Et si vous profitiez de l’été pour vous initier au canicross ?

C’est une discipline encore méconnue mais qui est en forte croissance. Le canicross, un homme et un chien qui courent dans le même effort, peut se pratiquer sur tous les territoires. Il s’agit d’un vrai sport qui s’apprend en club et qui doit se pratiquer dans le strict respect du bien-être de l’animal. Yvon Lasbleiz, président de la Fédération des sports et loisirs canins (FSLC) nous initie à cette discipline.

Canicross enfant
Un sport que l’on peut commencer très jeune.

« Beaucoup de sportifs pratiquent le canicross sans le savoir » s’amuse Yvon Lasbleiz, président de la Fédération des sports et loisirs canins, qui, tient à préciser qu’il s’agit d’une discipline sportive à part entière, avec ses compétions, son championnat du monde et son championnat d’Europe. D’ailleurs, on ne s’improvise pas « canicrosseur » du jour au lendemain, même si on a l’habitude de courir avec son animal.

Il y a des règles à respecter que l’on peut apprendre dans les clubs qui fleurissent dans toute la France. « Lors de la période du confinement, nous avons beaucoup recruté », se réjouit Yvon Lasbleiz. « Nous avons aujourd’hui 6000 adhérents réunis dans 130 clubs ».

Il faut apprendre à utiliser le matériel qui se compose d’une ceinture à placer autour de la taille, d’un harnais de traction à mettre autour du chien et d’une ligne de trait de deux mètres qui relie l’animal à l’homme. « Le prix du matériel s’est démocratisé, à moins de cent euros » assure Yvon Lasbleiz.

La chaîne Gulli cette discipline en plein essor.

Le respect de l’animal est la priorité : « Dès que le chien court derrière l’homme, il faut s’arrêter car cela signifie qu’il est fatigué » et, dans chaque compétition, des juges s’assurent que le matériel est correctement installé pour ne pas blesser l’animal. « Comme les hommes, les chiens souffrent de plus en plus de surpoids. Le canicross lui fait du bien et une nouvelle complicité va naître entre le maître et le chien, la notion de plaisir est primordiale ». C’est un sport qui s’adresse à tout type de population, il existe même du « cani baby ».

A cela, il faut ajouter que le canicross n’est qu’une des disciplines parmi d’autres. « On peut aussi utiliser un VTT, une trottinette de compétition et des skis. Les meilleurs peuvent gagner entre deux à quatre kilomètres par heure de vitesse grâce à la traction de leur animal ».

Sans oublier la canimarche qui permet aux moins sportifs de découvrir nos sentiers de randonnée avec leur chien et les mains libres. A chacun de le pratiquer dans ses endroits de prédilection, « il n’existe pas encore de parcours fléché ». A noter, aussi, le canitrail et des distances de plus de 10 km avec des dénivelés plus importants.

Tous les chiens âgés d’au moins un an peuvent pratiquer la compétition à l’exception des chiens de catégorie 1. Comme pour les coureurs à qui on demande un certificat médical, le mieux est de demander un avis à son vétérinaire.

Tous les ans, le Trophée des montagnes réunit 300 compétiteurs « Canicross » dans les Alpes

En plus de ses fonctions à la fédération, Yvon Lasbleiz organise aussi chaque été, dans les Alpes, le Trophée des montagnes au sein de quatre stations – Auris en Oisans, Allemont, Oz en Oisans et Villard Reculas. A cause de la crise sanitaire, la 14e édition a été reportée à l’année prochaine. Cette épreuve, « limitée à 300 dossards », se déroule sur dix jours et permet à des stations qui vivent à l’ombre de l’Alpe d’Huez -qui a donné son accord pour des passages sur son territoire- d’assurer une fréquentation à leurs hôtels, campings, gîtes et restaurants dans le respect de l’environnement.  

Un reportage diffusé sur France 3

« Les compétiteurs, originaires d’une vingtaine de pays, viennent en vacances. Beaucoup arrivent avant la compétition et partent après ». En tout, ce sont quelque mille chiens, qui, comme leur maître, découvrent parfois « la montagne pour la première fois ». Le canicross est d’ailleurs un bon moyen pour tous les athlètes de découvrir de nouvelles régions. Yvon Lasbleiz se souvient ainsi avoir été émerveillé par « les forêts du Jura ».

Les prochains championnats du monde de Canicross se dérouleront en Bretagne, à Plédran (Côte d’Armor)

Si vous voulez découvrir cette discipline et les charmes de la Bretagne dans le cadre d’un grand évènement, il faudra attendre octobre 2021. En effet, en raison de la crise sanitaire, les prochains championnats du monde qui devaient se dérouler à Plédran, en Bretagne, ont été repoussés d’une année.

Si ce sport a peu de chance de devenir discipline olympique en raison de la quarantaine imposée aux animaux, il s’appuie sur de nombreuses compétitions internationales dont des championnats d’Europe et du monde. « L’Inde est le dernier pays a avoir intégré la Fédération internationale », explique Yvon Lasbleiz qui préside aussi la Fédération Internationale de Canicross

champion du monde canicross
Antony Le Moigne est double champion du monde et ambassadeur de la marque d’aliments pour animaux Eukanuba.

Tous les pays d’Europe, à l’exception de ceux du Nord, sont aussi membres ainsi que les Etats-Unis, le Canada et de nombreuses nations d’Amérique du Sud. « Les Français brillent à l’occasion de ces compétitions, nous pouvons faire « cocorico ». Lors des derniers championnats d’Europe en Belgique, nous avons été la première nation au niveau des médailles. Il est vrai que nous sommes partis avec un temps d’avance ».  Antony Le Moigne est double champion du monde français et ambassadeur de la marque d’aliments pour animaux Eukanuba.

Laurent Guena

Rédacteur en chef adjoint.
Contact: laurent.guena@sport-et-tourisme.fr

Laurent Guena
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter