Grégory Sevault, fondateur de MyComm : « Nous proposons du tourisme sur chacun de nos évènements »

Agence de voyages sportifs et évènementiel, MyComm fait partir en moyenne 7 000 personnes chaque année. Agréée « supporteurs Fédération Française de Football », elle a dû composer avec le contexte sanitaire sur l’Euro. Et aussi le mauvais parcours des Bleus.

Grégory Sevault, fondateur de MyComm : « Nous proposons du tourisme sur chacun de nos évènements » 1
Grégory Sevault, président-fondateur de l’agence MyComm.

« C’est dur. On a du mal à comprendre mais c’est le foot ». Ainsi s’exprime Grégory Sevault, président fondateur de MyComm au lendemain de l’élimination des Bleus par la Suisse en huitième de finale lors de l’Euro. Sur ce match, l’agence avait 27 clients français présents dans le stade à Bucarest. « Ce n’est pas beaucoup » reconnaît le dirigeant mais la mise en place d’un vol affrété pour un aller-retour journée s’avérait trop coûteuse pour les supporteurs.

« L’incertitude ne permet pas de programmer des voyages »

Avec l’élimination prématurée de l’équipe de France, l’agence de voyages francilienne enregistre un manque à gagner. « À l’occasion du quart de finale se déroulant à Saint-Pétersbourg, nous avions prévu un aller-retour journée en mode bulle sanitaire. Nous aurions pu mettre en place les mêmes opérations pour la demi-finale et finale à Londres » résume Grégory Sevault qui sur l’ensemble de la compétition aura fait partir « un peu moins de 400 personnes » alors qu’il en attendait « plus de 1 500 ». Le président de l’agence MyComm se félicite toutefois au regard du contexte sanitaire d’avoir « réussi à surfer sur quelque chose qui n’était normalement pas surfable ».

Grégory Sevault, fondateur de MyComm : « Nous proposons du tourisme sur chacun de nos évènements » 2
Le stade Ferenc-Puskas à Budapest lors du match France-Portugal le 23 juin. ©MyComm

Dans l’industrie du voyage, le manque de visibilité est un vrai casse-tête pour la plupart des opérateurs. « Nous avons besoin de sécurité et de stabilité. L’incertitude ne permet pas de programmer des voyages » confirme Grégory Sevault qui sur le plan comptable était parti sur un exercice (juillet 2019 – juin 2020) à 11 millions d’euros et ne faire au final « que 9 millions d’euros parce plus rien ne s’est passé à compter du 15 mars ». Cette année MyComm devrait réaliser « un chiffre d’affaires de 2,5 millions d’euros ».

Pour MyComm ce n’est bien sûr « pas une bonne nouvelle » mais depuis sa création en 2009 l’agence a toujours fait de la croissance jusqu’à l’arrivée de la pandémie. « Nous avons les ressources pour amortir le choc, et nous avons la chance de vivre dans un pays qui ne laisse pas tomber les gens » affirme Grégory Sevault qui grâce aux mesures du gouvernement a pu conserver ses 18 salariés « motivés et investis dans le projet ». Cette période difficile a même permis au dirigeant de remettre à plat certains process au sein de son entreprise. « Oui paradoxalement c’est grâce au Covid que j’ai pu faire des changements dans l’organisation. Cela m’a bien occupé et intéressé de retourner le problème en opportunité pour en faire quelque chose de positif » affirme-t-il. 

Du sport et du tourisme

Passionné de sport, « pour le football je supporte le PSG et pour le rugby le Stade Français », le fondateur de MyComm lors du lancement de son activité il y a 12 ans s’est intéressé au voyage, « nous sommes devenus des voyagistes assez vite, dès 2010 lorsque nous avons été immatriculés au registre des opérateurs de voyages et de séjours ». Un agrément qui lui permet notamment de mixer sport et tourisme. « Quand c’est possible, nous le proposons sur chacun de nos séjours et évènements » précise-t-il.

Avec le rugby, le football et la Formule 1 en têtes de gondole, MyComm propose des packages incluant visites de musées et tours de ville avec guide francophone. « Rome par exemple se prête très bien à ce type de prestations. Sur un séjour 3 jours/ 2 nuits à l’occasion d’un match du Tournoi des Six Nations, nous vendons beaucoup d’entrées au Vatican et sur les différents musées de la ville » indique Grégory Sevault qui cite aussi en exemple « le musée du whisky à Edimbourg ou la brasserie Guinness à Dublin ». Au contraire de Rome et Londres, de petites villes qui se visitent facilement à pied.

Interventions d’anciens sportifs de haut niveau

Transport, hôtellerie, transferts, activité sur place, MyComm maitrise toutes les composantes du voyage et intervient aussi sur le placement de sportifs de renom dans le cadre de formules VIP. « Lors de l’Euro à Budapest, Patrice Loko et Amara Simba étaient présents, mais nous faisons aussi des opérations avec Alain Giresse, Manuel Amoros ou Louis Saha. Pour le rugby, nos ambassadeurs sont Brian Lindenberg, Christian Califano, Yannick Jauzion ou encore Philippe Benetton » souligne Grégory Sevault. Des interventions d’anciens sportifs de haut niveau qui plaisent toujours aux clients.

Grégory Sevault, fondateur de MyComm : « Nous proposons du tourisme sur chacun de nos évènements » 3
Des supporteurs heureux d’avoir pu assister à France-Portugal à Budapest et d’avoir profité des analyses d’Amara Simba et Patrice Loko. ©MyComm

Les prochains grands évènements commercialisés par l’agence MyComm sont des matchs du Tournoi des Six Nations avec pour commencer Ecosse – France le 25 février 2022. Le package classique auquel il est possible de rajouter différentes options (soirées typiques, visites…) est à partir de 840 euros pour un 3 jours/2 nuits (vol aller – retour sur Edimbourg, transfert aéroport/hôtel/aéroport, 2 nuits à l’hôtel et la place pour le match). Les packs VIP oscillent entre 1 800 et 2 200 euros.

Plus de renseignements ici.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter