« En 2022, c’est l’occasion de se faire un beau voyage »

Le 27 janvier, lors de la traditionnelle cérémonie des vœux du réseau d’agences de voyages Cediv, de nombreux professionnels ont pris la parole pour signifier le retour de l’activité. De bon augure.

« En 2022, c’est l’occasion de se faire un beau voyage » 1
L’appel au voyage se fait de plus en plus sentir avec les destinations qui rouvrent progressivement leurs frontières.

« Nous commençons à voir s’éloigner le spectre de notre mise en réanimation ». Ce propos porteur d’espoir est signé Adriana Minchella, présidente du Cediv qui souhaite que les agents de voyages soient « un élément déterminant d’un retour à la normale ». D’autant plus que « l’OMS demande la levée des interdictions de voyage et invite les états à ouvrir leurs frontières ».

« Dès qu’une destination rouvre, les bookings s’enflamment »

Après « tant de souffrance » la vie repart et « les citoyens du monde peuvent reprendre les voyages ». Certains professionnels attestent de ce redémarrage. « Chez Air France, dès qu’une destination rouvre, les bookings s’enflamment » constate Raphaël, un jeune commercial qui précise que la compagnie nationale a « maintenu 90% de son réseau malgré la fermeture de nombreux pays ». Air France insiste aussi sur le service « Ready to fly » qui permet aux clients via leur smartphone d’avoir l’assurance d’être en possession de l’ensemble des documents sanitaires requis en amont de leur arrivée à l’aéroport. Le jour du départ, le parcours est ainsi plus fluide.

Un témoignage encourageant que l’on retrouve aussi chez les tour-opérateurs. « Les destinations rouvrent progressivement leurs frontières. Ça se détend. Les contraintes qui existaient sur les voyageurs ne pèsent plus. On sent chez eux une réelle envie de partir sur toutes les destinations » résume Olivia Calvin (Climats du Monde). Même sentiment pour Alain Le Breton (Austral Lagons) qui observe « depuis deux semaines, une reprise encourageante des réservations avec des appels de plus en plus nombreux ». Sûr que la République Dominicaine, la Thaïlande ou les Etats-Unis vont vite (re)devenir « bankables ».

« Les clients n’ont pas peur de partir mais ils ont peur de ne pas pouvoir rentrer »

« J’espère vraiment que 2022 sera l’année de la reprise, je suis confiant » indique Selatt Erdogan (Mondial Tourisme). Le directeur commercial précise toutefois que si « les clients n’ont pas peur de partir, ils ont en revanche peur de ne pas pouvoir rentrer ». « Avec les assurances qui couvrent le Covid, il n’y a plus aucune raison pour qu’ils ne voyagent plus » poursuit le responsable. Encore faut-il que la peur d’être bloqué à destination puisse être levée comme le fait remarquer Adriana Minchella. « Si l’on dispose d’un passe vaccinal, il faut que l’on puisse voyager librement sans obligation de test dans le pays où l’on se trouve avant de revenir en France » confirme Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage.

« Au Canada, la Covid est en train de mourir à petit feu »

Sur la mer, Patrick Le Léon (Un Océan de Croisières) se veut aussi rassurant avec « des protocoles bien respectés sur les bateaux ». Selon lui, « la demande est là mais il subsiste encore quelques freins liés à la sécurité au niveau des pays étrangers ». Basée au Québec, Marie Ravier qui représente l’agence réceptive Toundra Voyages est elle aussi convaincue de la reprise en 2022. « Au Canada, la Covid est en train de mourir à petit feu » déclare-t-elle. Et de dire « qu’au sein des grands espaces d’Amérique du Nord, la distanciation y est naturelle ».

Comme l’indique le sémillant Patrice Arezina, directeur commercial du tour-opérateur Visiteurs, « en 2022, c’est l’occasion de se faire un beau voyage. Le bon plan, c’est qu’il y a très peu de monde sur les sites naturels ou culturels ». Pas de tourisme de masse et donc l’assurance de vivre pleinement son séjour.  

Alors que tout le monde se souhaite « des jours heureux et des jours meilleurs », Adriana Minchella rappelle à ses vendeurs « la martingale » pour sortir de la crise et bien passer l’année : « volonté, solidarité et confiance ». Un triptyque gagnant à condition de « rassurer les clients pour les faire partir » a-t-elle conclu.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER