Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, « Allez Sou, va la chercher pour Lolo »

Les 1er et 2 octobre se déroulait le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe sur l’hippodrome de Paris Longchamp, le « temple mondial du sport hippique ». Invité par la compagnie aérienne Qatar Airways, j’ai pu suivre les courses au plus près de la piste. Et croyez-moi c’est spectaculaire.

Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, « Allez Sou, va la chercher pour Lolo » 1
Le premier week-end d’octobre, une centaine de chevaux viennent s’affronter sur l’hippodrome francilien. ©David Savary

Samedi 1er octobre, midi, il y a foule aux abords de l’hippodrome de Longchamp. Des élégantes parées de magnifiques chapeaux attendent sagement l’ouverture des portes. Des hommes vêtus de costumes à motif Prince de Galles devisent entre eux et étudient déjà le programme. Le ciel est couvert mais sans pluie annoncée. Pour rien au monde, les passionnés de courses hippiques ne manqueraient ce grand rendez-vous annuel toujours organisé le premier week-end d’octobre.

Entièrement reconstruit par France Galop (société organisatrice des courses nationales de plat et d’obstacle) en 2018, l’hippodrome de Longchamp se présente comme « la plus grande enceinte sportive de Paris » avec 60 hectares de verdure accolés au sud-ouest de la capitale. À l’entrée principale, tout en haut des marches de l’escalier d’honneur, une statue en bronze. Renseignement pris, c’est celle de Gladiateur. Il s’agit du premier cheval français à avoir remporté le Derby d’Epsom en 1865. Impeccablement (entre)tenu, le site de Paris Longchamp a fière allure. À l’image du public et des courses qu’il accueille. Un écrin parfait pour les épreuves de galop.

Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, « Allez Sou, va la chercher pour Lolo » 2
À l’entrée de l’hippodrome, trône Gladiateur, un pur-sang originaire de l’Eure qui s’est imposé sur le prestigieux Derby d’Epsom en 1855. ©David Savary

Un voltigeur enregistre votre mise

Le 1er octobre, pas moins de neuf courses sont au programme. Partenaire du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, la compagnie Qatar Airways fait bien les choses. Elle accueille ses invités sous une immense structure blanche, le salon Ribot (du nom d’un cheval ayant gagné ici en 1955 et 1956). Champagne – Moët & Chandon s’il vous plait – canapés et petits fours régalent les convives. À l’extérieur, face à la ligne droite d’arrivée, sur une pelouse fraichement tondue, des fauteuils et des transats ont été installés. La place est belle. Pas même la peine de se déplacer aux comptoirs ou bornes de jeux pour parier. Habillé tout en vert et muni d’une tablette tactile, un voltigeur – c’est son nom – accoure vers vous afin d’enregistrer notre mise. Ils sont ainsi plus d’une centaine à déambuler dans les allées de l’hippodrome.

Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, « Allez Sou, va la chercher pour Lolo » 3
Petites explications pour bien comprendre les paris hippiques. ©David Savary

13h23, c’est l’heure de départ de la première course, le Qatar Prix Chaudenay. Sept inscrits seulement. Ce qui n’empêche pas une lutte âpre. Voir mais aussi entendre ces jeunes chevaux de 3 ans débouler à prés de 60 km/h dans la dernière ligne droite est réellement impressionnant. Le public s’embrase et voit finalement Al Qareem, un cheval irlandais, s’imposer d’un nez devant le français Sober. Le favori La Mehana ne finit quant à lui qu’à la cinquième place. Pari perdu pour moi.

Les courses s’enchainent. Avec toujours le même rituel. Dix minutes avant le départ, les chevaux défilent sur le rond de présentation. C’est ici, dans cet endroit ouvert au public, que les turfistes obtiennent les derniers tuyaux auprès des jockeys et des entraineurs. Place ensuite à un petit galop d’échauffement sur la piste avant l’installation dans les stalles. Des tireurs emmènent le cheval dans la « boîte ». Si besoin, des « pousseurs » font pression sur la croupe de l’animal pour le faire rentrer dans son emplacement qui se referme aussitôt derrière lui. Hissé sur un escabeau, avec un drapeau à la main, le starter donne alors le départ. Les distances varient entre 1 600 et 4 000 mètres. Les spectateurs peuvent suivre l’épreuve sur des écrans géants.

Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, « Allez Sou, va la chercher pour Lolo » 4
Dix minutes avant la course, chevaux et jockeys défilent sur le rond de présentation. ©David Savary

« Fais-moi plaisir, ta cravache s’il te plait »

La troisième course, le Qatar Prix de Royallieu est labellisé Groupe 1. C’est le niveau le plus élevé dans le monde du galop. En jeu, un gain de 300 000 euros à se partager entre les cinq premiers. Vêtus de blazers en laine, une bière à la main, de jeunes britanniques venus de Leeds hurlent tout ce qu’ils peuvent pour encourager Sea La Rosa, le favori de l’épreuve. La jument ne va pas les décevoir gagnant la course avec panache. Le retour du champion sur le chemin du paddock est fêté. Cris de joie, applaudissements et félicitations de la part de ses supporteurs. Sur Queen Trezy, Christophe Soumillon, la star des jockeys de l’Hexagone, n’a rien pu faire. Il termine à la huitième place. Un jeune homme l’apostrophe, « Christophe, fais-moi plaisir, ta cravache s’il te plait ». Il s’exécute et la lui lance.

Le soleil est désormais bien présent. Les lunettes de soleil sont presque sur tous les visages, environ 35 000 spectateurs dans les tribunes et en bord de piste. Beaucoup font une pause gourmande entre les courses. Ils parient aussi bien sûr. Dans le très chic Village et à côté, de nombreuses animations sont proposées. Pour toute la famille. Des photocalls permettent de garder un souvenir de sa journée aux courses. Un jeu, le Derby connait un grand succès. Le principe, enfourcher un vélo et pédaler le plus rapidement possible pour faire avancer et mener son cheval à l’arrivée avant celui de ses adversaires.

« Je n’ai jamais vu un cheval gagner avec une telle avance »

Le Qatar Prix du Cadran est un autre Groupe 1. Là encore 300 000 euros sont en jeu. Il s’agit de la plus longue course de galop organisée en France. Elle se déroule sur 4 000 mètres. Le poids des jockeys avec leur selle ne doit pas ici excéder 58 kilos. Ils sont pesés et strictement contrôlés avant et après la course. Ultra favori le numéro 7 Kyprios, encore un irlandais, l’emporte avec 30 longueurs sur le deuxième. « Je cherche mes mots…, je n’ai jamais vu un cheval gagner avec une telle avance » s’exclame bluffé le speaker. Sur le chemin du retour, Kyprios et son jockey Ryan-Lee Moore sont accueillis en héros. Un autre concurrent déplore le « manque de rythme » de sa monture qui n’a jamais pu suivre le crack devant.

Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, « Allez Sou, va la chercher pour Lolo » 5
Dans le Qatar Prix du Cadran, Lubiane ne pourra rien face au crack Kyprios. ©David Savary

Il est un peu plus de 17h00, et la huitième course de l’après-midi s’apprête à partir. Photographes et agents de sécurité se saluent cordialement. Ici, tout le monde se connait. Le public est toujours sous tension. Dix pur-sang vont s’élancer pour le Qatar Prix Daniel Wildenstein. Sur 1 600 mètres, cela va très vite, un peu plus d’1min30. Dans la ligne droite d’arrivée, de nombreux spectateurs se sont massés le long des barrières. « Allez Sou, va la chercher pour Lolo » s’époumone un quinquagénaire donnant l’impression d’avoir mis toute sa vie en jeu. Comme dans un stade de foot, la foule pousse, éructe. À la corde, Christophe Soumillon sur Erevann gagne enfin sa course. Il est heureux comme un débutant. Encore perché sur son poulain, il embrasse chaleureusement un crane, le propriétaire ou l’entraineur peut-être. Le public exulte, le favori a gagné. « Il est comme sa mère, dur comme un roc. Il va faire partie des top chevaux de l’écurie (Ndlr : Aga Khan) » déclare après la course le mari de l’ancienne miss France Sophie Thalmann.

La foule pousse, éructe

Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, « Allez Sou, va la chercher pour Lolo » 6
Environ 35 000 spectateurs sont venus à Paris Longchamp pour cette réunion exceptionnelle. ©David Savary

La journée se termine par le Qatar Prix de la Place de la Concorde. Mais la grande messe du turf se poursuivra le lendemain dimanche avec pour point d’orgue la 101ème édition du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, souvent qualifiée de la plus grande course de galop au monde. Celle-ci verra la victoire de la jument anglaise Alpinista montée par le jockey Luke Morris.

« Temple mondial du sport hippique », l’hippodrome de Longchamp accueille en moyenne 30 journées de courses chaque année. Afin de les suivre dans les meilleures conditions, quelque 500 écrans affichant également les cotes sont répartis sur l’ensemble du site. Que l’on soit féru de sport hippique, parieur invétéré ou simple spectateur curieux, je recommande cette expérience où se mêlent culture populaire et mondanités, passion exacerbée et émotions tout en retenue. Une ambiance vraiment particulière.

Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, « Allez Sou, va la chercher pour Lolo » 7
C’est chic non… ©David Savary

Dans le monde hippique, le Prix de l’Arc de Triomphe est certainement l’évènement le plus attendu de l’année. Sur la distance classique de 2 400 mètres, il voit s’affronter les pur-sang les plus rapides du monde. Lors de cette 101ème édition, 5 millions d’euros étaient alloués pour les cinq premiers dont près de 3 millions pour le lauréat, Alpinista.

Disputé pour la première fois le 3 octobre 1920, le Prix de l’Arc de Triomphe a été ainsi nommé en l’honneur du monument parisien où eût lieu le 14 juillet 1919 la parade des alliés célébrant la victoire lors de la Première Guerre mondiale. Le record chronométrique de la course est de 2’24 »49 (Danedream en 2011), soit une vitesse moyenne supérieure à 60 km/h. Au classement du nombre de victoires par pays, la France est en tête avec 68 succès devant l’Angleterre (16), l’Irlande (8), l’Italie (6) et l’Allemagne (3). Le Prix de l’Arc de Triomphe est retransmis dans une soixantaine de pays du monde entier et regardé par plus d’un milliard de téléspectateurs.

Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, « Allez Sou, va la chercher pour Lolo » 8
Grande année de sport pour le Qatar qui accueille à partir du 20 novembre prochain la Coupe du Monde de football. ©David Savary

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

1 Commentaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER