Après le « tourisme », le « sport » rentre dans la difficile phase du déconfinement

Depuis lundi 22 juin, il est de nouveau possible de pratiquer le football mais il faudra attendre le vendredi 10 juillet pour voyager avec un billet de foot dans sa poche.  A condition d’être parmi les 5000 spectateurs qui auront pu se procurer une place. Le secteur du sport sort blessé de cette crise. A son chevet, les sénateurs qui ont fait une série de dix propositions pour aider le secteur à surmonter la crise.

Stade vide
Les matches à huis clos, c’est bientôt du passé.

On ne sait pas si la décision d’arrêter le championnat de France de Ligue 1 était une bonne ou mauvaise mais, ce dont est sûr, pour observer comment cela se passe chez nos voisins, c’est qu’il n’y a pas plus triste qu’un match à huis clos. Président de la Fédération française de football, Noël Le Graët se réjouit ainsi de pouvoir de nouveau accueillir du public, « la réouverture des stades à partir du vendredi 10 juillet, avec le retour des spectateurs limités à 5 000 personnes, représente une étape importante dans l’organisation des matches à venir ». Il explique : « ces nouvelles dispositions permettent d’envisager une ouverture prochaine plus large d’accueil des spectateurs concernant la finale de la Coupe de France masculine fin juillet, la finale de la Coupe de la Ligue, les demies et la finale de la Coupe de France féminine début août ainsi que la reprise des championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 programmée fin août ».

Autoriser l’alcool dans les stades pour renflouer les caisses et attirer des spectateurs

On l’a compris depuis le 17 mars et le confinement, c’est le virus qui dicte les décisions du gouvernement. Des matches sans spectateurs, et quel que soit le sport, c’est évidemment des recettes en moins pour des clubs qui ont été fragilisés par l’arrêt brutal des compétions. Pour les aider, les sénateurs ont fait une proposition qui peut renflouer leur caisse et qui peut être de nature à faire revenir les spectateurs : assouplir la loi Evin et autoriser de nouveau la vente d’alcool dans les stades.

Le constat fait par les élus est le suivant : « si le football professionnel peut envisager de reprendre les compétitions en août à huis clos compte tenu du poids des droits télévisés dans ses recettes10, ce n’est pas le cas des autres disciplines, notamment le rugby et les sports de salle, dont la majorité des recettes est issue de la billetterie et des recettes de marketing. Les clubs sont inquiets du maintien de leurs partenariats avec les sponsors et les collectivités territoriales dont les priorités pourraient changer à l’issue de la crise sanitaire ».

Le Sénat propose donc d’assouplir la loi Évin dans les enceintes sportives avec une évaluation en 2022. Jean-Jacques Lozach et Claude Kern, membres du présent groupe de travail, indiquaient en 2017 déjà qu’une modification de la « loi Évin » autorisant la vente d’alcool dans les stades ainsi que la publicité pour certaines boissons alcoolisées permettrait de rapporter entre 30 et 50 M€ aux clubs professionnels ».

Pour les sénateurs, « les circonstances ont changé du tout au tout depuis une vingtaine d’années. La violence dans les stades a été largement jugulée et le public canalisé. Les problèmes se concentrent aujourd’hui sur les abords des enceintes sportives où la consommation d’alcool n’est pas contrôlée, notamment les alcools du groupe 4, les plus nocifs ».

Le groupe de travail propose donc d’autoriser la consommation dans les stades de certains alcools, moins de 18 degrés d’alcool, et certaines publicités pendant deux ans.  Il va falloir convaincre le ministère des Sports qui, interrogé par l’Equipe, sans tout à fait fermer la porte, a rappelé que Roxana Maracineanu « n’était pas favorable à cette option » tout comme le ministère de la Santé. Notre position n’a pas changé. Ce n’est pas dans l’air du temps. »

Il ne s’agit pas de promouvoir l’alcool masi on peut quand même déplorer, avec certains supporteurs, que l’on puisse en consommer dans les loges et, surtout, dans tous les bars ouverts autour des stades. Comme l’expliquent les sénateurs, le monde du sport est violemment touché par la crise sanitaire et si son sauvetage doit passer par le droit de boire une bière à la mi-temps, le risque politique paraît plus faible que prêter des milliards à Air France. Le tourisme sportif, tant pour les acteurs que pour les spectateurs, mérite de la considération.

Les dix propositions du Sénat pour aider le monde du sport

  • 1. Mettre en place un plan global pour soutenir le secteur du sport à la rentrée de septembre 2020
  • 2. Créer un crédit d’impôt dédié aux annonceurs dans le sport
  • 3. Assouplir la loi Évin dans les enceintes sportives avec une évaluation en 2022
  • 4. Élaborer un mécanisme de garantie du paiement aux collectivités territoriales des redevances d’occupation demandées aux clubs professionnels pour l’usage des enceintes sportives
  • 5. Augmenter les moyens de l’Agence nationale du sport (ANS) pour renforcer son action territoriale
  • 6. Mettre en place l’organisation territoriale de l’ANS au second semestre 2020
  • 7. Adopter un moratoire sur la réforme des CTS jusqu’en 2024
  • 8. Créer un « Pass Sport » pour encourager les 14-20 ans à pratiquer un sport en club
  • 9. Permettre à l’ANS d’aider financièrement les athlètes fragilisés par le report des Jeux olympiques de Tokyo
  • 10. Mobiliser des moyens en faveur du sport professionnel féminin afin de permettre aux clubs de mieux valoriser leurs infrastructures

Les trails font leur retour au mois d’août

Incarnant la synthèse du sport et de tourisme, la découverte d’un territoire par le biais d’une pratique physique, le calendrier des compétitions devrait reprendre normalement au mois d’août, à l’exception notable de l’Ultra Trail du Mont-Blanc (UTMB). Les organisateurs se sont justifiés auprès des participants :  « notre souhait est de vous faire vivre une expérience UTMB Mont-Blanc pleine et entière, telle qu’elle est proposée depuis 18 ans. Un parcours mythique autour du Mont-Blanc et qui traverse 3 pays et 18 communes françaises, italiennes, suisses. Notre volonté est de ne pas dégrader votre expérience UTMB Mont-Blanc ».

Après le « tourisme », le « sport » rentre dans la difficile phase du déconfinement 1
Des compétitions de trail auront lieu au mois d’août

Laurent Guena

Rédacteur en chef adjoint.
Contact: laurent.guena@sport-et-tourisme.fr

Laurent Guena
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter