Plus d’une centaine de communes labellisées « Ville à Vélo du Tour de France »

Alors que l’opération « Mai à Vélo » bat son plein, le label « Ville à Vélo du Tour de France » met en avant les communes françaises qui s’impliquent dans des opérations favorisant la pratique de la bicyclette. Cette année, 28 villes ont présenté pour la première fois leur candidature, tandis que 6 des 80 villes labellisées en 2021 ont renouvelé leur candidature.

Plus d’une centaine de communes labellisées « Ville à Vélo du Tour de France » 1
Copenhague qui vient d’obtenir 4 vélos au label accueillera le Grand Départ du Tour de France le 1er juillet prochain.

« Cette deuxième édition permet de rappeler l’engagement du Tour de France aux côtés de toutes les collectivités pour la promotion du vélo » indique Christian Prudhomme, directeur du Tour de France. Et le dirigeant de rappeler que « 108 communes sont désormais labellisées « Ville à Vélo du Tour de France », signe que cette démarche répond à un besoin pour les collectivités, qui souhaitent s’engager pour la mobilité à vélo ».

Avoir accueilli au moins une fois le Tour de France

Ouvert à toutes les collectivités ayant accueilli au moins une fois le Tour de France ou le Tour de France Femmes avec Zwift, le label salue l’ensemble de la politique de promotion du vélo mise en place sur le territoire, qu’il soit un moyen de transport du quotidien, une source de loisir ou pour une pratique en compétition.

En 2022, 28 villes ont pour la première fois présenté leur candidature, tandis que 6 des 80 villes labellisées en 2021 ont souhaité renouveler leur candidature. Ces villes françaises, danoises, néerlandaises, suisses et luxembourgeoises candidates pour cette deuxième édition ont toutes satisfait aux critères d’évaluation et obtenu un niveau de labellisation en adéquation avec les projets présentés dans les dossiers remis au jury.

Les dossiers rédigés par les villes candidates ont en effet mis en exergue leur motivation, au travers de la stratégie de développement des infrastructures cyclables et l’amélioration de la sécurité des cyclistes. Les collectivités ont également présenté les actions concrètes liées au soutien de la pratique loisir du vélo au sein de leur territoire et à la pratique sportive du vélo (déploiement d’infrastructures, amélioration de la sécurité des cyclistes, apprentissage avec le « Savoir Rouler à Vélo », stationnement et lutte contre le vol, entretien et réparation, outils de promotion…). Cette année, 22 villes candidates sont présentes sur les parcours du Tour de France et du Tour de France Femmes avec Zwift, Paris étant commune aux deux épreuves.

En haut du tableau Copenhague, Valkenburg et Paris

Dans le détail, l’édition 2022 consacre Copenhague (Danemark), Paris et Valkenburg (Pays-Bas), 3 villes qui ont obtenu 4 vélos, signe d’une promotion exemplaire du vélo sous toutes ses formes. Les critères adoptés pour l’évaluation cherchent à juger de la dynamique en œuvre dans les communes davantage que du niveau actuel des infrastructures par exemple. La promotion 2022 honore onze villes de moins de 10 000 habitants, 8 villes moyennes, et 15 villes de plus de 50 000 habitants. Cette diversité nécessite un jugement tenant compte de la spécificité de chacun de ces territoires. Cette deuxième campagne du label porte donc à 108 le nombre de villes labellisées « Ville à Vélo du Tour de France », soit plus de 7 millions de personnes en France et dans 7 pays européens (Danemark, Belgique, Espagne, Pays-Bas, Irlande, Luxembourg, Suisse) qui bénéficient directement des solutions mises en place par les villes récompensées.

« Le succès de cette édition montre qu’il manquait vraiment un label comme celui-ci. En effet, son impact va bien au-delà d’un panneau en entrée de ville, puisque la seule lecture de la grille d’évaluation sert d’inspiration, et même de miroir, aux collectivités désireuses de développer tous les usages et pratiques du vélo. Pour que le vélo change nos villes et nos vies, il faut favoriser les porosités entre les différentes pratiques et usages de la bicyclette. Si on aime le Tour, on ne demande qu’à pouvoir se déplacer à vélo, les questions que pose ce label permettent de guider les villes dans la création des conditions pour passer sereinement à l’acte, en toute sécurité » commente Olivier Schneider, président de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB).

Plus d’une centaine de communes labellisées « Ville à Vélo du Tour de France » 2

Qui sont les 34 villes vélo en 2022

Albi – 3 vélos  

La Cité épiscopale est empreinte d’une longue histoire avec le Tour de France pour avoir accueilli cet événement treize fois depuis 1950. La politique vélo du quotidien est, elle, développée grâce à un Schéma Directeur et un Plan de Déplacement Urbain. De nombreux dispositifs de voirie permettant le développement de la mobilité cyclable ont été déployés dans ce cadre. Le label vient récompenser une politique cyclable qui valorise le vélo sous toutes ses formes et qui s’appuie sur des programmes performants. Afin de poursuivre son développement du vélo, Albi doit continuer à investir dans des aménagements cyclables dédiés et sécurisés.

Alpe d’Huez – 3 vélos

Étape phare du Tour de France depuis 1952, l’Alpe d’Huez est devenu un fief du cyclisme. Terre de sport, la station a décidé d’utiliser le vélo comme un véritable moyen d’attirer une clientèle en été et a développé la pratique de différents types de vélos. Souhaitant également développer et encourager le vélo dans un but plus utilitaire, la station met à disposition des VTTAE aux équipes du service en charge des remontées mécaniques et de l’Office du tourisme. En s’appuyant sur les compétences des forces vives de la station en matière de réparation, sur l’offre en vélos et sur les nombreux clubs et associations sportives, la station pourrait renforcer encore davantage sa politique cyclable, notamment avec des actions de sensibilisation.

Antony – 2 vélos

La ville d’Antony affiche une volonté certaine de développer une politique cyclable de qualité. Mobilité en plein essor depuis 2020, la ville a saisi l’opportunité du déconfinement pour créer des pistes cyclables temporaires. Dans cette lancée, elle poursuit la mise en œuvre d’un plan d’actions variées. De nombreuses actions seront mises en œuvre dès cette année et devraient permettre d’accélérer la dynamique en place. Un des points marquants de sa politique cyclable est sa volonté de développer l’apprentissage du vélo, notamment chez les scolaires. La ville d’Antony a également mis en place différentes actions pour inciter ses propres agents à utiliser le vélo et être elle-même exemplaire. De plus, la ville peut s’appuyer sur des associations motivées. Une dynamique locale semble enclenchée.

Argelès-Gazost – 2 vélos  

La commune est fortement engagée dans le développement durable et est consciente de l’importance du vélo dans cette politique, tant pour ses bienfaits sur la santé et l’environnement que pour son attrait touristique. La station pyrénéenne s’est donc récemment lancée dans un développement plus actif d’une politique vélo. Pour cela, elle peut déjà s’appuyer sur une diversité de pratiques du vélo : la commune a bien identifié les enjeux liés au développement de la mobilité cyclable, tout en poursuivant le développement d’une pratique sportive. Argelès-Gazost obtient 2 vélos pour son engagement dans le vélo sportif et l’apprentissage chez les enfants. De nombreuses actions restent à mener pour faire émerger une commune cyclable encore plus attractive, tant dans l’exemplarité de la collectivité elle-même que dans le domaine du stationnement, de la communication et la sensibilisation au changement de mobilité.

Arras – 2 vélos  

Consciente de l’omniprésence de la voiture, Arras a décidé de mener une politique cyclable active depuis 2019. Alors que seulement 0,75 % des déplacements se faisaient à vélo, il était temps d’enclencher une politique volontariste. Le budget consacré au Plan Vélo communautaire a été multiplié par 10, ce qui va permettre un rattrapage. Afin de desservir les destinations du quotidien de l’agglomération, 16 km de pistes cyclables existent dorénavant. Afin de créer un écosystème facilitant la mobilité cyclable diverses actions ont été déployées : installation de stationnements sécurisés dans le centre et à la gare, mise en place d’un service de location de plus de 500 VAE et 4 vélo-cargos en longue durée, aide à l’achat de VAE. De plus, dans le cadre du SRAV, un dispositif d’apprentissage du vélo cible les enfants et Arras disposera bientôt d’une piste d’apprentissage.

Bar-le-Duc – 2 vélos

Bar-le-Duc, ville d’origine de Pierre et Ernest Michaux, inventeurs du vélocipède, affiche depuis plusieurs années une volonté de soutien et d’accompagnement à la pratique cyclable à travers quelques grandes actions : aide à l’achat, location de vélos, soutien au SRAV, aménagement de voies vertes et apaisement du trafic automobile au cœur de la ville. Les actions en faveur de la jeunesse semblent être une priorité et démontrent que la collectivité mise sur l’apprentissage des bonnes pratiques et sur la nouvelle génération pour changer les comportements de mobilité. De plus, le tourisme à vélo est significativement pris en compte. Pour poursuivre sa politique, la préfecture de la Meuse devrait poursuivre son investissement dans des infrastructures cyclables sécurisées et se doter d’un Schéma Directeur cyclable.

Belfort – 3 vélos

Véritable terre de vélo, Belfort a développé depuis de longues années à la fois la pratique cyclable sportive et celle du quotidien. Grâce à ces plans d’actions, elle a développé à la fois un réseau structuré d’itinéraires cyclables, mais aussi un écosystème qui facilite la pratique : arceaux sur le domaine public, abris sécurisés, service de vélos en libre-service. Par ailleurs, la ville de Belfort est engagée dans le développement de la pratique du vélo chez les plus jeunes et disposera bientôt d’une piste d’apprentissage. Belfort soutient aussi activement le vélo sportif et depuis 1961, elle a eu le privilège d’accueillir à 12 reprises le Tour de France ; autant de moments pour célébrer le vélo.

Calais – 3 vélos  

Labellisée “Terre du Cyclisme” par la FFC, Calais est reconnue dans le monde du cyclisme sportif pour ses nombreux équipements qualitatifs de type piste de BMX et l’organisation de championnats nationaux. Souhaitant également développer le vélo du quotidien, un Plan Vélo a été approuvé en 2021. Il présente un plan d’action précis dont certaines actions sont déjà en cours de réalisation. Complète dans son approche, la ville de Calais obtient 3 vélos pour son action en faveur du développement des multiples pans de la pratique cyclable. 2021 marque une avancée importante dans sa politique pour développer la mobilité cyclable de tous ses habitants. Elle doit poursuivre ses actions et viser les meilleures pratiques de conception.

Carcassonne – 1 vélo  

En 2021, Carcassonne avait obtenu 1 vélo au label. Cette année, elle conserve ce label. La ville démontre son envie d’inciter à l’usage du vélo, notamment envers des publics ciblés, via différents moyens : apprentissage du vélo par des personnes en situation de handicap, sensibilisation au déplacement en VAE pour les seniors, dispositif “Sport sur Ordonnance”. Afin d’accompagner ces initiatives, la ville doit poursuivre la création d’infrastructures cyclables sécurisées pour tous.

Châteauroux – 2 vélos

En 2021, Châteauroux avait obtenu 2 vélos au label. Cette année, le score de la ville progresse et elle conserve ses 2 vélos. De nombreuses initiatives ont été poursuivies et de nouvelles ont été engagées par la collectivité. À titre d’exemple, l’aide à l’achat pour l’acquisition de VAE a été réitérée en 2022. Par ailleurs, la ville a pu installer du stationnement normatif et sécurisé grâce à l’appel à projet Alvéole. Elle doit poursuivre sur cette lancée et poursuivre la création d’un réseau cyclable continu et cohérent. De plus, avec l’accueil à quatre reprises d’étapes du Tour de France, Châteauroux est aussi une ville du vélo sportif. Fière de sa dynamique autour de cette pratique, et notamment du BMX, la ville a lancé la construction d’une piste dédiée à cette pratique. Elle va être labellisée “centre de préparation pour les jeux de Paris 2024”.

Copenhague (Danemark) – 4 vélos

Capitale mondiale du vélo, Copenhague obtient 4 vélos au label. Cela récompense une politique publique très ambitieuse visant à faire en sorte que tout type de personnes se déplace à vélo en toute sécurité pour n’importe quel type de trajet, quel que soit le temps. Pour cela, Copenhague dispose d’un réseau extensif d’aménagements cyclables continus, cohérents et intuitifs. A travers un plan de circulation qui complexifie les trajets en voiture, la ville a aussi fortement réduit le trafic motorisé dans les quartiers résidentiels et ainsi apaiser la ville dans son ensemble. De plus, la ville est traversée par des aménagements cyclables le long du port et dans les espaces verts, ce qui offre des perspectives de trajets “loisirs” aux résidents. Les Danois étant aussi férus de cyclisme sportif, le Grand Copenhague compte 130 clubs de vélo et 7 000 pratiquants. Copenhague est une ville vélo à part entière, inspirante pour le reste du monde.

Dole – 3 vélos

En 2021, la ville de Dole a obtenu 2 vélos à ce label. Ayant poursuivi tout au long des années 2021 et 2022 des actions concrètes en faveur du développement du vélo, elle obtient cette année un 3e vélo. Dole est devenue la deuxième ville cyclable de la région Bourgogne-Franche-Comté et ne relâche pas ses efforts pour améliorer la cyclabilité de son territoire. Souhaitant poursuivre le développement de la pratique cyclable des habitants, la ville a engagé un Plan Vélo en 2019, lequel vise à développer un maillage cyclable sécurisé reliant les bassins d’emploi et les équipements scolaires et publics. D’autres projets importants sont en cours, comme la réalisation de PDES dans deux écoles ou le développement de la location longue durée de VAE. Ville traversée par un itinéraire cyclable européen et des itinéraires cyclotouristiques, Dole et ses alentours disposent aussi d’une activité cyclotouristique relativement développée.

Epernay – 2 vélos

Epernay agit en faveur d’une prise en compte de l’environnement dans les projets de développement de son territoire. Le thème de la mobilité y est traité et la ville souhaite développer le vélo utilitaire. La ville dispose de bandes cyclables et de quelques pistes cyclables temporaires. Une aide à l’achat pour l’acquisition de VAE est également à disposition des habitants. Epernay est également régulièrement le théâtre d’évènements sportifs régionaux. Elle obtient 2 vélos au label, récompensant ainsi une prise en compte du vélo dans la politique publique et encourageant la ville à poursuivre ses actions en faveur des déplacements à vélo.

Esch-sur-Alzette (Luxembourg) – 1 vélo

La mobilité cyclable est prise en compte sur les documents généraux de planification du territoire. Esch-sur-Alzette a notamment pour projet le développement d’un réseau cyclable hiérarchisé. Parmi les projets en cours, la ville envisage la réalisation d’une extension du réseau express vélo en lien avec les services de l’État. Le système de vélos partagés nommé Vël’OK facilite l’accès au vélo des habitants et des visiteurs. A court terme, Esch-sur-Alzette devrait élaborer une stratégie cyclable afin de structurer un plan d’action clair et mesurable.

Foix – 2 vélos  

Foix et ses alentours sont un terrain de jeux propice au VTT et aux balades à vélo. Elle a aussi incontestablement un lien fort avec le Tour de France pour avoir accueilli sept étapes depuis l’année 2001. Labellisée Terre de Jeux 2024, Foix est reconnue comme ville d’accueil de manifestations cyclistes, notamment dans son vélodrome. Foix souhaite développer également la mobilité cyclable, mais ne dispose pas encore d’une stratégie complète. Le Plan de Déplacement de la Vallée de l’Ariège a permis de commencer à développer des itinéraires cyclables structurés et des services. Une dynamique positive commence donc à se mettre en place, Foix doit dorénavant accélérer le développement de sa politique cyclable.

Lausanne – 3 vélos  

Située au bord du lac Léman, la ville de Lausanne n’imaginait pas devenir un haut lieu de la pratique cyclable tant son dénivelé est important. Pourtant grâce à une politique volontariste portée depuis plusieurs années, le vélo utilitaire s’est développé. Outre les aménagements cyclables, Lausanne met en place des actions concrètes accompagnant le développement de la pratique : stationnement, vélostations, pompes à vélo, aide à l’achat pour l’acquisition de VAE. Reconnue également dans le monde du cyclisme sportif, Lausanne organise de nombreux événements mettant à l’honneur le vélo. Elle obtient 3 vélos au label, soulignant une politique engagée en faveur du développement de toutes les pratiques cyclables.

Lourdes – 1 vélo

Dans un territoire propice à la pratique du vélo sportif et de loisir, Lourdes commence une politique en faveur du vélo du quotidien. L’usage du vélo pour les déplacements utilitaires est encore marginal, mais la pratique sportive y est, quant à elle, bien développée. La ville a mis en place des actions afin de maintenir sa position de destination cyclotouristique de premier lieu et une des voies vertes est labellisée “Tourisme et Handicap”, disposant d’équipements spéciaux, comme des panneaux de signalisation en braille. Elle obtient ainsi 1 vélo au label et devrait prochainement voir ces actions améliorer la cyclabilité de son territoire.

Meaux – 3 vélos

Meaux présente une certaine ambition à promouvoir le vélo et dispose depuis plusieurs années d’une stratégie cyclable à travers le “Grand Plan Vélo”. Afin de favoriser la mobilité cyclable, la ville a conçu des aménagements le long d’axes à fort trafic. Par ailleurs, diverses initiatives locales sont intéressantes : intégration d’infrastructures cyclables dans les projets de renouvellement urbain, création d’un réseau des acteurs du vélo, stationnement sécurisé en gare, service de réparation offert par une association à la gare, développement du dispositif SRAV ou encore apprentissage du vélo dans les quartiers populaires. Enfin, le cyclotourisme et surtout le vélo sportif sont à l’honneur dans cette ville. Meaux obtient 3 vélos au label.

Mende – 1 vélo

Régulièrement ville étape du Tour de France, Mende a été consacrée par deux fois ville la plus sportive de France par le magazine L’Équipe. Concernant le vélo, elle a dernièrement investi dans la création d’une piste BMX, organise de nombreux événements sportifs et anime et soutient l’écosystème vélo sportif local. Concernant la mobilité cyclable du quotidien, elle s’appuie là encore sur son réseau de cyclistes sportifs. Si des aménagements cyclables pourraient être encore plus développés, le cœur de Mende a été largement pacifié et ses voiries traitées en zones de rencontre. Mende obtient 1 vélo au label, ce qui souligne un début d’engagement dans une politique cyclable. Avec la réalisation d’un Schéma Directeur, une vision plus globale devrait émerger prochainement.

Morzine-Avoriaz – 3 vélos

Destination de tradition cycliste depuis quarante ans et ayant accueilli vingt[1]et-une fois le Tour de France, la station Morzine Avoriaz entourée de vingt-cinq cols a mis le cyclotourisme et la pratique sportive du vélo au cœur de son développement local. La station dispose d’itinéraires balisés et d’un domaine pour les VTT / VTTAE renommé. La station souhaite développer la pratique du vélo sous diverses formes et en 2018, elle a mis en place un système de location de VAE pour les habitants de la vallée. Par ailleurs, afin de limiter les conflits entre les usagers au sein de la station, qu’ils soient à pied, à vélo ou en voiture, une étude sur le plan de circulation de la station est en cours de réalisation. Elle obtient ainsi 3 vélos au label, récompensant un investissement de qualité dans le développement du vélo sportif et ne négligeant pas complètement sa dimension utilitaire dans ce contexte de ville de montagne.

Mulhouse – 3 vélos

Mulhouse affiche une forte motivation à développer et améliorer la pratique cyclable de ses habitants. Outre l’annonce d’objectifs ambitieux, elle a récemment commencé à planifier un nouveau type d’aménagements cyclables sécurisés, constituant des itinéraires identifiés par une signalisation attractive. Mulhouse investit dans une approche globale de l’urbanisme cyclable et a installé des services visant à faciliter l’usage du vélo : stationnements, casiers pour recharger les batteries de VAE, stations de réparation, etc. Côté vélo sportif et cyclotourisme, la ville et ses alentours ne sont pas en reste. La ville a accueilli à de nombreuses reprises le Tour de France et, traversée par deux Eurovélos et l’itinéraire touristique des “Trois Pays”. Mulhouse obtient donc 3 vélos au label, récompense venant souligner une dynamique locale déjà engagée et en pleine accélération afin de mieux répondre aux besoins des usagers et d’augmenter finalement la part modale du vélo.

Nanterre – 3 vélos

La ville de Nanterre a candidaté pour le label en 2021 et a obtenu 2 vélos. Depuis, la ville a continué à porter son projet volontariste en faveur du développement de la mobilité cyclable grâce à l’adoption de son Plan Vélo communal en février 2022. Ce plan est structuré autour d’objectifs clairs et mesurables à court et long terme. Il annonce une démarche de co-construction avec les associations locales. Cette volonté de développer la mobilité cyclable dans une ville périphérique, où les usagers réalisent des trajets potentiellement plus longs, est notable. Nanterre obtient donc cette année 3 vélos au label. La ville de Nanterre collabore actuellement avec l’État, la Région, le Département et les communes voisines à la réalisation de deux itinéraires du RER Vélo. Par ailleurs, dans son nouveau Plan Vélo, la ville s’est engagée à renforcer sa politique d’apprentissage du vélo, en s’inscrivant dans le dispositif SRAV. Par ailleurs, elle souhaite accompagner des publics cibles dans cet apprentissage et notamment les femmes des quartiers populaires.

Paris – 4 vélos

En 2021, la ville de Paris avait obtenu 4 vélos au label. Cette année, la capitale française augmente son score et conserve ses 4 vélos. Paris a poursuivi la mise en œuvre d’infrastructures cyclables et a affirmé sa politique exemplaire lors du vote d’un Plan vélo 2021-2026. Le Schéma Directeur du Plan vélo parisien montre les intentions de la ville à développer un maillage complet d’aménagements cyclables sécurisés s’intégrant dans un réseau régional. Elle cherche également à répondre à la demande croissante en places de stationnement sécurisées pour des arrêts de moyen et long terme. Côté vélo sportif, tant les équipements que les clubs permettant la pratique du cyclisme sont nombreux à Paris. Les Jeux Olympiques s’annoncent comme un temps fort permettant de mettre en avant tant le vélo de haut niveau, que le vélo comme moyen de transport durant l’évènement.

Reims – 2 vélos

La ville de Reims vient de lancer la réalisation d’un Schéma Directeur cyclable structurant ambitieux pour les prochaines années. Sous le nom “Reims à vélo”, la création 50 km d’infrastructures cyclables devrait ainsi permettre une augmentation significative de la pratique cyclable. Ce réseau permettra de desservir 75 % de la population rémoise, mais surtout la commune souhaite réaliser un saut qualitatif dans la conception des infrastructures. De plus, l’application du nouveau dispositif Savoir Rouler à Vélo est mise en œuvre avec une volonté forte, en partenariat avec des structures locales, et en continuité d’autres actions de sensibilisation auprès des habitants. Par ailleurs, les manifestations sportives sont fortement soutenues et des courses régulières sont organisées tout au long de l’année. Reims obtient 2 vélos au label, récompense venant souligner une forte ambition locale qui devrait prochainement être rendue concrète dans les rues de la ville.

Rosheim – 3 vélos

Soucieuse de développer les mobilités douces en ville, la ville de Rosheim a développé plusieurs actions en faveur du vélo du quotidien et du loisir. Elle obtient 3 vélos au label notamment pour la qualité de la voie verte “Portes bonheur, le chemin des carrières”. Cet aménagement offre une expérience insolite aux habitants et aux visiteurs, apportant un dynamisme local fort pour le territoire. Concernant la mobilité du quotidien, la ville offre des conditions relativement sécurisées de déplacement à vélo. Des pistes cyclables séparées parcourent la commune et le centre de la ville est constitué d’une zone 30. En renforçant, par exemple, les dispositifs d’apprentissage du vélo, la ville accompagnerait le développement de sa politique cyclable pour compter de plus en plus d’usagers.

Saint-Chaffrey – 2 vélos

Terre mythique du vélo sportif, Saint-Chaffrey est une station entourée de cols de légende du cyclisme. Au fil des années, l’écosystème du vélo s’est construit essentiellement centré sur le vélo sportif et de loisir. La station obtient ainsi 2 vélos au label pour le développement de sa politique sportive et les prémices d’une politique cyclable du quotidien. La commune souhaite, en effet, également favoriser la pratique du vélo comme moyen de déplacement mais les conditions de la station sont contraignantes et les mesures encore limitées. En s’appuyant sur ses acteurs locaux, Saint-Chaffrey devrait encourager les habitants de la station à se déplacer à vélo au quotidien et les sensibiliser sur les bienfaits de la pratique cyclable lors des nombreux grands événements sportifs.

Saint-Étienne – 2 vélos

En 2021, la ville de Saint-Etienne avait obtenu 2 vélos au label. Cette année, la ville augmente son score de quelques points et conserve ses 2 vélos. Après avoir voté un plan vélo en 2019, Saint-Etienne débute sa mise en œuvre et les impacts sur la pratique cyclable devraient prochainement arriver. L’installation d’arceaux dans le centre historique et de box intégrant une recharge pour les VAE alimentée par panneaux solaires témoignent de la volonté de faciliter l’usage du vélo. Par ailleurs, la ville a déjà réalisé 5 km d’aménagements cyclables en 2021 et prévoit d’autres réalisations en 2022 et 2023. Ces efforts sont importants pour le développement de la pratique quotidienne et doivent se poursuivre.

Saint-Gervais – 3 vélos

La plus haute commune d’Europe de l’Ouest et très emblématique grâce à la présence du Mont-Blanc est une destination touristique qui inclue des équipéments sportifs liés au vélo, y compris une partie de la véloroute Mont-Blanc Léman et de nombreux itinéraires de VTT. Elle obtient 3 vélos au label, récompense soulignant sa politique en matière de développement de la pratique sportive et de loisir. La ville a récemment investi dans la construction d’un bike park et d’un pumptrack, et s’implique fortement dans l’organisation d’événements sportifs d’importance. La ville a une volonté d’encourager la pratique du vélo, tant pour des raisons sportives, que pour promouvoir la santé, mais aussi une forme de mobilité active. Toutefois, la politique relative à la mobilité cyclable quotidienne a été structurée que très récemment.

Saint-Lary-Soulan – 2 vélos

Située aux portes de cols mythiques des Pyrénées, Saint-Lary Soulan a accueilli onze fois le Tour de France depuis 1974. La station de montagne est centrée sur le développement de la pratique cyclable sportive pour les amateurs et les professionnels. Elle obtient 2 vélos au label pour sa politique sportive qualitative et accessible à un public divers. Par ailleurs, souhaitant faciliter la pratique du vélo et de la marche des habitants, la rue principale du centre-ville est fermée à la circulation durant l’été. Afin de développer davantage la pratique du vélo du quotidien, Saint-Lary Soulan pourrait développer du stationnement, des services et sensibiliser sa population.

Saint-Paul-Trois-Châteaux – 2 vélos

Saint-Paul-Trois-Châteaux est un territoire qui a développé essentiellement le vélo sportif. Elle obtient 2 vélos au label pour cette initiative. La commune compte plusieurs clubs sportifs, des équipements permettant une pratique diversifiée du vélo, comme des circuits de VTT et une piste de pumptrack et accueille régulièrement de grandes courses cyclistes françaises. La politique cyclable du quotidien est encore peu favorisée. Quelques aménagements existent mais se déplacer à vélo en ville reste assez peu développé. Une politique locale est à mener en ce sens et un accompagnement au changement de mobilité est à développer.

Sélestat – 2 vélos

Ville labellisée « Terre de Jeux 2024 », Sélestat montre un intérêt pour le développement de toutes formes de pratique du vélo sur son territoire. Elle obtient 2 vélos au label, récompense venant souligner une politique cyclable engagée depuis plusieurs années. Depuis 2009, la ville dispose d’une politique cyclable avec des actions définies et un schéma directeur intercommunal est en cours de développement. La ville dispose déjà d’un réseau d’itinéraires cyclables relativement conséquent ; mais les standards de conception pourraient être améliorés. En son cœur, la ville a déployé plusieurs mesures afin de réduire la présence et la vitesse des voitures.

Tomblaine – 1 vélo

Inscrite dans une métropole qui est en train de développer une politique cyclable du quotidien, Tomblaine s’inscrit dans cette dynamique et réalise localement des actions qui montrent sa volonté de soutenir cette mobilité. La mise en place des actions s’est accélérée en 2021 et la ville manifeste régulièrement à la métropole un investissement en infrastructures et services visant à développer le vélo sur son territoire. Avec son programme « Vélove à Tomblaine », la ville a décidé de faire de 2021 une année centrée sur la sensibilisation à la pratique du vélo. Par ailleurs, elle est labellisée « Ville active et sportive » et le cyclisme y est présent et soutenu. Des infrastructures cyclables de différentes formes existent dans la ville. Si elles ne desservent pas toutes les grandes destinations, elles sont conçues de manière à former des itinéraires continus et leur déploiement doit être poursuivi. Elle obtient ainsi 1 vélo au label et devrait rapidement progresser.

Valkenburg Aan de Guel (Pays-Bas) – 4 vélos

Dans le monde du cyclisme sportif, Valkenburg aan de Geul est renommée par son implication constante dans des événements de taille internationale. Présent au sein de la ville, le Shimano Experience Center permet aux visiteurs d’expérimenter les nouveaux produits et les nouvelles technologies développées par l’entreprise. En ce qui concerne le développement de la pratique quotidienne du vélo, la ville est également très impliquée et alloue un budget annuel de 20€/habitant. Cet investissement a permis de développer des aménagements cyclables le long de 80% des routes principales. Afin d’accompagner le vélo du quotidien, les pôles multimodaux et les établissements scolaires sont fortement équipés de places de stationnement. Aussi, Valkenburg aan de Geul obtient 4 vélos au label. C’est la première fois qu’une ville de taille moyenne reçoit cette récompense.

Villers-sur-Mer – 2 vélos  

Station balnéaire normande, Villers-sur-Mer a défini ses propres raisons de développer le vélo sur son territoire et elles ont du sens. Entre mer et campagne, la commune développe à la fois le vélo loisir et le vélo du quotidien afin de préserver son patrimoine, son calme et sa qualité de vie. A ce titre, la commune obtient 2 vélos au label. Commune de moins de trois mille habitants, elle s’appuie sur les habitants motivés, regroupés au sein d’un groupe “vélo” dans le comité citoyen dédié au sport, ainsi que sur l’association départementale les Dérailleurs pour activer sa politique cyclable. Traversée par le très bel itinéraire européen, la Vélomaritine, la ville dispose d’une infrastructure favorisant le vélo loisir dans un cadre idéal. Afin d’accompagner davantage le développement de la pratique, la ville pourrait, par exemple, proposer des dispositifs d’apprentissage du vélo pour tous les publics.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER