Pierre Vaultier : « Serre Chevalier, j’y suis né et j’y suis bien »

Double champion olympique de snowboard cross, toujours en activité, Pierre Vaultier est l’ambassadeur de la station de Serre Chevalier Vallée Briançon dans les Hautes-Alpes. Très sensible sur les questions environnementales, il a lancé cet automne son association, « Tree to forest » (de l’arbre à la forêt), dont l’objectif est de planter des arbres et mener des projets pédagogiques dans les écoles.  

Pierre Vaultier : « Serre Chevalier, j’y suis né et j’y suis bien » 1
Le double champion olympique de snowboard cross a lancé cet automne à Saint-Chaffrey (Hautes-Alpes) « Tree to forest », une association à vocation environnementale.

Vous avez beaucoup voyagé. Quels sont les « spots » qui vous ont vraiment marqué, en France, à l’étranger ?

Je voyage principalement pour des raisons professionnelles autour de mon sport et des compétitions auxquelles je prends part. Le Japon est un pays que j’ai adoré pour de multiples raisons : l’ambiance, la neige, les paysages… tellement dépaysant sans jamais être oppressant. A mes yeux c’est une des meilleures destinations neige pour pratiquer les sports de glisse différemment.

Pouvez-vous nous partager quelques anecdotes de voyages ?

Je me souviens de la Finlande en novembre 2017, huit jours sur dix de ciel découvert et huit jours d’aurores boréales. C’était même devenu banal. Incroyable !

J’ai eu également l’occasion d’aller en Iran en décembre 2007. Dans ma tête, Iran = mer Caspienne = caviar. J’ai demandé à mon guide, car oui en Iran on n’a pas le droit d’aller partout, de m’amener dans une boutique où je pouvais acheter du caviar. Deux heures et quarante échoppes plus tard on a trouvé une petite boite de caviar au fond d’un frigo…
Enfin j’ai été marqué par l’Argentine et son rythme de vie. Après quelques jours nous avions compris le truc au resto. On venait à 20h00 pour s’installer et commander, on repartait à l’hôtel continuer nos tâches, puis on revenait 1h30 plus tard pour attendre notre repas.

Où vivez-vous aujourd’hui ?

Je vis principalement à Serre Chevalier. J’y suis né et j’y suis bien. Vers l’âge de 15 ans j’ai quitté la vallée pour aller étudier en Isère puis en Savoie en parallèle de ma formation sportive. Je constate que beaucoup de gens veulent partir de la vallée pour d’autres horizons, professionnels surtout. Moi je veux y rester. C’est sans doute le fait de l’avoir quittée tôt qui a fait grandir mon envie d’y revenir.

Comme ce fut le cas pour moi, mes enfants vont à l’école primaire de Saint-Chaffrey. Ils aiment les hivers neigeux et les étés au frais. Je me demande s’ils se rendent compte de la chance qu’ils ont de vivre ici. Personnellement j’ai mis du temps à m’en rendre compte

Comment choisissez-vous vos vacances ?

Mon épouse est estonienne donc on navigue entre les deux pays. Deux langues différentes, deux cultures assez opposées et c’est ce qui fait tout l’intérêt. Ce ne sont pas vraiment des vacances quand nous partons mais ça coupe tout de même du quotidien à Serre Che. Je me plais bien aussi là-bas, c’est un pays fascinant que je recommande. Pour des vacances découvertes, nous sommes allés à La Réunion et à Maurice avec les enfants en bas âges. Cela nous a vaccinés. Nous attendons qu’ils grandissent.

Pierre Vaultier : « Serre Chevalier, j’y suis né et j’y suis bien » 2
Pierre Vaultier ici à Bansko (Bulgarie) lors d’une épreuve de Coupe du Monde en 2018. @Liubomir Asenov / Red Bull Content Pool

Etes-vous plutôt voyage organisé ou improvisé ?

Avec deux enfants et au risque de décevoir, organisé… mais par mes soins. Je suis un peu « control freak » sur les bords. J’aime bien mettre un cadre à ce que je fais, encore plus quand je ne suis pas tout seul. Un soupçon d’impro évidemment mais une fois que le décor est posé. Quant au voyage de groupe organisé, ça NON.

Quel est votre prochain voyage ou votre prochaine destination de vacances ?

D’ici quelques années la Grèce pour un farniente plage et soleil. J’ai des amis grecs pour les bons tuyaux. J’aimerais aussi aller en Norvège, surtout sur les îles Lofoten au printemps. D’une manière générale je n’ai jamais assez de l’hiver à Serre Che et je trouve que le proche arctique est une super destination pour voir le ski autrement au mois de mai. Je milite pour l’hiver toute l’année de toute façon.

Si vous deviez poser vos valises, le paradis ce serait où ?

Je suis parfaitement heureux là où je suis, si ce n’est pas le paradis c’est sa première couronne. Un endroit imaginaire alors ?… non même pas !

Quelques éléments de biographie

Natif de Briançon, âgé de 33 ans, Pierre Vaultier est un snowboardeur spécialiste du snowboard cross (un parcours d’obstacle chronométré sur piste comportant des bosses, des portes et des virages relevés). Double champion olympique de la discipline, en 2014 à Sotchi et en 2018 à Pyeongchang, il remporte également le titre mondial en 2017 à Sierra Nevada. Pierre Vaultier est par ailleurs sextuple vainqueur du globe de cristal en Coupe du Monde. Ayant toujours l’envie de poursuivre sa carrière mais actuellement blessé, le Haut-Alpin, ambassadeur de la station de Serre Chevalier, vient de lancer son association à vocation environnementale dont l’objectif est de planter des arbres avec les enfants dans les écoles. « Tree to forest » (de l’arbre à la forêt) entend mener des projets pédagogiques avec les établissements scolaires afin de sensibiliser les élèves à la préservation des forêts. Avec l’aide de son co-fondateur Florent Astier, ancien skicrosser, Pierre Vaultier a initié début octobre son premier projet à l’école primaire de Saint-Chaffrey, en collaboration avec la mairie et l’ONF (Office National des Forêts). Quelque 40 élèves ont planté 200 mélèzes sur une parcelle de 4 000 m2. A l’automne 2021, l’objectif est de planter 2 021 arbres en compagnie de cinq écoles de la vallée de Serre Chevalier Briançon.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

David Savary
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter