Israël, nation sportive et cycliste

L’équipe cycliste Israel-Premier Tech, en association avec l’Office de Tourisme d’Israël, a reçu une cinquantaine d’invités dans sa loge lors de la dernière étape du Tour de France sur les Champs-Elysées dimanche 24 juillet. L’occasion également de faire un point sur la destination qui s’ouvre de plus en plus au tourisme sportif.

Israël, nation sportive et cycliste 1
La direction de l’équipe Israel-Premier Tech peut être particulièrement fière de ses coureurs à l’arrivée sur les Champs-Elysées, avec ici le letton Krists Neilands et le canadien Hugo Houle. ©David Savary

« Amazing ». C’est le mot qui revient dans la bouche de Kjell Carlström, l’actuel manager général de l’équipe Israel-Premier Tech. L’ancien coureur peut être satisfait car pour sa troisième participation à la Grande Boucle son équipe a décroché ses deux premières victoires sur le Tour avec l’australien Simon Clarke et le québécois Hugo Houle.

Des succès qui en appellent sûrement d’autres. Et qui apportent un immense prestige à Israël. Co-propriétaire de l’équipe, l’homme d’affaires Sylvan Adams le répète à l’envi, ses coureurs sont aussi « des ambassadeurs » de la destination. Lors du succès de Simon Clarke à Arenberg le 6 juillet dernier, Yoel Razvozov, nouveau ministre du tourisme et passionné de sport (ancien judoka olympique), n’a pas manqué de féliciter via un tweet l’équipe pour cette « victoire historique ». Avant de préciser que la visibilité qu’apportent les coureurs constitue « un grand cadeau pour l’expansion du tourisme israélien ».

Depuis la loge de l’équipe Israël-Premier Tech, passage du peloton sur les Champs-Elysées. ©David Savary

Le sport, vecteur d’attractivité

Il est vrai aussi que depuis déjà de nombreuses années, Israël mise sur le sport et le tourisme sportif. Comme l’explique Laurent Gahnassia, directeur Communication et Relations Publiques à l’Office National Israélien de Tourisme, cela a « commencé il y a environ 15 ans avec le triathlon d’Eilat ». Le dirigeant insiste également sur « la beauté des fonds sous-marins de la mer Rouge qui ravit tous les amateurs de plongée ». Autre spot particulièrement prisé, le désert du Neguev pour « des rallyes automobiles, des excursions en Jeep ou encore de la descente en rappel sur de magnifiques falaises ».

« Comme la gastronomie ou l’archéologie, le tourisme sportif font partie des thématiques qui plaisent et qui sous l’impulsion du nouveau ministre du Tourisme séduisent de plus en plus le marché français » indique Laurent Gahnassia. Et quoi de mieux qu’un marathon pour valoriser les atouts touristiques d’une destination. Israël en recense au-moins trois d’envergure internationale : Jérusalem le 17 mars prochain, Tel-Aviv le 24 février, et le marathon de la mer Morte (Dead Sea Marathon) à l’endroit le plus bas du monde le 3 février 2023.

Israël, nation sportive et cycliste 2
Laurent Gahnassia, directeur Communication et Relations Publiques à l’Office National Israélien de Tourisme. ©David Savary

Accueil de grandes manifestations sportives 

Israël se veut « une formidable plate-forme d’accueil de grandes manifestations sportives ». Pour preuve, poursuit Laurent Gahnassia, se tiendra pour la deuxième année consécutive à Tel-Aviv dimanche prochain 31 juillet le Trophée des Champions qui opposera le PSG à Nantes. Et puis, ajoute enfin le dirigeant, « il y a ce projet qu’en 2036 les villes de Tel-Aviv et Berlin puissent organiser conjointement les Jeux Olympiques ». Tout juste 100 ans après les JO de l’Allemagne nazie, ce serait en effet un signal très fort.

En attendant l’équipe cycliste Israel-Premier Tech devrait continuer d’engranger les succès. Kjell Carlström, qui conserve le quadruple vainqueur du Tour Christopher Froome dans son effectif, espère un jour gagner la Grande Boucle avec l’un de ses coureurs.

En 2019 (année de référence), Israël a accueilli 4,6 millions de touristes dont 370 000 français. Avec ses 9 mois de soleil par an, la destination fait aujourd’hui partie des spots « trendy » et incontournables du bassin méditerranéen. À seulement 4h15 de vol de Paris.

Depuis Tel-Aviv Ben-Gourion, il existe un train navette spécial vers Jérusalem (et vice-versa) en 28 minutes.

Israël, nation sportive et cycliste 5
Vue sur Tel-Aviv Jaffa. ©Office National Israélien de Tourisme

Vols :

Depuis Paris en vols directs vers Tel-Aviv : El Al, Air France, Transavia, Easy Jet, Arkia.

Des départs en vols directs existent aussi de Lyon, Marseille et Nice.

Depuis Toulouse aussi avec la compagnie chypriote Tus Airways.

Dès cet automne, Transavia assurera des vols directs Paris/Eilat-Mer Rouge.  

Davantage de renseignements : Office National Israélien de Tourisme et/ou Israel safe.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER