-nous respirer !

La crise sanitaire liée au Covid-19 bouleverse toujours et encore le monde du sport. Avec les dernières mesures gouvernementales annoncées, c’est un nouveau coup dur porté à ce secteur. Aussi bien pour les pratiquants que pour les spectateurs.

Jamais les décisions du gouvernement n’ont été autant critiquées sur l’ensemble du territoire. Manifestations, incompréhensions, protestations s’expriment un peu partout en France. Trop c’est trop. Laissez-nous respirer, avec un masque bien sûr, mais laissez-nous respirer.

Dans les zones placées en « alerte renforcée » (11 métropoles), des mesures restrictives fortes ont été décidées pour une durée de 15 jours. Elles concernent notamment la fermeture des salles de sport et des piscines couvertes. Grosses colères. Et notamment celle de Gilles Sezionale président de la Fédération Française de Natation, qui a adressé un courrier au Premier ministre s’étonnant que « ces mesures infondées pointent les gymnases et les salles de sport, mais permettent aux musées et aux cinémas de continuer leur activité ». Alors qu’aucun cluster n’a a été signalé dans une piscine, le dirigeant demande un peu plus de considération vis-à-vis du monde du sport. Il a raison. Parce que sinon on va finir par croire que le sport n’est pas bon pour la santé alors que le ministère passe son temps à nous marteler le contraire.

Et que dire de Roland-Garros. Se déroulant normalement fin mai-début juin, le tournoi parisien vient tout juste de débuter. Il se tient porte d’Auteuil jusqu’au 11 octobre. Au départ, il était question de 20 000 spectateurs par jour, soit environ 50% de la capacité habituelle. Le 7 septembre une jauge maximale a été fixée à 11 500 spectateurs avant d’être abaissée à 5 000 dix jours plus tard. Le 25 septembre, nouveau rebondissement avec cette jauge fixée à seulement 1 000 personnes, comme pour l’ensemble des évènements sportifs. Quasiment un huis clos. Difficile à comprendre. Et si le virus ne tue pas le tournoi, la météo pourrait s’en charger. A moins que le tout nouveau toit rétractable qui coiffe le court central Philippe-Chatrier puisse permettre à toutes les parties de se terminer. A l’extérieur il fera froid et nuit. Sale temps pour la planète.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

David Savary
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter