Tour de France 2020. Etape 5 et 6 : L’Ardèche sous toutes ses coutures

Avec une arrivée à Privas et un départ du Teil, l’Ardèche est l’un des départements qui bénéficie de la plus forte exposition de ce Tour 2020. C’est mérité tant il donne une place majeure au vélo qui permet de prendre le temps de profiter de son cadre naturel et ses infrastructures touristiques.

Ardèche, Alba la Romaine
Alba la Romaine.

C’est à Privas, en Ardèche, que les coureurs du Tour de France ont franchi la ligne d’arrivée de l’étape du jour. Au programme touristique, Rochemaure et son château du XIIe siècle,  Saint-Marin-sur-Lavezon et le château de Pampelonne puis Chomérac, village qui s’est développé sur un éperon rocheux dans les méandres de la Vérone avec une position dominante sur la vallée de la Payre.

Le lendemain, départ au Teil qui accueille le Tour pour la première fois de son histoire. Ensuite, c’est pas moins de 60 km dans l’Ardèche avec Alba-la-Romaine, labellisé « village de caractère », Villeneuve-de-Berg, veille bastide royale, Vogüé et son fort médiéval réaménagé au XVIIe siècle,  Pradons et ses falaises, Ruoms et sa plage au bord de l’Ardèche, Sampzon dominé par son château Berrias et Casteljau, hameaux séparés par les Gorges du Chassezac, le principal affluent de l’Ardèche. Et, enfin,  Saint-Paul-le-Jeune où se trouve l’une des grottes les plus spectaculaires de France, la Cocalière. Et bienvenue dans le Gard !

L’Ardèche, une véritable destination « vélo »

Avec le premier événement cyclo en Europe qui regroupe plus de 15 000 participants, avec la ViaRhôna qui rejoint le réseau Eurovélo (n°17) en 2016 et près de 400 km d’itinéraires aménagés dans toute l’Ardèche, le département est devenu une véritable destination vélo, « voire la première destination en France ».

Ardèche vélo
@M.Dupont-AD07

ViaRhôna, au fil du fleuve

Le tracé ardéchois, s’étend sur 93 km répartis en quatre tronçons en alternance avec la Drôme : de Sarras à Glun au milieu des vergers et des vignobles, de Soyons à La Voulte-sur-Rhône avec une entrée possible vers la Dolce Via, de Le Pouzin à Rochemaure, architectures romane, médiévale ou très contemporaine et de Viviers à Bourg-St-Andéol, au fil du Pays d’Art et d’Histoire. On découvre des villages de caractère comme Beauchastel ou des ouvrages d’art exceptionnels comme les deux passerelles himalayennes créées pour la ViaRhôna à Rochemaure ou à Baix.

La Grande Traversée de l’Ardèche VTT

Avec 5 569 m de dénivelée positive et 4 000 m de dénivelée négative, la Grande Traversée de l’Ardèche VTT s’annonce sportive. Cette itinérance, de plus de 315 km et jalonnée d’une quarantaine d’hébergements labellisée « Accueil Vélo » relie Annonay à Bourg Saint-Andéol en passant par les Vans. Cette dorsale nord-sud toute en relief emprunte en grande majorité les GR7 et GR4 depuis les contreforts du Pilat au nord, plus au centre la montagne ardéchoise et les célèbres Mont Mézenc et Gerbier de Jonc, s’ensuit une plongée au coeur des Cévennes pour enfin finir autour des gorges de l’Ardèche. À noter qu’au départ de Saint-Félicien, une variante transversale de 50 km permet de rejoindre l’itinéraire principal. Bon plan : la halte fraîcheur au Lac de Devesset, hébergement, baignade, voile au milieu des sapins.

Tour de France 2020. Etape 5 et 6 : L’Ardèche sous toutes ses coutures 1
L’Ardèche en VTT ©M.Dupont-ADT07

La Dolce Via, douceur de vivre sur deux roues

Pas besoin d’être un grand sportif pour arpenter la Dolce Via et apprécier la culture en terrasses, les anciennes filatures, les châtaigneraies et la rivière Eyrieux. Tout en douceur (1% de dénivelé), cette ancienne voie ferrée a été réhabilitée en parcours accessible aux piétons, VTT, VAE, VTC et offre jusqu’à 93 km à tous ceux qui souhaitent pédaler en toute tranquillité. Connectée à la ViaRhôna depuis La Voulte sur Rhône, on aura le choix de rejoindre Lamastre et son train touristique à vapeur pour redescendre sur Tournon sur Rhône ou filer jusqu’à St Agrève pour rejoindre le Velay Express, autre train touristique.

A voir à Privas

L’Hôtel de Ville
D’inspiration art déco, il a été construit entre 1936 et 1952. Curieusement, son beffroi d’une hauteur de 41 mètres est caractéristique du nord de la France. Il se visite lors des Journées Européennes du Patrimoine et offre une vue à 360° sur tout le bassin privadois.

Les Trois Croix du Montoulon
Au-dessus de la ville, le site du Montoulon fut le théâtre de l’ultime combat qui opposa en 1629 les gardes suisses de Louis XIII aux derniers huguenots privadois, réfugiés dans le fort qui le couronnait alors. Ce curieux cône volcanique domine Privas. C’est là que le père Chiron y a fait dresser en 1840 trois grandes croix de bois. Altérées par les intempéries, elles ont été réédifiées à l’identique. La pietà du sculpteur Carlo Sarrabezolles a été sculptée sur place et plaquée contre le rocher, en 1957.

Tour Diane de Poitiers
La Tour Diane de Poitiers fut construite au XVe siècle par la puissante famille des comtes de Poitiers, ducs de Valentinois et barons de Privas. De pur style Renaissance, elle est constituée d’un escalier à vis qui desservait des appartements qui, au cours des siècles, furent les demeures des administrateurs de la baronnie de Privas. A découvrir sur la place de la République.

Pont Louis XIII
Construit au XIIe siècle, il se situe sur une voie de communication très importante, reliant Baix sur le Rhône à la Montagne ardéchoise. Il est très endommagé par les combats du siège de Privas en 1629 et le roi Louis XIII l’a fait réparer non par générosité, mais avec le dessein d’améliorer toutes les routes menant à Privas ; cela bien sûr, afin de permettre le passage de ses troupes en cas de nouvelles révoltes.

Parc des récollets
Derrière l’église des Récollets cet ancien jardin de curé offre aux curieux quiétude et sérénité. En 1599, Jacques de Chambaud, capitaine huguenot, rachète au petit-fils de Diane de Poitiers la baronnie de Privas. Sur les ruines d’un fortin du XIe siècle il fait édifier un château. Achevé en 1620, mais au cœur d’une rivalité passionnelle entre catholiques et protestants, « la guerre des amoureux », il a été entièrement détruit par les Privadois en 1621. Après le siège de Privas, les Récollets s’installent en 1644. À la révolution, il devient le siège du tribunal révolutionnaire puis un ordre religieux y installe un collège de garçons qui devient laïque et ensuite mixte. Actuellement, il est le siège du conservatoire de Privas.

Bien préparer son séjour en Ardèche avec Ardèchetours

On l’a vu avec cette étape :  l’Ardèche est une destination propice aux visiteurs qui souhaitent s’éloigner de la ville et se rapprocher de la nature. Pour les aider, Ardèchetours, guide touristique,  conseille gratuitement les vacanciers et met en avant les professionnels de la région. Ce portail d’informations propose une mise en relation entre vacanciers et prestataires locaux afin de réserver un séjour dans la région. L’accès au site est gratuit pour les vacanciers et aucune commission ni frais supplémentaires ne sont imputés aux prestataires qui règlent une adhésion annuelle unique.

Les Internautes qui recherchent une location de vacances en Ardèche peuvent ainsi échanger librement avec les prestataires pour une première prise de contact et convenir ensemble des formalités de réservations.

En bref, le réseau Ardèchetours souhaite redonner la parole aux prestataires locaux, leur permettre de retrouver leur indépendance et davantage de liberté dans la gestion de leurs prestations. À l’opposé, donc, des grandes plateformes de réservations d’hébergements et d’activités (comme AirBnb ou Booking).

A voir au Teil

Église romane Saint-Etienne de Mélas
Construite au IXe siècle, cette église discrète et superbe est l’une des plus anciennes églises romanes de France et possède un baptistère antérieur au IXe siècle, même si ses origines sont mystérieuses. Sa construction octogonale est très originale, de même que sa coupole élégante. Elle fut classée monument historique dès 1868. Selon la tradition, vers 550, une pieuse dame du nom de Frédégonde fit construire un monastère de femmes à Mélas, dédié à saint Étienne et saint Saturnin ; bien qu’aucune trace n’ait subsisté, on peut émettre l’hypothèse de sa destruction et d’une reconstruction au même emplacement.

Musée départemental de la résistance et de la déportation en Ardèche
Il retrace cette période de l’histoire grâce à de nombreux documents d’archives et des photographies historiques. Depuis 1992, le musée recueille une importante collection permanente grâce à de nombreuses donations de particuliers, anciens résistants ou déportés et d’associations régionales. Ayant officiellement rouvert ses portes depuis le 2 mai 2011, le musée ne cesse de se développer et de mettre en place les outils nécessaires à sa reconnaissance et à son expansion à travers différents évènements : expositions temporaires, conférences, projections, ateliers pour enfants…

Rue Kléber
Elle est un formidable témoignage de l’époque de prospérité et de richesse du Teil, liée à son activité de port fluvial et de dépôt royal de sel. On peut encore y voir de nombreux hôtels particuliers et de vieux immeubles.

Une étape, des restaurants

A chaque étape Thefork (Tripadvisor) sélectionne des restaurants. A Privas, direction le Vieux Arceaux, une adresse qui bénéficie du label “fait maison”. De quoi profiter du restaurant et de sa cuisine généreuse au sein d’une authentique bâtisse du 18e siècle. Au Teil, c’est Le jardin de Tienou : Amandine Serra et Johann Tarello sont les gérants de ce cet établissement au sein d’un prieuré du XIIe siècle également doté d’une terrasse privée et ombragée.

Retrouvez ici l’ensemble des articles en lien avec l’étape du jour de ce Tour de France 2020.

Laurent Guena

Rédacteur en chef adjoint.
Contact: laurent.guena@sport-et-tourisme.fr

Laurent Guena
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter