David Chevalier, président du groupe Couleur : « le sport va reprendre avec encore plus d’envie »

Numéro un français du voyage en événements sportifs, le tour-opérateur lyonnais Couleur a comme l’ensemble de la filière tourisme subi la crise liée au Covid-19. Le point avec son président et fondateur David Chevalier.

David Chevalier, président du groupe Couleur : « le sport va reprendre avec encore plus d’envie » 1
Le TO Couleur détient les droits exclusifs pour la revente de billets pour la Coupe du Monde de rugby qui se tient en France en 2023.

Pouvez-vous nous rappeler en quelques mots l’activité du groupe Couleur ?

J’ai créé l’entreprise en 1996 avec l’idée de démocratiser le voyage autour du rugby. Le succès venant, nous avons développé le football, puis la Formule 1 et d’autres sports. Epopées du XV de France, des Bleus, tournois du grand chelem, circuits mythiques, nous nous efforçons aujourd’hui de combler tous les amateurs de sport. Transports, transferts, hébergements, visites, repas, accompagnement, billetterie officielle … nous nous occupons de tout pour une clientèle individuelle, corporate ou groupe.

Aujourd’hui le groupe Couleur comprend une vingtaine de salariés en France, ainsi que quatre autres à l’étranger avec un bureau en Nouvelle-Zélande et en Australie. Dans le voyage, nous sommes le leader français sur le sport. Nous sommes aussi l’agence de voyages officielle pour les déplacements des supporters de la Fédération Française de Football, et de la Fédération Française de Rugby.

En moyenne, combien faites-vous voyager de spectateurs chaque année ?

C’est très difficile de répondre à cette question car cela dépend de l’importance de l’évènement et de l’endroit où il se déroule. Nous avons fait de très belles années avec la Coupe du Monde de football au Brésil en 2014, en Russie en 2018, mais c’est avec la Coupe du Monde de rugby en Angleterre en 2015 que nous avons réalisé notre meilleure année. En effet, nous avons vendu 17 000 packages à l’occasion de cet évènement dont 7 000 sur le week-end d’ouverture. L’an dernier lors de la Coupe du Monde de rugby au Japon, nous avons emmené plus de 3 000 personnes. Précisons que le panier moyen au Japon est de l’ordre de 5 500 euros par personne alors qu’en Angleterre il se situe autour de 800 euros.

La crise liée au Covid-19 a-t-elle mis en danger la pérennité de votre entreprise ?

Non. Cela fait une vingtaine d’années qu’on existe. Les structures sont solides. Durant cette crise, on a vu aussi à quoi servait l’Etat. J’ai pu constater la différence avec les pays anglo-saxons. Le chômage partiel, oui bien sûr nous l’avons appliqué. Mais surtout la politique des avoirs (Ndlr : le professionnel propose un avoir de la valeur de la prestation d’une durée de validité de 18 mois) décidée par le gouvernement nous a beaucoup aidé. Les avoirs, cela permet de garder la trésorerie. Dans la mesure où deux évènements majeurs, l’Euro 2020 et les JO à Tokyo, ont été reportés, cela nous donne un bol d’air, et nous occasionne moins d’inquiétude. Lorsque vous n’avez pas trop de visibilité et que vous avez payé vos hôtels, les avoirs ça aide.

Comment ont réagi vos clients ?

Mis à part quelques cas particuliers, ils ont très bien réagi. J’en suis même presque étonné. Ils ont parfaitement compris la situation et se sont montrés solidaires, y compris pour ceux qui ne sont pas des clients réguliers chez nous. Au final, celui qui avait prévu de voir l’Euro 2020, sauf accident, il ira voir l’Euro 2021. Au niveau organisation, ça nous laissera même un peu plus de temps pour emmener davantage de monde sur les compétitions. Il faut savoir que sur des déplacements à l’étranger, les gens ne s’inscrivent pas deux jours à l’avance.

Vous êtes confiant dans la reprise des évènements sportifs ?

Les gens étant privés de spectacle sportif, je pense que ça va reprendre avec encore plus d’envie. Comme nous avons beaucoup d’entreprises clientes, j’ai craint à un moment donné qu’elles aient peur d’inviter leurs propres clients. En fait non. Tout le monde en a plein les bottes de ce coronavirus. Même s’il ne faut pas faire n’importe quoi, je pense qu’on va vite oublier nos peurs. Je suis optimiste mais je ne peux pas vous dire quand on pourra remettre 80 000 personnes dans un stade. Ce n’est pas moi qui décide, mais dans une enceinte ouverte, cela devrait pouvoir se faire rapidement.

Quelles sont les prochains grands évènements sportifs que vous aller commercialiser ?

Les tests matchs de rugby prévus fin novembre, je n’y crois pas trop. Déjà je ne sais pas quand et comment on va pouvoir finir le Tournoi des VI Nations. Sera-t-il à huis clos, ou pas. A mon avis on ne pourra rentrer dans un stade qu’à partir de l’an prochain. Le Tournoi des VI Nations se tiendra entre le 6 février et le 20 mars. Concernant l’Euro de football, le premier match de l’équipe de France contre l’Allemagne est prévu à Munich le 15 juin 2021.

Vous avez également obtenu les droits exclusifs de la Coupe du Monde de Rugby organisée en France en 2023 (du 8 septembre au 21 octobre) ?

Oui en gagnant cet appel à concurrence, World Rugby et le Comité d’Organisation France 2023 nous ont  identifiés comme l’acteur le plus à même de porter ce projet. Pour nous c’est très important. Surtout au regard du contexte actuel. En tant que détenteur des droits exclusifs, nous sélectionnons les agences de voyages officielles à travers le monde. En redistribuant ces droits, nous nous occupons aussi bien de la billetterie que du marketing avec notamment l’utilisation du logo.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

David Savary
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter