Michel Platini œuvre pour l’inscription du football au Patrimoine de l’Unesco

Lors d’un entretien sur Europe 1 Sport diffusé ce vendredi, l’ancien président de l’UEFA Michel Platini a réaffirmé sa volonté de voir le football être inscrit au Patrimoine intemporel de l’Unesco. Et pourquoi pas.

Michel Platini œuvre pour l’inscription du football au Patrimoine de l’Unesco 1
Sport le plus populaire au monde, le football recense quelque 270 millions de pratiquants sur la planète.

L’alpinisme, le yoga ou plus récemment la yole figurent déjà sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité à l’Unesco. Pourquoi pas le football, c’est ce que se dit Michel Platini qui travaille sur le sujet depuis déjà un moment.

La cause est noble. Le football, ce sport codifié par les Britanniques à la fin du XIXème siècle, recense plus de 270 millions de pratiquants de par le monde. Selon les statistiques, il capte l’attention de plus de 3,5 milliards de téléspectateurs chaque année sur la planète. C’est assurément le sport le plus populaire sur notre bonne vieille Terre. Un sport qui au passage séduit de plus en plus de femmes.

À travers l’inscription du football sur la liste de l’Unesco, Michel Platini veut avant tout protéger « l’esprit » de ce sport. De faire en sorte que les règles du jeu demeurent immuables. Déjà, en septembre dernier, sur les ondes de France Inter, l’ancien numéro 10 des Bleus s’était dit prêt à porter le dossier à travers le monde, « puisque ce sont des décisions présidentielles. Il faut que je voyage, que je bouge ». L’idée est que le football reste un jeu. « Si on va dans une cour de récréation, on fait un un contre un, on met des pierres de chaque côté et c’est du football. Et ce n’est pas géré par une institution, ce n’est pas pour ça que vous être membre de la FIFA », expliquait alors l’ancien buteur de la Juventus de Turin qui constate qu’aujourd’hui ce sport relève davantage d’un « grand show, un grand business, un grand barnum ».

Pour faire aboutir son projet de classement du football au Patrimoine de l’Unesco, Michel Platini va prendre son bâton de pèlerin et « bosser ». « Je suis en train de travailler avec la faculté des sports de la ville de Marseille pour avancer parce que c’est quelque chose qui est un petit peu compliqué » indique-t-il sur les ondes d’Europe 1 Sport.

Au moment où le football est si malmené dans les instances internationales, mais aussi dans nos tribunes et sur nos terrains, ce combat de l’ancien capitaine de l’équipe de France nous semble salutaire. Nous le soutenons dans son initiative. Et si cela nous permet d’éviter qu’une Coupe du Monde se déroule tous les deux ans (au lieu de quatre comme cela se passe depuis la première en 1930), c’est très bien.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER