Contrats de sponsoring sportif : les compagnies aériennes vont-elles tenir ?

La crise sanitaire liée au Covid-19 frappe aussi durement les annonceurs. Investissant massivement dans le sponsoring sportif, les compagnies aériennes du Moyen-Orient (Emirates, Etihad Airways, Qatar Airways) vont-elles devoir revoir leurs priorités. Un article de France TV Sport nous éclaire sur la question.

Contrats de sponsoring sportif : les compagnies aériennes vont-elles tenir ? 1
L’Emirates Stadium où évolue le club d’Arsenal dans le Nord de Londres.

Après une longue période de confinement, le sport a repris progressivement ses droits. Malheureusement en France sans la possibilité pour les stades d’accueillir plus de 5 000 personnes. Une mesure barrière sans doute efficace mais qui met sous tension l’ensemble des annonceurs et la question de leur investissement « sponsoring ».

Le marché du marketing sportif est en souffrance. En raison de la crise et par manque de visibilité, les entreprises réduisent les budgets destinés au parrainage d’événements sportifs. Les compagnies aériennes provenant du Moyen-Orient (Emirates, Etihad Airways, Qatar Airways), et qui sont des partenaires incontournables dans le monde du sport depuis déjà de longues années, s’interrogent.

Grand habitué du sponsoring sportif, Emirates, compagnie aérienne de Dubaï, est associée à de nombreux évènements à travers le monde (Roland-Garros, US Open, Open d’Australie, Formule 1…) et de clubs de football (AC Milan, Benfica, Hambourg, Olympiakos). Emirates, nous dit France TV Sport, verse ainsi 70 millions d’euros par saison au Real Madrid ou encore 45 millions à Arsenal pour être sponsor maillot de ces clubs. Etihad Airways, compagnie aérienne issue d’Abu Dhabi, est le sponsor de Ferrari, de la MLS ou encore de Manchester City, club auquel il débourse 48 millions d’euros par an. Qatar Airways, enfin, est sponsor du Paris Saint-Germain, du FC Barcelone, du Bayern Munich, ainsi que de la FIFA ou de la Conmebol. La compagnie aérienne de l’émirat verse surtout 13,3 millions d’euros par an à l’AS Roma, l’un des plus gros contrats de sponsoring en Italie. Des chiffres qui donnent le vertige.

Un soutien financier pour mieux rayonner

Cité par le portail sportif de France Télévisions, le groupe Brand Finance, qui évalue la puissance des marques à travers le monde, indique que les entreprises issues du Moyen-Orient sont ainsi à l’origine de plus de 30% des montants issus de contrats de sponsoring auprès des 50 plus gros clubs européens de football. Des investissements qui s’expliquent par le fait que le football est un sport universel, globalisé permettant aux compagnies aériennes de toucher de multiples clients à travers le monde. Un outil aussi de soft power pour ces trois compagnies aériennes étatiques qui veulent développer le tourisme dans leur zone respective tout en augmentant leur notoriété internationale.

Mais avec la crise du Covid-19, les cartes sont rebattues. L’impossibilité de se rassembler en nombre dans les stades, les restrictions de voyages, les mises en quarantaine, affectent bien sûr les spectateurs mais aussi les investisseurs. En cas de crise, le budget communication n’est-il pas le premier secteur sacrifié. Il est évident que les compagnies du golfe vivent forcément très mal la baisse des revenus dans le secteur aérien. De nature à remettre en cause leurs engagements dans le monde du sport ? Pas forcément mais les contrats seront probablement revus à la baisse dans les années à venir. Surtout si l’on ne peut plus organiser, comme avant, des manifestations d’envergure.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

David Savary
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter