Canal des 2 Mers à vélo : musarder entre Bordeaux et Royan

Le voyage itinérant à vélo a le vent en poupe. Pourquoi ne pas essayer le Canal des 2 Mers qui relie sur 750 km la Méditerranée à l’Atlantique. Un itinéraire qui offre de belles virées le long de l’Estuaire de La Gironde, du Canal de Garonne et du Canal du Midi. Nous nous sommes contentés de pédaler entre Bordeaux et Royan, un voyage tout aussi énergisant que riche en découvertes. Prenez ma roue.

Canal des 2 Mers à vélo : musarder entre Bordeaux et Royan 1
La Gironde et la Charente offrent de belles virées le long du Canal des 2 Mers à vélo. ©David Savary

Inauguré en 2014, le Canal des 2 Mers se présente comme « un itinéraire cyclable d’exception ». Traversant sept départements de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie, le parcours offre une continuité de 100% et demeure dans sa grande majorité en site propre. Pouvant se réaliser sur un seul voyage ou par tronçons, la V80 comme on l’appelle a tout pour plaire et ne jamais lasser le cyclo-voyageur.

Bordeaux, élégance historique et modernité

Canal des 2 Mers à vélo : musarder entre Bordeaux et Royan 2
Promenade sur les quais de la Garonne. ©Didier Doustin – Bordeaux Métropole

Pour nous, c’est à Bordeaux que tout commence. Une petite balade le long des quais de la Garonne permet d’avoir un premier aperçu de la ville. D’entrevoir le Bordeaux classique avec les façades XVIIIème mais également le Bordeaux contemporain avec la traversée du pont levant Chaban-Delmas avant une incursion dans le quartier alternatif du Darwin. Une pause s’impose rive droite. C’est au restaurant « La Belle saison » que nous déjeunons. Situé au bord des berges naturelles de la Garonne, l’endroit est sympa car son jardin et sa terrasse offrent une vue panoramique sur la cité.

Ville historique de pierres et de vins, Bordeaux se prête sans complexe au cyclotourisme. Faisant la part belle aux mobilités douces, elle multiplie les occasions de balades à vélo mais aussi à pied (voir encadré). En effet la capitale de l’Aquitaine possède le premier GR métropolitain de France, avec quelque 160 km de parcours traversant 17 communes.

Porte d’entrée du grand Sud-Ouest, Bordeaux est voisine de destinations aux charmes multiples. Sur la route du Canal des 2 Mers, nous nous laissons glisser vers Margaux-Cantenac au cœur des vignobles du Médoc. Responsable de l’Itinérance vélo à Gironde Tourisme, Jacqueline Van Der Zalm-Monthus, surnommée aussi Madame Vélo, se réjouit de l’engouement croissant pour le Canal des 2 Mers à vélo. « Le confinement a accéléré les choses, la clientèle française a énormément augmenté » explique-t-elle. Avant de dire que sur cet itinéraire « très agréable aux paysages variés, de nombreuses agences proposent des séjours clés en main ».

Au beau milieu des grandes appellations viticoles

Canal des 2 Mers à vélo : musarder entre Bordeaux et Royan 3
Pour tout connaitre sur le vin, rien de mieux qu’une balade dans les vignes et les grandes propriétés. ©David Savary

Impossible donc d’aller à Margaux sans évoquer son vin considéré comme l’un des meilleurs au monde. S’il est difficile de visiter le célèbre château, il faut réserver longtemps à l’avance, nous sommes accueillis par Sylvie, guide au château Marquis de Terme qui propose des escapades à vélo sur le domaine de 40 hectares. Une balade fort agréable au milieu des vignes pour comprendre les spécificités de l’appellation Margaux. Compter 40 euros par personne pour environ 01h30 de rando vélo avec à l’issue la visite du cuvier et des chais du château. Deux dégustations sont également incluses dans la prestation.

Sylvie, guide au Château Marquis de Terme, excelle dans la présentation des chais.

Au cours de cette virée d’une dizaine de kilomètres (la maison peut fournir les vélos), c’est aussi l’occasion d’apercevoir d’autres imposants châteaux dont le fameux Margaux. Les points d’arrêt sont nombreux et donnent lieu à de sympathiques photos. À noter que le village de Margaux est relié directement à Bordeaux par une gare TER. Un peu plus au Nord, depuis le petit port de Lamarque nous prenons un bac permettant de traverser l’estuaire de la Gironde, le plus grand d’Europe, et de gagner ainsi sa rive droite en arrivant à Blaye. Ici le temps semble suspendu et l’on oublie vite les vicissitudes du quotidien.

Des facilités pour louer un vélo

Portée par ses vignobles, Blaye est également indissociable de sa citadelle inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco. C’est une ville dans la ville avec son système de défense (1,5 km de remparts) imaginé par Vauban. En son sein le restaurant La Citadelle propose un joli panorama sur l’estuaire. Au moment du coucher du soleil, c’est encore plus savoureux.

Après une nuit rêveuse et réparatrice à la chambre d’hôtes Clos Réaud (voir encadré), nous reprenons nos montures et nous nous enivrons à nouveau des paysages et villages traversés le long de la V80. L’occasion aussi pour Madame Vélo venue tout droit de Rotterdam de nous vanter les attraits et le côté pratique du Canal des 2 Mers à vélo. « Il est très facile de louer son vélo parce que les loueurs se sont organisés » précise-t-elle. Et d’affirmer qu’il est possible de « louer son vélo à Bordeaux et le restituer à Toulouse ou à Sète ». S’il faut indiquer un interlocuteur, Jacqueline Van Der Zalm-Monthus met en avant l’agence Evazio spécialisée sur les voyages à vélo partout en France.

Avant de poursuivre notre chemin sur de petites routes, nous faisons une pause pique-nique au Château des Tourtes des Vignobles Raguenot, si la météo le permet bien sûr. Marie-Pierre Lallez sa dynamique propriétaire se targue d’être le premier château viticole en France à avoir mis en place la Bulle Verte, une exploration tranquille des vignobles en vélo électrique (voir encadré).

Echappées belles en Charente

Canal des 2 Mers à vélo : musarder entre Bordeaux et Royan 4
Cabanes à carrelets en bord d’estuaire. ©David Savary

Progressivement nous quittons la Gironde pour rentrer dans le département de la Charente-Maritime. Typiques de l’estuaire de la Gironde et du littoral charentais, les cabanes à carrelets invitent à la rêverie. Perchées au-dessus de l’océan, construites sur pilotis et reliées à la terre par un ponton, elles empruntent leur nom aux filets carrés qui servent à pêcher depuis ces installations. Ces petites maisonnettes en bois de toutes les couleurs constituent un lieu privilégié pour admirer le panorama s’étendant à perte de vue. Un très bon spot aussi pour les amateurs de photos.

Avec la mer pour horizon, nous pédalons le nez au vent sur des sentiers doux et fermés aux véhicules motorisés, quel bonheur ! Nous arrivons vite sur Talmont-sur-Gironde qui n’est pas en Gironde mais… en Charente-Maritime. Perchée sur son promontoire rocheux, cette cité historique labellisée « Plus beaux Villages de France » mérite assurément une halte. L’église Sainte-Radegonde, patrimoine roman du XIIème siècle, qui domine les lieux est encore fortifiée de remparts. En s’y promenant on bénéficie de très beaux points de vue sur l’estuaire et ses carrelets. Un moment apaisant, un de plus ! Dans ce village très fleuri d’une centaine d’habitants, on se plait à flâner au fil des ruelles et placettes. D’admirer les maisons blanches aux volets bleus, de visiter les échoppes et ateliers d’artistes.

Canal des 2 Mers à vélo : musarder entre Bordeaux et Royan 5
L’église Sainte-Radegonde de Talmont, chef-d’œuvre de l’art roman au bord des flots. ©David Savary

Royan, terrain de jeu pour les sportifs et contemplateurs

Royan, terme de notre périple n’est qu’à 15 km. Nous reprenons nos deux roues, des vélos à assistance électrique, en direction du Nord. Après des sentiers balisés serpentant entre vignes et marais, nous longeons la côte. Meschers-sur-Gironde est connue pour ses habitations troglodytes dans les falaises. Un peu plus haut, sur la rive droite de l’embouchure de la Gironde, Saint-Georges-de-Didonne est appréciée pour sa forêts de pins maritimes et de chênes verts. Ça sent bon l’océan. Avec sa longue plage de sable fin, cette station balnéaire est aussi l’une des capitales nationales du char à voile.

L’arrivée sur le front de mer de Royan s’effectue tout en douceur. Chef-lieu de canton, la ville d’à peine 20 000 habitants voit sa population quintupler durant les mois d’été. Avec ses cinq plages de sable fin et leurs légendaires tentes rayées, Royan demeure un lieu de villégiature apprécié par toutes les générations.

Transportés par la respiration de la mer et de l’océan

En partie détruite durant la Seconde guerre mondiale, celle que l’on surnommait naguère « la perle de l’Atlantique » s’est relancée avec une architecture moderniste comme l’église Notre-Dame, à visiter absolument, et le Marché Central, construction emblématique des Trentes Glorieuses, en forme de coquillage ou de parachute c’est selon, qui a inspiré de nombreux bâtisseurs. Entre les villas Belle Epoque épargnées par les bombes et les villas fantaisistes construites dans les années 50 sous l’influence d’architectes brésiliens, le regard n’est jamais fatigué. Tout comme l’appétit qui se régale des mets servis au restaurant l’Arrosoir au pied de la plage de Nauzan, à Saint-Palais-sur-Mer. Une mention spéciale pour les langoustines grillées sauce wasabi.

Canal des 2 Mers à vélo : musarder entre Bordeaux et Royan 6
La plage de la Grande-Conche à Royan et ses fameuses tentes rayées. ©David Savary

Réputée pour ses bains de mer, Royan offre une large palette d’activités sportives mais aussi de bien-être avec notamment le centre Thalazur qui bichonne corps et esprit. De là, il est aisé de partir à la découverte du phare de Corduan, le plus vieux de France encore en activité. Erigé fin XVI, début XVIIème siècle, trônant en majesté au beau milieu de l’estuaire de la Gironde, ce monument classé historique renferme de nombreuses pièces. Pour ponctuer notre parcours, nous déjeunons au restaurant La Cave 1950, une bonne table courue par les gourmets royannais.

Clémence, qui représente l’Association des commerçants de Royan, nous fait une présentation des spécialités charentaises.

Entre Bordeaux, les vignobles du Médoc, Blaye, l’estuaire de la Gironde, Royan Atlantique, ce voyage itinérant nous a permis de découvrir des univers très variés assortis de nombreuses pauses culturelles et gastronomiques. Madame Vélo nous avait prévenus, « rien de mieux que l’itinéraire cyclable du Canal des 2 Mers à vélo pour voir du pays ». Elle a raison. Ce petit tronçon sur la V80 donne envie de poursuivre, de s’engager sur le Canal de la Garonne jusqu’à Toulouse, avant de prolonger sur le Canal du Midi jusqu’à Sète. Une fois prochaine.

Pour tout savoir sur le Canal des 2 Mers à vélo, c’est ici.

Un témoignage

« Canal des 2 Mers à vélo : j’adorais la luminosité du matin »

En 2020, Céline Cibat qui travaille à l’Office de Tourisme de Blaye entreprend avec son compagnon de faire le Canal des 2 Mers en vélo musculaire. Un parcours entre Blaye et Sète prévu sur 12 jours et 11 étapes. Ces premières vacances à vélo, représente pour elle « une aventure », pour lui « un petit challenge personnel ».

Ils achètent des sacoches et une petite remorque vélo pour stocker les bagages. S’entrainent sur des routes vallonnées avec des bidons d’eau dans la cariole pour faire le poids. Puis un beau matin de septembre se lancent à l’assaut de la V80 depuis le pied de la citadelle de Blaye. Un périple vite contrarié par un problème de rayons distendus sur l’un des vélos. « Nous avons été mal conseillés » reconnait Céline qui ne va surtout pas se laisser abattre, consciente que « les galères font aussi partie de l’aventure » comme ce « détour par une zone industrielle pour trouver un Décathlon et acheter un matelas parce que le nôtre était dégonflé ».

À raison de 50 à 60 kilomètres par jour, les deux cyclo-voyageurs s’enivrent des paysages traversés et de la beauté des lieux. « Les sacoches, on les oublie vite car c’est très plat en général » précise la jeune femme originaire de Bagnères-de-Bigorre. Si le canal de la Garonne qui relie à Bordeaux à Toulouse semble « un peu plus monotone », le reste du parcours est un enchantement. Céline retient notamment le hameau du Somail, cette halte de charme située sur le canal du Midi entre Carcassonne et Béziers, « un endroit vraiment idyllique ».

Le couple dort en chambre d’hôtes ou chez des amis. « Nous démarrions tôt le matin, vers 07h00 – 07h30, cela nous laissait le temps l’après-midi pour visiter. J’adorais la luminosité du matin » déclare Céline Sibat. Comme elle le dit, ce périple à vélo permet aussi à certains moments de se retrouver seule avec soi-même. De se livrer à un exercice d’introspection. « Durant 12 jours, j’ai posé le cerveau, c’est super » affirme la jeune femme désormais adepte convaincue des vacances à vélo. Elle aimerait d’ailleurs faire la Vélo Francette, de la Normandie à l’Atlantique, un itinéraire entre Ouistreham et La Rochelle.

Une suggestion d’hébergement

Chambres d’hôtes le Clos Réaud de la Citadelle à Blaye

Canal des 2 Mers à vélo : musarder entre Bordeaux et Royan 7

Cette belle demeure du XVIIème siècle à deux pas de la citadelle, ils en rêvaient depuis longtemps. Après s’être montrés patients, Helena et Fernando ont pu l’acquérir en 2015, l’agencer et la décorer à leur manière, puis proposer l’année suivante cinq chambres d’hôtes (suite Pigeonnier, Aquitania, Angelus, Solena, et Blavia Santorum). Ces hébergements de 20 à 50 m2 s’intègrent dans un parc de 5 000 m2 particulièrement fleuri. De vieux vélo, telles des sculptures disséminées ici ou là dans le jardin, rappellent que les cyclotouristes sont les bienvenus. En outre une piscine extérieure chauffée constitue l’endroit rêvé pour se relaxer après une journée bien remplie à pédaler ou arpenter les rues de Blaye.

Si Fernando est très bricoleur, Helena prend soin de décorer les chambres. Connaissant ses goûts, des brocanteurs et des antiquaires lui envoient même des objets en photo via leur smartphone. Mais ce qu’Helena adore aussi, c’est « prendre le temps d’échanger avec ses hôtes lors du petit-déjeuner ». Une prestation copieuse souvent constituée de produits locaux. La nuitée avec le petit-déjeuner inclus est proposée au prix de 130 euros par personne. Un bel endroit au calme. Renseignements ici.

Une balade instructive

Exploration tranquille du vignoble Raguenot en vélo électrique

Canal des 2 Mers à vélo : musarder entre Bordeaux et Royan 8

Une randonnée dans les vignobles en vélo électrique ? C’est possible au Château des Tourtes des Vignobles Raguenot à Saint-Caprais-de-Blaye grâce au concept de la Bulle Verte mis en place il y a un peu plus d’un an par Marie-Pierre Lallez, qui en compagnie de sa sœur a repris le flambeau de l’exploitation familiale. Elle propose « une immersion sereine » sur le domaine qui possède 74 hectares de vignes en production. Des vélos électriques et même un vélo cargo pour les familles sont à disposition des visiteurs. « Nous les laissons vagabonder sur un itinéraire clé en main de 9 km avec un audioguide » résume la propriétaire des lieux. Le long de cette randonnée balisée, dix stations avec QR Code permettent au visiteur d’écouter différentes histoires liées à l’histoire de la vigne et du vin. Plusieurs formules, avec ou sans pique-nique, sont proposées. D’une durée de 2h30, « l’excursion Coup d’œil » comprend la balade à vélo dans le vignoble ainsi qu’une visite guidée des chais et la dégustation de 4 vins (25 euros par personne).

Le Château des Tourtes possède aussi la particularité d’être « la première marque de vignerons indépendants » à avoir lancé l’an dernier du vin en canette. Si le concept a trouvé sa place à l’étranger, l’idée n’en est qu’à ses balbutiements en France. Sous l’appellation French Gan Gan, le Château des Tourtes entend séduire une clientèle de jeunes. « Les festivals, les food truck et même Air France nous font confiance » résume Marie-Pierre Lallez qui assure que « la canette n’altère en rien le goût du vin car elle possède un film protecteur à l’intérieur ». Objectif : passer cette année de 150 000 à 300 000 petites boites métalliques dans chaque couleur, rouge, blanc et rosé. Wine not !

Bordeaux en mode nature et balade

Canal des 2 Mers à vélo : musarder entre Bordeaux et Royan 9
Des chemins balisés qui montrent toute la diversité paysagère de l’agglomération bordelaise. ©Céline Faure

Lancé en juin 2019, le GR de Bordeaux métropole est le premier de France. Les quelque 160 km de parcours traversant 17 communes dévoilent des chemins balisés, à travers bois et forêts, en bordure de rivières ou au détour de nombreux sites patrimoniaux et écologiques, montrant ainsi toute la diversité paysagère de l’agglomération bordelaise. Des refuges périurbains aux design étonnants jalonnent l’itinéraire et sont disponibles à la réservation pour passer une nuit insolite. (lien)

Mais Bordeaux, ce sont aussi de « Super balades » pour découvrir la ville à vélo. Sept parcours existent sur des territoires variés, avec des niveaux de difficulté différents allant de 11 à 40 km :
– Excursion en Entre-deux-Mers, 21 km, 3 heures (difficulté moyenne).
– Aventure entre vignes et architecture, 18 km, 3 heures (facile).
– Paysages de Jalles, 40 km, 5 heures (facile).
– Tour et détours à Bordeaux, Lac 20 km, 3 h00 (facile).
– Sur la route du Médoc, 11 km, 1h30 (très facile).
– Découverte de la Presqu’île, côté Garonne, 29 km, 3 h00 (moyenne).
– Balade panoramique des coteaux, 16 km, 2h30 (moyenne).

Ces Super balades existent aussi en version pédestre.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter