Vive l’exotisme !

A l’heure où Jean Castex, Premier ministre, prononçait sa déclaration de politique générale devant les députés auxquels il a fait part de sa volonté d’encourager la pratique du vélo, le téléphone a sonné. Au bout du fil, Alexandre Debanne, avec lequel Sport et Tourisme avait rendez-vous pour évoquer les 20 ans du Raid Amazones qu’il a fondé et dont le succès ne se dément pas.

Le fondateur du raid 100% féminin nous a aussi parlé vélo, pas celui, même bienvenu, du chef du gouvernement. Lui, c’est plutôt VTT sans assistance électrique avec lesquelles « ses » Amazones  pédalent bien loin de nos territoires, en Asie, en Afrique ou encore dans l’océan Indien.

Malgré la petite musique « anti avion » que l’on entend de plus en plus forte depuis le début de la crise sanitaire, l’ex animateur vedette de TF1 défend les long-courriers et les bienfaits de « l’exotisme ».

Notre pays suffit à satisfaire notre soif de dépaysement mais Paris, Marseille, Brest, Toulon ou encore Fort-de-France , aussi belles et différentes soient-elles, partagent de nombreux repères : on peut y faire un tiercé, boire un pastis, jouer à la pétanque et on parle la même langue… Autant de petits plaisirs qu’il n’est surtout pas question de renier mais qui nous renvoient immanquablement dans notre zone de confort.

Ma petite ville de la banlieue ouest parisienne, depuis le confinement, j’en connais tous les recoins. Je n’y ai néanmoins jamais retrouvé cet Albanais pour me parler du temps où prendre un avion « c’était même pas en rêve », ni ce guide tunisien si heureux de partager à un Français après le Printemps Arabe et encore moins cet enfant Ouzbeq, croisé dans un site touristique de ce pays si accueillant, portant un maillot du PSG et si content de demander à être pris en photo par un Parisien.

Alors, oui, je reste persuadé que le bénéfice d’un voyage, tant pour le visiteur et le « visité »,  pour peu que l’on adopte les bons gestes une fois arrivé à destination, reste bien supérieur à des déplacements intra-frontaliers. J’enfile donc bien volontiers robe de l’avocat du diable même si c’est risquer le « ok boomer » que je ne suis pas.  Ca, c’est mes parents, mais j’accepte l’héritage.

Sport et Tourisme continuera à vous informer toute la semaine avant de profiter de tous les conseils des professionnels que nous avons pu interroger depuis le 2 juin. Rendez-vous le 19 août, on vous racontera nos vacances. Bon été à tous.

Laurent Guena

Rédacteur en chef adjoint.
Contact: laurent.guena@sport-et-tourisme.fr

Laurent Guena
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter