L’Armada à Rouen : 50 navires attendus, 30 confirmés

Quelque six millions de visiteurs sont attendus à Rouen du 8 au 18 juin à l’occasion de l’Armada. A ce jour, 30 navires ont signé pour venir. L’organisation s’engage à diminuer l’empreinte environnementale de l’événement et développer sa dimension culturelle tout en restant populaire.

L’Armada à Rouen : 50 navires attendus, 30 confirmés 1
Le Dar Mlodziezy, l’un des plus grands voiliers-écoles du monde, sera bien présent à l’Armada. ©David Savary

Lors d’une conférence de presse dans le cadre du Salon Nautic de Paris, le Président Jean-Paul Rivière, a fait un point d’avancement sur l’Armada.

Des marins de 30 nationalités

Côté bénévoles, ils sont 450 inscrits, dont 130 déjà à l’œuvre pour préparer l’accueil, en toute sécurité, d’une foule immense, impatiente de monter à bord des grands voiliers, de rencontrer des marins de 30 nationalités et de profiter des nombreuses festivités qui sont la marque de l’Armada : défilé en ville, course des marins, cérémonie religieuse des marins, feux d’artifice, animations artistiques, concerts, … sans oublier la Grande Parade, sur les berges de Rouen au Havre, le dimanche 18 juin.

A ce jour, 30 navires sont donc inscrits : l’Atlantis (NL), le Belem (FR), l’Etoile du Roy (FR), l’Etoile Molène (FR), le Français (FR), le Marité (FR), le Morgenster (NL), le Santa Maria Manuela (POR), le Tenacious (UK), le Thalassa (NL), la Recouvrance (FR), le Statsraad Lehmkuhl (NO), le Shtandart (RU – UA), le Nao Victoria (ES), l’Atyla (ES), le Pascual Flores (ES), El Galeòn (FR), le Dar Mlodziezy (POL), le Tolkien (NL), le Ring Andersen (FR), l’Hydrograaf (NL), le Vera Cruz (POR), le Göteborg (SE), le Crocus (BE), le Narcis (BE), le Normandie (FR), le Jacques Oudart Fourmentin (FR), le Cuauhtemoc (MX), l’Urania et un navire militaire marocain. Ils seront guidés par la force de la capitainerie mise à disposition par Haropa Port.

Au total, une cinquantaine de navires est attendue tout au long des 7 kilomètres de quais.

Réduction de l’empreinte environnementale

À l’heure d’une prise de conscience des enjeux environnementaux, l’Armada prend également ses responsabilités. « On ne pouvait pas concevoir d’organiser un tel événement sans en réduire l’empreinte environnementale » explique le Président Jean-Paul Rivière. Tout est donc mis en œuvre pour que l’Armada soit exemplaire dans son organisation et pour qu’elle emmène chacun dans cette ambition, notamment par le biais de conventions en cours de signature avec les principaux partenaires (Région, Départements et Métropole Rouen Normandie). Celles-ci seront ensuite répercutées sur chaque intervenant, navire et public. Cette politique « Zéro pollution plastique, 100% de déchets résiduels recyclés ou réemployés » s’ajoute à une recherche systématique de réduction d’impact environnemental sur chacun des postes émetteurs de CO2 : transport du public jusqu’au site, alimentation électrique des navires…

Au-delà de cette volonté d’exemplarité, l’association veut profiter de l’événement pour sensibiliser à la protection des fleuves et des océans, au cœur des enjeux géopolitiques climatiques, de la biodiversité et de la sécurité alimentaire du tiers de la planète. Avec l’aide de ses partenaires, et notamment de l’Institut de l’océan de l’Alliance Sorbonne Université, première université marine en Europe, elle proposera, le 8 juin prochain, une journée mondiale des océans ambitieuse. Une dizaine d’éminents chercheurs de l’Institut viendra parler au grand public, en termes simples, des abysses océaniques, des mammifères marins et de l’histoire maritime de Rouen et de la Seine.

Se divertir en se cultivant

La culture maritime – l’histoire de la navigation, ses grands hommes, son folklore… – sont souvent méconnus. L’Armada souhaite la faire découvrir en proposant plus d’animations en lien avec celle-ci. Michel Bussi, écrivain normand et parrain de la manifestation, a lancé deux actions en ce sens : un concours de nouvelles, ouvert à tous (par catégorie : écoles, collèges, lycées et adultes) et un appel à projets de représentations d’art de la rue (théâtre, chant, danse, cirque…). Dix troupes amateurs, dont les noms seront connus dans quelques semaines, les interpréteront.

Les concerts, organisés chaque soir par la Région seront à nouveau au rendez-vous. Si la programmation prévoit l’accueil d’artistes nationaux et internationaux de tous styles musicaux comme lors de chaque édition, elle mettra l’accent, cette fois-ci, sur la promotion des scènes normandes, à hauteur de 50%. 

Le jeune public se verra proposer, pour la première fois, un jeu interactif très ludique, sur smartphone. Réalisé par son partenaire Sopra-Steria, il sera accessible quelques semaines avant l’événement pour susciter l’envie de vivre l’Armada, tout en veillant à sensibiliser les joueurs aux éco-gestes et aux bonnes pratiques environnementales.

« Six mois, c’est long et court à la fois. Le temps de préparer sa venue à l’Armada, qui est également l’occasion de découvrir la richesse et les beautés de la célèbre ville aux cent clochers, de la Seine-Maritime et de nos terres normandes en général » déclare Jean-Paul Rivière.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER