Remis d’une leucémie, Cyril Trentin rêve de sa 3e Diagonale des Fous

Diagnostiqué d’une leucémie en 2017, Cyril Trentin a réussi l’incroyable défi l’année suivante de participer à l’un des trails les plus durs au monde : la Diagonale des Fous. Ce samedi 19 mars, l’Essonnien espère décrocher à l’EcoTrail Paris sa troisième participation au Grand Raid de La Réunion.

Remis d'une leucémie, Cyril Trentin rêve de sa 3e Diagonale des Fous 1
Entraînement à Fontainebleau en vue de la Diagonale des Fous 2019. © Cyril Trentin

C’était en mars 2017. Cyril Trentin apprend qu’il souffre d’une leucémie. Se dressent alors devant lui six longs et intenses mois de chimiothérapie. Loin de se lamenter, Cyril décide sans attendre de prendre son destin en main. Il se rappelle : « En sortant de l’hôpital, j’ai téléphoné à quelques amis afin de récupérer un dossard pour participer au marathon de Paris. Je n’étais pas prêt physiquement, et la course avait lieu dans dix jours. » Il était impensable pour le père de trois enfants qu’on lui interdise de courir. « C’était ma manière de me préparer pour affronter les six mois de soins intensifs » assure-t-il.

Cyril en sort totalement lessivé et exténué : « Je n’étais même pas capable de monter un escalier. Mon corps était physiquement incapable de le faire » confie le chef de projet dans l’aéronautique. Avant de reprendre : « Mais je ne me suis jamais posé la question pourquoi cela m’arrivait. Je me suis plutôt demandé comment j’allais faire pour m’en sortir ». La maladie lui a permis de se fixer des objectifs qu’il pensait jusqu’alors, irréalisables. C’est en effet lorsqu’il était au plus mal, que ce grand sportif s’est lancé le défi complètement fou de participer à l’un des trails les plus durs au monde : la Diagonale des Fous.  Au menu : 160 km, 9 400 m de dénivelé positif à effectuer en moins de 66 heures et des écarts de température de 35 °C entre le jour et la nuit.

Remis d'une leucémie, Cyril Trentin rêve de sa 3e Diagonale des Fous 2
Le Grand Raid, c’est quatre courses pensées pour différents niveaux, de la grande Diagonale pour les plus experts à la Mascareignes en passant par le relais Zembrocal Trail. © GRAND RAID / IMAZ PRESS

Le sport comme moyen de reconstruction physique et mentale

Pour se remobiliser et se préparer au mieux, l’Essonnien peut compter sur sa famille, ses proches, ainsi que sur l’association Laurette Fugain. Créée en 2002, l’organisation a pour objectif de lutter contre toutes les maladies du sang. Le sportif de 46 ans court très régulièrement pour l’association et parraine de nombreux malades. Tout a commencé il y a 20 ans : « L’un de mes meilleurs amis a été touché par une leucémie. J’ai alors décidé de courir le marathon de Paris pour lui ». Il réitèrera l’expérience pendant l’EcoTrail Paris, cette fois pour un autre camarade. Et cinq ans auparavant, c’était justement ce camarade qui courut la Diagonale des Fous pour Cyril, lorsque ce dernier effectuait ses séances de chimiothérapie. « Ça m’avait énormément touché. D’autant plus qu’il a réussi à la terminer. » 

Le sport a été un facteur incontournable pour résister et lutter. Pendant son traitement, Cyril continuait d’aller courir pour tenter d’entretenir et de maintenir ses capacités physiques. « Après les séquelles laissées par le cancer, le sport m’a permis de me revaloriser et de me sentir mieux dans mon corps. Ensuite, cela m’a permis de me reconstruire mentalement. » précise-t-il.  Et lorsqu’il se retrouve de nouveau au départ d’une course avec l’ensemble des participants, l’athlète a le sentiment que « la maladie n’existe plus ». Courir avec le nom d’un copain malade inscrit sur le dossard lui fait prendre également conscience que certains n’ont pas la chance et la capacité de courir.  

« Les marches de la tour Eiffel, c’était plus à la force des bras qu’à la force des jambes ».

Cyril Trentin

En 2018, après avoir quelque peu récupéré physiquement, il se lance le défi de se qualifier pour la Diagonale des Fous. Pour relever ce défi : deux courses qualificatives de 80 km minimum. L’EcoTrail Paris fut alors sa première grande course depuis la fin de sa chimio. Cyril termine en 12 h 45 min, sous la barre éliminatoire des 13 heures, après avoir parcouru 80 km avec une tendinite au mollet. « Les marches de la tour Eiffel, c’était plus à la force des bras qu’à la force des jambes » plaisante Cyril.

Mais son rêve de participer à la Diagonale des Fous était plus fort que la douleur. Concernant le parcours, Cyril a grandement apprécié les nombreux secteurs en forêt, mais reste quelque peu dubitatif quant à l’arrivée au cœur de Paris : « J’ai eu l’impression d’être perdu pendant plusieurs jours dans la forêt avant de me retrouver au cœur de la ville avec la circulation. Mais l’arrivée au premier étage de la tour Eiffel avec la vue sur Paris est fabuleuse ». Cyril Trentin valide ensuite son deuxième trail et réalise son rêve : participer au Grand Raid de la Réunion en octobre 2018.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Photo_Vincent-Krieger_EcoTrail_Paris-1.jpg.
Le tracé de 80 km de l’EcoTrail Paris contourne l’étang de Saint-Quentin et traverse entre autres la Forêt Domaniale de Meudon et de Versailles. © Vincent Krieger

Hors délai au bout de 80 km et 25 heures de course avec une entorse à chaque cheville, Cyril est le seul à ne pas terminer la course parmi ces trois compagnons avec qui il a pris le départ. Il aurait pu se satisfaire de sa participation, mais son objectif était dorénavant d’être finisher. « Psychologiquement, c’était très compliqué. Je l’ai vécu comme un échec, j’étais très déçu et un peu anéanti. » En prenant du recul, l’organisateur du trail La Sans Raison relativise : « Douze mois avant, j’étais incapable de courir un 40 km. Alors participer à l’une des courses les plus durs au monde, c’était pour moi un véritable exploit ». Mais la déception est tellement grande qu’il n’a qu’une chose en tête : y retourner et aller au bout.

Un an plus tard, il signe sa deuxième participation et parvient à terminer la course. Juste avant le départ, en récupérant son bracelet, un bénévole s’étonne de voir le petit bout de caoutchouc symbolisant sa première participation, autour de son poignet. Cyril lui répond : « Ce premier bracelet me rappelle la première fois où je n’ai pas terminé. Tous les jours, je me lève en me disant que j’ai encore quelque chose à accomplir ». Le bénévole lui rétorque : « Vous êtes carrément un fou ». Fou, oui, dit-il, puisqu’il l’a terminé et a survécu à cette course dantesque avec en prime de nombreuses hallucinations et 40 minutes de sommeil en trois jours.

Remis d'une leucémie, Cyril Trentin rêve de sa 3e Diagonale des Fous 3
Deux ans après l’annonce de sa leucémie, Cyril Trentin termine la Diagonale des Fous et réalise ainsi son rêve.

L’EcoTrail Paris comme dernière étape avant la Diagonale des Fous

Cette année, son objectif est de se qualifier pour sa troisième Diagonale des Fous. Mais cette fois, une course de 80 km suffit pour prendre le départ. Le 19 mars, l’EcoTrail Paris sera donc l’ultime étape avant la Réunion. « J’espère être finisher au premier étage de la tour Eiffel et valider mon inscription ». Quand on lui demande pourquoi il s’inflige tant de souffrances physiques et mentales, il répond : « Je veux me prouver que je suis capable de le refaire. » Un défi sportif certes, mais également mental. L’ultra-trail est également l’occasion pour Cyril de se recentrer sur lui-même, sur l’essentiel. Car passer 60 heures en semi-autonomie au milieu des montagnes permet d’apprendre à mieux se connaître. Il a pris notamment conscience que son corps n’avait pas forcément de limites. « Le monde pouvait s’écrouler autour de moi, j’étais focalisé sur mon objectif. Quitte à en mourir ».  

Un challenge effectué pour soi, mais également pour les autres. Lorsque que l’on court pour une personne tout juste greffée et une amie qui vient de perdre son papa « la course prend une dimension différente. Le nom de mon ami malade pour qui je cours agit sur moi comme un véritable moteur. »  De même, l’île de la Réunion et ses magnifiques paysages sont une formidable récompense après les souffrances endurées. Le cirque de Mafate, classé au patrimoine de l’UNESCO est l’un de ses paysages préférés.

Remis d'une leucémie, Cyril Trentin rêve de sa 3e Diagonale des Fous 4
Photo prise depuis le superbe point de vue de Dos d’Ane, sur le rempart Nord du cirque de Mafate. © réunion_mafate

Un exemple de résilience

Courir 160 km un an après avoir subi six mois de chimiothérapie et presque entièrement vaincu sa leucémie, Cyril Trentin s’avère être un véritable modèle de résilience. Un porteur d’espoir qui montre le chemin à suivre pour s’en sortir. « Ce que j’ai vécu donne de l’espoir et de la force aux personnes souffrants d’un cancer ». Aujourd’hui, Cyril est toujours victime d’une leucémie chronique. Il doit se rendre tous les 6 mois à l’hôpital afin d’effectuer un bilan. Mais son état s’est stabilisé depuis 2017 et il n’a plus aucun traitement à suivre. Sa vie se déroule presque normalement, sans aucunes séquelles dans sa vie quotidienne. 

Si Cyril avait un dernier message à transmettre, ce serait de « prendre du plaisir, car la maladie n’a pas à nous retirer quoi que ce soit. Moi, elle m’a rendu plus fort ». Il a également compris que rien ne lui était interdit, à partir du moment où il était décidé à réaliser son rêve. A travers son expérience, le Coureur au Grand Cœur est conscient du motif d’espoir qu’il incarne. « Quand je leur dis qu’il me fallait dix minutes pour récupérer après avoir monté un escalier, et qu’aujourd’hui, je cours des trails de 80 km et la Diagonales des Fous, cela leur prouve que rien n’est impossible ».

Focus sur l’EcoTrail Paris

Créé en 2008, l’EcoTrail Paris est une course nature écoresponsable accessible à tous les pratiquants. Le parcours met notamment en valeur le milieu naturel et culturel francilien en s’inscrivant au cœur des préoccupations du respect de l’environnement. L’événement propose une offre variée de trails, longues et courtes distances, mais également des marches nordiques et des randonnées. De 10 à 80 km pour les trails, et de 10 à 18 km pour les marches nordiques, les participants se laisseront surprendre en passant par les plus beaux monuments et sites de la région parisienne : Château de Versailles, Domaine national de Saint-Cloud, tour Eiffel… chaque parcours donne l’opportunité de fouler les sentiers tout en arpentant des lieux uniques.

La distance phare de l’EcoTrail Paris : le Trail 80 km.  C’est la distance historique de l’EcoTrail Paris depuis 2008. Avec son arrivée unique au premier étage de la tour Eiffel, pour récompenser les finishers, le parcours plutôt roulant, est une invitation à découvrir des lieux atypiques de l’ouest francilien et l’occasion idéale de lancer sa saison (ultra) trail. Alors rendez-vous ce samedi 19 mars pour participer ou assister à la course !

Le parcours :

Remis d'une leucémie, Cyril Trentin rêve de sa 3e Diagonale des Fous 5

Adrien Leroux

Étudiant de 3ème année en management sportif et en journalisme à l'École Supérieure de Journalisme de Lille

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER