Nicolas Rouveix, moniteur de VTT : « Oui j’ai de l’activité mais le Covid m’a quand même porté préjudice »

Pisteur secouriste l’hiver, moniteur de VTT l’été, Nicolas Rouveix est également accompagnateur en moyenne montagne et guide touristique. Enseignant notamment le VTT de descente, il se réjouit du bon démarrage de la saison. En ayant aussi toujours à cœur de faire découvrir son territoire, le Massif central.

Nicolas Rouveix, moniteur de VTT : « Oui j’ai de l’activité mais le Covid m’a quand même porté préjudice » 1
L’Auvergne, un immense terrain de jeu pour les activités outdoor, notamment en VTT avec Nicolas Rouveix.

Certains ont la chance de vivre de leur passion. C’est le cas de Nicolas Rouveix, 46 ans, moniteur diplômé de VTT. Fan depuis tout jeune de ski et de vélo qu’il a pratiqué en club, il a pu en faire de ses loisirs un métier. « Quand j’en ai eu l’opportunité, je n’ai pas hésité longtemps » déclare-t-il.

Début décembre, ce père de trois enfants est pisteur secouriste sur les pentes de Super-Besse dans le domaine du Grand Sancy. Un travail exigeant qui va de l’installation de protections permanentes dans la station à des actions de prévention en passant par des interventions d’urgence en cas d’accident. Au printemps, Nicolas change de casquette et devient moniteur et accompagnant en VTT, une discipline en vogue boostée par l’avènement des vélos à assistance électrique (VAE).

Le VTT sous toutes ses formes avec l’Auvergne pour décor

Alors qu’il travaillait auparavant avec des loueurs de la station, Nicolas Rouveix monte sa propre activité en juin 2019, « c’est toujours valorisant ». Basé dans le village de Besse, Nico Vélo propose de découvrir le VTT sous toutes ses formes. En mode balade ou en mode descente pour les plus audacieux. « Nous assurons des cours pour les enfants, adolescents et adultes, aussi bien de façon individuelle que collective » résume le responsable titulaire d’un Brevet d’Etat et d’Educateur Sportif. Les stages permettent de progresser, que ce soit sur le Bike Park et sur les pistes.

Dans son activité, Nicolas Rouveix insiste le développement des vélos électriques, « oui il y a un boom mais le marché est loin d’être arrivé à maturité ». Encourageant la pratique, il reconnait que le VAE contrairement au vélo musculaire permet d’aller partout, « et du coup l’Auvergne devient l’Ile de Ré » précise-t-il. Nico Vélo dispose notamment de Fat Bike, des montures avec assistance équipées de gros pneus adhérant sur tous les types de sols. Le moniteur recommande aussi l’hiver le VTT électrique sur neige qui connaît « un beau succès ».

Activité intense et livraisons gelées

En dépit de la crise sanitaire, Nico Vélo a connu « une dernière année touristique très intense, sans inter-saisons ». « Oui j’ai eu de l’activité mais ça m’a quand même porté préjudice sur pas mal de choses comme l’approvisionnement des vélos » explique Nicolas Rouveix qui possède un parc d’une quarantaine de deux roues, et qui avec le Covid voit ses « livraisons gelées durant un ou deux ans ». Il s’adapte et travaille sans relâche, aidé aussi par « un moniteur stagiaire en formation » chargé d’encadrer sur les balades.

Des balades qui connaissent d’ailleurs un bel engouement. L’occasion aussi pour celui qui a fait sa scolarité sur la région clermontoise de faire découvrir ce territoire qu’il aime tant. « À travers différentes balades, nous mettons en avant de magnifiques points de vue sur les volcans d’Auvergne, ses lacs et magnifiques espaces sauvages » souligne Nicolas Rouveix également passionné de volcanisme et titulaire d’un BTS en tourisme et loisirs.

Car pour lui le Massif central est un enchantement, « tous ces volcans posés à 1 000 m c’est extraordinaire, nous avons la France autour de nous et les Alpes au loin » s’enthousiasme Nicolas Rouveix ravi aussi de constater que sa saison touristique a bien démarré. Ses balades ponctuées souvent par une dégustation de produits locaux permettent de parcourir la région, d’en découvrir ses attraits, ses particularités et son histoire. Compter 45 euros par personne pour un parcours d’environ 2h30 en vélo électrique. « Je préfère multiplier les sorties et le faire avec de plus petits groupes, 6 – 8 personnes. L’expérience du client et du moniteur n’en sont que meilleures » affirme Nicolas qui accueille toujours les visiteurs avec sourire et bonne humeur.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER