Michaël Ruysschaert, directeur général de l’Agence Savoie Mont Blanc : « Hier soir, il neigeait sur les massifs alpins, c’est toujours une expérience incroyable »

L’Agence Savoie Mont Blanc et ses 112 stations font face aujourd’hui à une crise inédite en devant composer avec la fermeture des remontées mécaniques, celle des restaurants et un couvre-feu. Michaël Ruysschaert, son directeur, malgré un agenda surchargé, a pris le temps de répondre à nos questions.

Savoie Mont Blanc
Michaël Ruysschaert, directeur général de l’Agence Savoie Mont Blanc ©Savoie Mont Blanc-Bijasson .

Sport & Tourisme- : Les nombreux vacanciers indécis se sont-ils décidés à réserver des séjours à Noël ?

Michaël Ruysschaer : Il y a, d’un côté, les stations d’altitude renommées pour la neige et qui ont globalement tout concentré sur l’offre tout ski. Elles sont dans l’expérience montagne et on anticipe des taux d’occupation entre 20 et 40%.

De l’autre côté, les stations villages, de moyenne altitude, imaginées avant en tant que village et qui ont basculé dans l’offre ski il y a dix ans. Elles résistent grâce une offre territoriale et un savoir-faire terroir comme la fabrication du fromage. Elles vivent à l’année, avec des habitants. L’offre va au-delà de l’ « outdoor ». Elles bénéficieront d’au-moins 50% de taux d’occupation, ce qui est une performance compte tenu du contexte. On retrouve une sorte de similarité avec l’été avec le besoin de se reconnecter à la nature, un retour aux choses simples, de la convivialité en famille symbolisées par la carotte sur le bonhomme de neige et les batailles de boules.

Qu’est-ce que vous mettez en place comme encadrement pour ceux qui vont découvrir ou redécouvrir la montagne l’hiver ?

L’Agence Savoie Mont Blanc sensibilise les visiteurs. On leur rappelle qu’ils évoluent dans un espace naturel qui nécessite des connaissances. Il ne faut pas aller au-delà de ses compétences et écouter les bons conseils. Nous avons un vrai rôle pédagogique. L’été, c’est plus facile. Avec des bonnes chaussures et si l’on reste sur des sentiers, c’est accessible. L’hiver, il faut être vigilant, ne pas imiter ce que l’on peut voir dans les vidéos YouTube. C’est ce que l’on dit sur nos réseaux sociaux dans des messages de vigilance.

Une offre Ouigo extrêmement intéressante depuis Paris avec des aller-retour à 20 euros

Qu’en est-il des structures d’hébergement. Sont-elles ouvertes ?

C’est très disparate. A Avoriaz, Pierre & Vacances n’a ouvert que trois résidences sur une quinzaine. A l’inverse, à Chamonix, ils vont probablement tout ouvrir. C’est bien deux sujets différents : une station qui est à 2 000 mètres et une station qui est à 800 mètres.

De nombreux hôteliers sont ouverts dans des stations de charme mais certains, qui ne sont pas capables de proposer un service en chambre, ont dû rester fermés. Tout dépend de la manière dont a été pensé l’établissement.

C’est aussi une question de rentabilité. En janvier, il y a peu d’activités sans vacances scolaires européennes en face et certains ont préféré ne pas risquer d’embaucher pour Noël et le Nouvel An. D’autres ont faire le pari d’ouvrir à 100%.

L’offre transport, en particulier celle du train, est-elle maintenue ?

L’offre Ouigo est extrêmement intéressante puisqu’au départ de Paris on peut trouver, plusieurs fois par jour, des prix aller-retour à vingt euros. Ce n’est pas un prix d’appel, nous avons vérifié. Le transport aérien, même si des vols sont maintenus, est en souffrance mais notre clientèle, souvent familiale, se déplace le plus souvent en voiture. On s’attend à avoir du trafic routier d’où l’intérêt de lisser des courts séjours du jeudi au dimanche, du vendredi au lundi.

L’hiver est annoncé neigeux, on aura un vrai ski de printemps

L’Agence Savoie Mont Blanc était-elle favorable à l’interdiction des Français d’aller skier en Suisse ?

On part du principe que nous nous partageons le client qui est aujourd’hui pénalisé. Nous sommes des techniciens, le bras armé de la Savoie et de la Haute Savoie et nous raisonnons « client » qui, une fois part en Suisse, une autre fois dans les Dolomites. Même si nous sommes déçus ne pas s’aligner, ne serait-ce qu’avec les Portes du Soleil (domaine franco-suisse NDLR), on n’oppose pas la chance qu’ont les Suisses de pouvoir skier avec notre malchance. Nous faisons partie d’un tout. On se concentre sur nous-mêmes. Il va falloir convaincre que l’on peut tenir une vraie promesse Noël et Nouvel An qui est magique. Hier soir (mardi 15 décembre NDLR), il neigeait sur les massifs alpins, c’est toujours une expérience incroyable qui sera différente des autres années.  

Comment s’annonce le reste de la saison ?

On va avoir un phénomène de report, avec, sans doute, comme l’hiver est annoncé neigeux, un vrai ski de printemps favorisé par des offres attractives. On peut espérer capitaliser sur mars et avril pour essayer de compenser toutes les pertes. Il ne faut pas refaire le match toutes les semaines mais regarder devant et préparer le monde d’après.

Observatoire de l’Agence Savoie Mont Blanc : un client qui attend des conditions flexibles

L’Observatoire de L’Agence Savoie Mont Blanc a publié lundi 14 décembre les résultats d’un baromètre sur les comportements des Français, confié au cabinet spécialisé Contours . Parmi ceux partants aux sports d’hiver, 3 % partiront à Noël et 18 % demeuraient indécis au moment de l’enquête. Cette proportion se voit majorée de manière très nette pour ceux partants habituellement à Noël, avec 20 % de confirmation de séjours et 48 % d’indécision. Le reste des répondants (32 %) déclarent avoir renoncé.

Des conditions commerciales particulièrement flexibles seront déterminantes dans le système décisionnel des vacanciers attentistes. 73 % des indécis se disent ainsi convaincus par la garantie d’un remboursement par virement bancaire, 71 % par une annulation sans frais 71 % également par un remboursement des forfaits et des cours de ski en cas d’annulation du séjour. À ce stade, les avoirs et assurance Covid-19, seulement cités respectivement à 27 % et 43 % ne pèsent pas dans la balance.

Michaël Ruysschaert, un homme de marketing au service de la montagne

Michaël Ruysschaet, de formation universitaire scientifique (Polytech), dirige l’Agence Savoie Mont Blanc depuis le 1er octobre mais les problématiques de la montagne sont loin de lui être inconnues. Agé aujourd’hui de 44 ans, après une carrière dans le secteur du marketing et des médias (RTL Group, M6), il a été recruté en 2017 à la direction de l’Office de tourisme d’Avoriaz où il il aura eu à cœur de renforcer la notoriété et l’image de la station avec une stratégie marketing digital puissante en misant notamment sur la conquête de nouvelles clientèles.

Laurent Guena

Rédacteur en chef adjoint.
Contact: laurent.guena@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter