Tour de France, étape 10 : les Alpes, en douceur

On quitte la Suisse et on commence par découvrir le lac Léman côté France. Non sans d’abord apprécier la sportive Morzine pour conclure par la belle Megève. Les Alpes se découvrent en douceur, comme un apéro avant le début des choses sérieuses.

Alpes
Les Portes du Soleil. Idéal l’été pour la pratique du VTT.

La journée de repos aura sans doute été nécessaire avant d’affronter les cols alpins. Quant à nous, on continue, grâce au vaillant peloton, notre promenade.

Morzine

Les Portes du Soleil
12 stations entre la France et la Suisse reliées par leurs remontées mécaniques composent le plus grand domaine transfrontalier au monde. Avec 600 km de glisse en hiver et 1000 km de sentiers balisés en été, il constitue un terrain de jeux exceptionnel pour s’adonner aux plaisirs du ski, du VTT ou de la randonnée dans des panoramas grandioses entre le Lac Léman et le massif du Mont-Blanc.

Le Geopark du Haut Chablais
Des rives du Lac Léman jusqu’au sommet des Hauts-Forts à Morzine-Avoriaz, le Geopark du Chablais labellisé par l’Unesco en 2012, raconte une histoire vieille de 250 millions d’années : la formation des Alpes. Parmi les sites géologiques présentés, trois sont visibles à Morzine : les Ardoisières, le Rouleau de Bostan depuis le Lac des Mines d’Or et le Belvédère d’Avoriaz

Le Bourg de Morzine
Centre historique où se trouve l’église baroque (1803), premier édifice morzinois à avoir été recouvert d’ardoises locales en 1750 et remarquable par ses façades ondoyantes et son orgue classé monument historique. Le presbytère accolé à l’église a pris place dans une maison bourgeoise alors que le Vieux Pont qui enjambe la Dranse rejoint la rue Bidon et ses maisons traditionnelles.

Le Parc des Dérèches
Un immense havre de verdure en plein cœur de Morzine avec un itinéraire en boucle de 4,5 km qui longe la rivière Dranse et que l’on peut parcourir dans son intégralité ou partiellement. Le parc propose plus de 10 activités sports et loisirs, été comme hiver : piscines, tennis, patinoires, centre équestre, parcours santé, skate park, Palais des Congrès, parcours aventure…

Le Bike Park
Le Morzine Bike Park est un secteur VTT unique, respectueux de la nature et de ses vététistes. Les pistes sont travaillées à la main par les bikes patrols du domaine. Lors de l’été 2020, une zone d’initiation a été conçue avec différents modules pour entraîner et améliorer votre technique tout en appréciant la nature environnante. A proximité, deux pistes bleues, la piste rouge, retravaillée par Romain Paulhan, ancien champion de France de descente, et la légendaire piste noire de Morzine.

Avoriaz, un quartier fantastique
Dans les années 60, le Morzinois Jean Vuarnet, champion olympique de descente lance ce pari fou : créer une station de ski de toutes pièces sur les hauteurs de Morzine. Ouverte en 1966 avec la contribution du promoteur Gérard Brémond, Avoriaz se démarque par son architecture mimétique imaginée par Jacques Labro et son concept entièrement piéton. Elle connait un succès important avec le festival du film fantastique de 1973 à 1993.

Sur la route

Publier
Ancienne ville thermale au bord du lac Léman, Publier est aussi connue pour le port et la plage d’Amphion, où résidèrent plusieurs célébrités, dont Django Reinhardt, qui y a écrit le morceau « Folie d’Amphion », mais surtout Anna de Noailles, qui y a vécu de longues années dans sa villa Bassaraba. Le jardin de la villa, ouvert au public, abrite un temple votif en l’honneur de la poétesse, érigé après sa mort, en 1938.

Thonon-les-Bains
La ville du lac Léman a accueilli le Tour de France à neuf reprises entre 1955 et 1981 et a vu s’imposer des coureurs du calibre de Jacques Anquetil, Jan Janssen ou Sean Kelly. Thonon a également accueilli le Critérium du Dauphiné à sept reprises avec des vainqueurs aussi prestigieux que Bernard Thévenet ou Hennie Kuiper. Parmi les coureurs natifs de Thonon, l’ancien champion de France Sébastien Médan, qui a lancé en 2021 la Thonon Cycling Race.

Reyvroz

Géoparc mondial Unesco du Chablais
Le géoparc mondial Unesco du Chablais (précédemment Geopark Chablais) est un parc géologique situé dans le département de la Haute-Savoie en France. Il correspond au territoire du Chablais français et s’étend de la rive sud du Léman jusqu’à la frontière avec la Suisse. Il comprend 62 communes, dont Thonon-les-Bains, et couvre près de 900 km2 pour 125 000 habitants. Le Géoparc du Chablais a intégré le réseau des géoparcs soutenus par l’Unesco en mars 2012.

Château de Beauregard
L’histoire du château, intimement liée à celle de la famille de La Fléchère, a été très mouvementée. Incendié et pillé plusieurs fois, notamment par les troupes de Genève ou à la Révolution française, son intérieur dut être entièrement reconstruit à plusieurs reprises, les mûrs restant cependant en place. Le château est resté au sein de la famille de La Fléchère de Beauregard jusqu’en 2004, soit pendant huit siècles.

Cluses
Cluses est une ville de haute technologie. C’est la conséquence d’une tradition d’avant-garde. Au XVIIIe siècle, un Faucignerand nommé Ballaloud introduit dans la vallée la technique horlogère qu’il ramène d’Allemagne. Au fil des décennies, Cluses devient le centre de l’activité horlogère dans la vallée de l’Arve. Activité qui consiste à produire des séries de pièces pour mouvements d’horlogerie revendues ensuite à Genève. En 1848, quatre ans après l’incendie qui détruit totalement la ville, est créée la prestigieuse École nationale d’horlogerie, centre de formation de techniciens horlogers qui permet à Cluses de s’affirmer sur le plan industriel. Les années 50 et 60 furent l’âge d’or du décolletage.

Musée de l’horlogerie et du décolletage
Original par son histoire et par ses collections, le musée de l’horlogerie et du décolletage vaut le détour. Initié à l’aube du XXe siècle par l’École nationale d’horlogerie de Cluses, le musée avait une double vocation : collectionner d’anciens instruments de mesure du temps (la plus ancienne pièce date du XVIe siècle) et conserver la mémoire de l’industrie locale.

Combloux
Décrite par Victor Hugo comme « la perle des Alpes dans son écrin de glaciers ». Au cours des années 1930, les sports d’hiver se développent donnant naissance à la station de ski et relié au grand domaine Évasion Mont-Blanc. Aujourd’hui, on tend à utiliser l’expression promotionnelle « Combloux 360° mont-blanc France » pour désigner cette station du pays du Mont-Blanc, en raison d’un panorama sur les massifs environnants. S

Megève

Rochebrune
Pour plonger dans l’histoire de Megève, on se rend à Rochebrune pour emprunter la « benne rouge », premier téléphérique à usage des skieurs, créé en 1933, amélioré et modernisé depuis mais qui a su conserver son authenticité. Le sommet de Rochebrune offre un magnifique point de vue sur le village, le Mont-Blanc et les sommets environnants.

Le Calvaire
Aménagé entre 1840 et 1878, Le Calvaire est l’œuvre d’Ambroise Martin, curé de Megève. Il est formé de 15 chapelles et oratoires représentant le chemin de croix. Architecture, sculpture et peinture se conjuguent pour évoquer en images saisissantes de réalisme la vie et la passion du Christ. Si ce bel ensemble a autrefois constitué un lieu de pèlerinage important, il est aujourd’hui un lieu de balade incontournable avec son point de vue surplombant le village.

Le Palais
Le Palais représente un haut lieu du sport et du bien-être à Megève. Depuis sa création avant-gardiste il y a plus de 50 ans, il n’a eu de cesse de se développer et d’innover afin d’anticiper les dernières pratiques sportives et culturelles. Aujourd’hui, fort de ses 30 000m², il est le plus grand complexe sportif et culturel des Alpes. Avec plus de dix espaces différents : aquatique, forme, glace, escalade, raquettes, espace d’arts moderne et contemporain, salle des congrès…

Le Sommet du Jaillet
Pour observer Megève et le Mont-Blanc en prenant de la hauteur, on prend la télécabine ouverte en hiver comme en été ou pour les plus courageux, en empruntant le sentier piéton. En arrivant au sommet, on découvre une vue imprenable sur le Mont-Blanc et ses aiguilles mais également sur le village dans sa globalité.

Cascade de la belle au bois
À deux pas de la place du village et accessible l’été uniquement, se trouve un lieu hors du temps où le seul bruit est le son de la cascade qui se jette dans la rivière. C’est l’endroit idéal pour se ressourcer ou se rafraîchir après une belle balade estivale. Avant de pouvoir atteindre ce havre de paix, il faut d’abord affronter la montée du Maz, puis traverser un joli chemin à travers les sous-bois un peu escarpé.

Laurent Guena

Rédacteur en chef adjoint.
Contact: laurent.guena@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER