Avec Sine Qua Non Run, on court pour découvrir les femmes qui ont marqué notre histoire

Depuis 2018, Sine Qua Non Run lutte contre les violences sexistes et sexuelles, promeut la mixité et soutient la conquête de l’espace public par les femmes à travers le sport. L’organisation propose, dès le 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, de découvrir, à la faveur d’un partenariat avec Runnin’City, celles qui ont marqué notre histoire à travers les noms de rue ou des édifices qui portent leur nom, le tout en courant.

sine qua non run
Huit femmes « célèbres » mises à l’honneur dans le 13e arrondissement.

L’association Sine Qua Non organise une fois par an la Sine Qua Non Run qui a réuni, en présentiel ou en virtuel, plus de 1 000 participants à chacune des précédentes éditions, mais aussi les Sine Qua Non Squad, sessions de running dans des lieux urbains réputés peu accueillants pour les femmes, afin de rappeler que les sportives doivent pouvoir faire du sport où elles veulent, quand elles souhaitent, et dans la tenue de leur choix.

Un partenariat Runnin’City / Sine Qua Non Run

Cette année, pour continuer d’agir dans un contexte sanitaire qui limite les opportunités de se rassembler dans l’espace public, l’association lance des parcours téléchargeables qui auront la particularité de passer par des rues portant des noms de femmes, devant des bâtiments mettant à l’honneur les femmes ou encore devant des oeuvres d’art réalisées par des femmes.
 

Accessibles gratuitement sur l’appli Runnin’City , les parcours offriront l’opportunité de courir avec un audioguide disponible en 7 langues. Ils permettront de sensibiliser à la vue de ces femmes qui ont marqué notre histoire politique, culturelle, artistique, scientifique et sportive au travers de leurs réalisations et de leurs engagements.

Paris 13e pour commencer

Le premier parcours sera accessible sur l’application Runnin’City dès les 8 mars. Une boucle au cœur du 13e arrondissement de Paris qui reliera notamment la passerelle Simone de Beauvoir, la piscine Joséphine Baker, ou encore le Comité National Olympique et Sportif Français au sein duquel sera inauguré le 8 mars une statue en hommage à Alice Milliat, la première dirigeante du sport féminin mondial.

Sine Qua Non Run

Cinq autres femmes seront mises en avant : la philosophe Simone Weil, la mathématicien et pionnière de la programmation informatique Ada Lovelace, la journaliste et militante du droit de vote des femmes et de la cause européenne, Louise Weiss et l’aviatrice Helene Boucher tombeuse de nombreux records.

D’autres villes suivront tout au long de l’année et notamment très prochainement la ville de Pantin (93). L’association Sine Qua Non poursuivra également son développement à travers l’organisation de sessions de boxe en extérieur et de football dans des City-Stades.

« Nous sommes convaincues que les sportives ont un rôle à jouer dans la conquête de l’espace public. Avec le supplément de confiance que donne le sport, elles peuvent montrer que les femmes ont toute leur place dans les rues quel que soit l’heure, le lieu ou la tenue qu’elles portent. Avec les parcours Sine Qua Non, nous voulons mettre en avant les femmes qui ont marqué l’histoire et grâce à leur parcours se sont imposées dans l’espace public en ayant leur nom sur les plaques de rue ou sur l’édifice de bâtiment. Comme une preuve que l’espace public, nous appartient aussi.  » précise Mathilde Castres, présidente de Sine Qua Non.

L’association Sine Qua Non est née de la rencontre de trois générations de femmes, qui après avoir été confrontées de près ou de loin à l’agression sexuelle, ont désormais la volonté d’agir pour contribuer à lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Pour cela, elles ont choisi le sport qui a le pouvoir de changer des vies, notamment celles des victimes, et la capacité à produire un impact positif sur la société en faisant passer des messages avec un ton plus optimiste, plus énergique et plus fédérateur. Les actions visent à promouvoir l’égalité, à accompagner les femmes dans leur conquête de l’espace public et à lutter contre toutes formes de violences sexistes et sexuelle en utilisant le sport.

Laurent Guena

Rédacteur en chef adjoint.
Contact: laurent.guena@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER