Le golf prêt pour la reprise

A compter du 11 mai, la pratique du golf pourrait reprendre dans le plus strict respect des consignes sanitaires. La Fédération française a d’ores et déjà défini un certain nombre de gestes barrières propre à la réalisation de cette discipline permettant aussi de découvrir un large éventail de destinations touristiques.

Le golf prêt pour la reprise 1
Pour lutter contre la propagation du Coronavirus, la Fédération Française de Golf a défini un certain nombre de gestes barrières.

« Elaborer des règles compatibles tout en préservant la santé de tous », tel est l’objectif de la Fédération Française de Golf (ffgolf) qui, en lien avec les groupements professionnels, a travaillé sur une série de mesures qui, dès que le contexte sanitaire et réglementaire l’autorisera, permettra la reprise du jeu.

Le golf prêt pour la reprise 2

En résumé, sur les parcours, un seul joueur est autorisé par voiturette qui sera désinfectée avant et après utilisation. Chaque joueur utilise exclusivement son matériel personnel. Les pratiquants doivent restés éloignés les uns des autres d’une distance minimum de trois mètres. Par ailleurs, en divers endroits du parcours, du gel hydro-alcoolique sera mis à disposition des joueurs. Une initiative saluée de nombreux tweets.

Comme le tourisme, le golf doit bénéficier d’aides de l’Etat

Le 24 avril dernier, le président et le vice-président de la ffgolf ont participé à une visioconférence organisée par le Ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Lemaire. L’occasion pour la fédération de rappeler le poids économique, « 1,5 milliards d’euros » que représente la filière golf, et de pouvoir bénéficier d’aides de l’Etat comme c’est le cas dans d’autres secteurs d’activités (voyage, tourisme, commerce…). « L’ensemble de nos clubs, quels que soient leur périmètre d’activité ou leurs modalités d’exploitation, doivent pouvoir bénéficier des aides financières déployées par l’Etat, de façon équivalente à ce qui est mis en œuvre pour le tourisme, l’événementiel, les commerces, la restauration ou encore l’hôtellerie » affirme Jean-Lou Charon, président de la Fédération Française de Golf.

« Les règles qui s’imposeraient au football et au rugby pros seront très différentes de celles qui s’appliqueraient pour le golf, la voile, l’équitation, le cyclisme, les sports de montagne ou encore le surf »

Christophe Muniesa, Directeur Général de la Fédération Française de Golf

Le message est important car du golf au tourisme, il n’y a souvent qu’un pas. Choisir la France pour pratiquer ce sport, c’est également découvrir un large éventail de destinations fortes d’un patrimoine riche et authentique. Situés en bord de mer, à la campagne, la montagne ou autour des vignes, ce sont au total plus de 700 parcours qui offrent de multiples expériences à vivre, que ce soit en matière d’art de vivre, de gastronomie, de bien-être ou de culture. Raison supplémentaire pour que la pratique du golf puisse reprendre le plus rapidement possible, tout en se conformant bien entendu aux contraintes et aux mesures rappelées par le Gouvernement. « Les règles qui s’imposeraient au football et au rugby pros seront très différentes de celles qui s’appliqueraient pour le golf, la voile, l’équitation, le cyclisme, les sports de montagne ou encore le surf » précise sur le site de la ffgolf Christophe Muniesa, son directeur général.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

David Savary
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter