Waders, bottes de pêche ou pantalon de wading, que choisir ?

Vous allez à la pêche à la truite, à la carpe, à la pêche à pied ou en float tube, il va vous falloir des vêtements étanches, comme des cuissardes de pêche, un pantalon de wading ou bien les fameux waders.

Ce contenu vous est offert par Nootica.

Waders, bottes de pêche ou pantalon de wading, que choisir ? 1
© Pexels (Cottonbro)

Ne pas se tromper de modèle de bottes de pêche permet d’apprécier davantage les parties de pêche, car vous devez être au sec et au chaud, sans vous sentir limité dans vos mouvements.

Les bottes de pêche ou cuissardes

La cuissarde de pêche protège des pieds jusqu’en haut de la cuisse.

Elle est simple à enfiler, peu encombrante, et ne demande pas d’entretien particulier. Il est nécessaire de faire attention aux choix des semelles pour ne pas glisser. L’hiver, vous pouvez opter pour un modèle fourré ou l’équiper de chaussettes adaptées.

Si vous pêchez en statique et en eaux calmes, elle suffit largement. Mais dès que vous irez pêcher en rivière ou en eaux plus vives, vous apprécierez les waders.

Les waders

Avec les waders, vous pouvez vous déplacer sans risque de vous mouiller et atteindre les eaux plus profondes ou bien vous avancer dans l’eau pour lancer en arrière, sans accrocher les arbres.

Ils se différencient des simples cuissardes par la hauteur qui remonte jusque sous la poitrine et les aisselles et proposent des versions avec ou sans bottes intégrées.

Deux types de waders sont proposés avec bottes ou avec chaussons. La version botte se termine par une chaussure de type bottes de pêche, alors que la version chausson se termine par une sorte de chaussette en néoprène, destinée à être portée avec des chaussures de wading, par exemple pour la pêche à gué.

Les pantalons de wading

Les pantalons de wading pour la pêche sont également une alternative intéressante pour patauger dans une eau peu profonde. Pratiques et confortables, ils ont aussi l’avantage d’être moins chauds et épais si vous voyagez dans les pays chauds par exemple. Les fabricants travaillent beaucoup sur la technicité des tissus de ce type de vêtements s’appuyant sur les évolutions des dernières années pour proposer des tissus multi-couches de plus en plus performants, tout en étant de plus en plus légers, souples et agréables à porter.

Même si les waders sont les plus vendus, et les plus polyvalents, certains restent fidèles aux cuissardes ou se tournent vers les pantalons de wading.

Toutes les matières

Choisissez bien la matière de votre botte, Il en existe en caoutchouc (PVC) robuste et bon marché, en néoprène à la fois chaud et souple, pour assurer une meilleure imperméabilité. Ces dernières sont idéales en eau froide, pour la truite par exemple.

Pour les waders, les matières proposées sont sensiblement les mêmes que celles des cuissardes : PVC, néoprène ou respirant avec parfois des matériaux assez techniques et coûteux. Ils sont souvent plus chers que les bottes et restent plus fragiles que le PVC. Mais, on peut trouver des modèles de waders assez abordables en caoutchouc à partir de 50€.

Comme les cuissardes, les waders en PVC sont plus lourds, un peu encombrants et relativement chauds.

Le waders neoprene est plus souple. Il isole assez bien du froid mais pas de la chaleur.

Les waders en matière respirante sont les plus qualitatifs

Les waders avec bottes sont parfaitement étanches et suffisent la plupart du temps, y compris pour le float tube, si vous ne vous déplacez pas beaucoup en marchant. Si elles s’usent, il faudra changer tout le waders contrairement à la version chaussons qui est protégée par les chaussures.

Vous trouverez des pantalons de wading, des cuissardes ou des waders pour tous les types de pêche et tous les budgets. Attention, toutefois à faire le meilleur choix en fonction de leur utilisation, pour être à l’aise et au sec en toutes circonstances.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter