Le Flandrien Hotel, au bonheur du vélo

C’est un établissement récent qui ne ressemble à aucun autre. À la fois hôtel et musée, il s’agit là d’un point d’arrêt à ne pas manquer si vous séjournez en Flandre et que vous adorez le vélo.

Le Flandrien Hotel, au bonheur du vélo 1
La 404 Peugeot trône dans la cour pavée du Flandrien Hotel. ©David Savary

Le doux parfum d’une époque du cyclisme révolue. C’est un peu ce que l’on ressent en pénétrant dans la cour du Flandrien Hotel. Sur le pavé, on ne peut pas manquer la 404 Peugeot blanche à damier, ancienne star du peloton des années 70 et relookée au nom de l’établissement. Sur la façade de l’hôtel, en guise de fenêtres, le portrait deux anciens champions. Il s’agit d’Allan Peiper, coureur venu d’Australie et qui a intégré l’équipe Peugeot-Shell-Michelin dans les années 80, et Alberic Schotte, un pur flandrien deux fois champion du monde et ayant gagné à deux reprises De Ronde dans les années 40.

32 lits disponibles

Au cœur de la Flandre, à deux pas de l’EuroVelo 5 et à seulement 20 minutes à vélo du célèbre mur de Grammont, le Flandrien Hotel respire le cyclisme. À sa tête deux passionnés, Jamie Anderson, un ancien professeur à la London Business School originaire de Melbourne et ami d’Allan Peiper, et Bernard Moerman, ancien joueur de foot pro à Bruges devenu propriétaire d’une équipe cycliste (3M) et fondateur du « Cycling Center ». Les deux hommes, également conférenciers spécialistes du management, ont uni leurs compétences pour se lancer dans l’hôtellerie.

Le Flandrien Hotel, au bonheur du vélo 2
Le Clubhouse, l’endroit où il fait bon discuter et se reposer. ©David Savary

Ouvert il y a un peu moins d’un an, le Flandrien Hotel propose 10 chambres et un appartement pour un total de 32 lits. Ici tout est pensé pour le cycliste. Y compris au petit-déjeuner qui propose une nourriture adaptée pour les sorties à vélo. Dans le clubhouse où figure notamment une collection pop-art d’icônes de la discipline, un écran géant télé diffuse documentaires et courses. Un large choix de bières belges est à disposition. Un local à vélo, un atelier entièrement équipé, une machine à laver ainsi qu’un sèche-linge peuvent être utilisés. Un coin bibliothèque permet de se détendre.

Les vélos de Boonen ou Cancellara présentés

Collectionneur de vélos, Jamie en possède environ 80 qu’il expose un peu partout dans son établissement. Avec notamment quelques bijoux ayant appartenu à d’illustres champions comme Tom Boonen, Fabian Cancellara, ou encore Mathew Hayman, tous vainqueurs du Tour des Flandres et/ou de Paris-Roubaix. Brandissant ses modèles, le co-propriétaire se plait aussi à montrer l’évolution de la technologie du vélo au cours de laquelle l’acier a cédé la place à l’aluminium puis à la fibre de carbone. C’est passionnant. « Nous sommes des storytellers, des raconteurs d’histoire » affirme Bernard Moerman signifiant par-là que le Flandrien Hotel n’est vraiment pas un hôtel comme les autres.

Le Flandrien Hotel, au bonheur du vélo 3
Le co-propriétaire Bernard Moerman présente les vélos ayant appartenu à de grands champions. ©David Savary

Pour preuve cet établissement abrite également une exposition du photographe Kristof Ramon qui a sélectionné ses meilleurs clichés issus des trois grands Tours (France, Espagne et Italie). « Ici vous ne verrez pas de sprint royal, pas de bras levés, mais des photos traduisant des émotions, de la souffrance, des moments d’intimité » résume le dirigeant.

200 000 visiteurs qui viennent pédaler sur les coteaux et les pavés

Le Flandrien Hotel, au bonheur du vélo 4
Pas moins de 80 vélos sont exposés dans le Flandrien Hotel. ©David Savary

« La Flandre recense chaque année environ 200 000 visiteurs hors Belgique, 30% viennent de pays francophones » indique Bernard Moerman précisant que tous ces visiteurs viennent « surtout faire du vélo sur les coteaux et les pavés ». Le Flandrien Hotel est à même de leur proposer cette expérience. Avec possibilité de prêt de matériel, des sorties et excursions peuvent être organisées sur cette terre de cyclisme. Prise en charge à l’aéroport et transferts locaux sont également possible. Quant à ceux qui « n’aimaient pas faire de vélo avant leur arrivée, ils l’apprécieront au moment où ils partiront » conclut dans un grand sourire Bernard Moerman.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER