Emmanuel Macron au chevet du sport français

Alors que le sport français se meurt et s’impatiente, le président de la République, à l’issue d’une visioconférence le 17 novembre avec l’ensemble des acteurs concernés, a rappelé l’importance du sport dans la société française, et annoncé de nouvelles mesures de soutien. Un cautère sur une jambe de bois ?

Emmanuel Macron au chevet du sport français 1

Le sport et le tourisme, ça va mal. Plus encore que le second, le premier se sent lésé, déconsidéré. Presque abandonné. Avec des compétitions qui se déroulent à huis clos vidant chaque jour un peu plus les caisses des clubs et fédérations, avec une chute du nombre de licenciés, avec des salles de fitness aux portes closes, avec des déplacements limités à 1 km…, le sport français est au plus mal. Souvenons-nous du cri de détresse lancé par Denis Masseglia, président du CNOSF, lorsqu’il a été auditionné par le Sénat en début de mois,  « si rien n’est fait, on va droit à la catastrophe ».

Le plan de relance de 120 millions d’euros (contre 2 milliards pour la Culture) décidé en septembre ne suffit pas, il faut un plan d’urgence. Il était donc temps que le président de la République intervienne. Voici donc les principales mesures annoncées par le chef de l’Etat lots d’une visioconférence mobilisant une vingtaine de représentants du monde sportif, en présence du Premier ministre, Jean Castex, et de plusieurs membres du gouvernement.

Retour du public dans les stades

Alors que les clubs se désespèrent du huis clos imposé par le confinement, le retour des spectateurs dans les stades n’est pas prévu avant le mois de janvier prochain. Une jauge sera adaptée en fonction de la capacité des enceintes, stades ou salles. L’idée d’une personne pour 4m2 a été évoquée.

Reprise des activités sportives pour les mineurs

Si les conditions sanitaires le permettent, les jeunes en clubs pourront reprendre leur activité le mois prochain. Les protocoles seront renforcés pour tout ce qui concerne les sports en salle. Cette autorisation de reprise de l’activité sportive pour les moins de 18 ans fait suite à la multiplication de prises de parole de médecins alertant sur les dangers de la sédentarité chez les enfants et les adolescents.

Un « pass sport » pour les familles

Réclamé par le CNOSF ainsi que par de nombreux parlementaires, le principe d’un « pass sport » a été acté. D’un montant total de 100 millions d’euros, celui-ci est censé encourager les jeunes à pratiquer une activité sportive. Les critères de cette aide destinée aux familles pour financer le coût d’une licence ou acheter des équipements doivent être définis prochainement, en vue d’un lancement l’an prochain.

5 000 postes « services civiques » orientés vers le sport

Afin d’endiguer les difficultés liées au bénévolat dans de nombreux clubs et associations, Emanuel Macron a annoncé la création de 5 000 postes au titre de service civique qui seront affectés vers le sport. Cela représente une aide d’environ 20 millions d’euros. Selon une enquête du CNOSF, la baisse des adhésions dans les clubs sportifs a généré près de 260 millions d’euros de pertes de cotisations.

Absence de billetterie : un fonds de compensation de plus de 100 millions d’euros

Le sport pro n’est pas à l’arrêt, mais sans spectateurs et donc sans recettes, il court à sa perte. C’est pourquoi le président de la République a confirmé le feu vert de la Commission européenne pour un fonds de compensation de la billetterie de l’ordre de 110 millions d’euros. Cette aide est plafonnée à 5 millions d’euros par club masculin et féminin. Les ligues de basket, handball, hockey sur glace et volley devraient un peu respirer. Rappelons-nous aussi que l’ancienne star de NBA Tony Parker réclamait de l’aide depuis plusieurs semaines déjà.

Au total, ce sont près de 400 millions d’euros d’aides qui iront à l’ensemble du secteur sportif (amateur, professionnel, salles de sport…). Emmanuel Macron a également promis aux fédérations un fonds de compensation des pertes de licences (- 20% depuis septembre) doté d’environ 20 millions d’euros. Il a aussi annoncé un renouvellement en 2021 du fonds d’aide d’urgence de 15 millions d’euros à destination des associations sportives, déjà mis en place cette année. Reste à savoir si ce train de mesures annoncées permettront au sport français de sortir la tête de l’eau et se relancer en attendant des jours meilleurs.  

Ils ont tweeté

La réaction du Comité National Olympique et Sportif Français

Le Mouvement sportif français, représenté par Denis Masseglia (président du CNOSF), Marie-Amélie Le Fur (présidente du CPSF), Tony Estanguet (président de Paris 2024), Nathalie Péchalat (présidente de la FFSG), Bernard Laporte (président de la FFR), Patrick Wolff (président de l’ANLSP), Philippe Diallo (président du COSMOS), Brigitte Linder (présidente du CDOS Haute-Garonne et de la FNSMR), Tony Parker (président de l’ASVEL), Karim Bellahcene (président du club Montpellier Méditerranée Métropole Taekwondo), Sarah Ourahmoune (vice-présidente du CNOSF), Gwladys Epangue (co-présidente de la Commission des athlètes de Haut-Niveau du CNOSF), Martin Fourcade (président de la Commission des athlètes de Paris 2024), Renaud Lavillenie (champion olympique de saut à la perche) a été convié à s’exprimer ce matin sur l’impact de la crise de la Covid-19 sur le sport lors d’une visioconférence présidée par le Président de la République, Emmanuel Macron, et en présence du Premier ministre, Jean Castex, du ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer, de la ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire et du ministre délégué aux PME, Alain Grizet.

Les représentants du Mouvement sportif saluent l’écoute bienveillante et constructive du Président de la République, qui a consacré plus de 2h30 aux échanges qui ont permis de brosser un tableau complet de toutes les difficultés actuellement rencontrées par les acteurs du sport. Ces réalités vécues sur le terrain par les clubs et les fédérations ont été entendues et comprises et la présence nombreuse des membres du Gouvernement témoigne de la mobilisation globale que le Président de la République a souhaité engager pour soutenir le secteur du sport, affirmant à cette occasion que le sport était un enjeu essentiel pour la santé, la vie sociale et l’éducation, dans la période de crise que nous traversons.

Les données de l’enquête conduite ces dernières semaines par le CNOSF via les fédérations auprès des clubs pour mesurer l’impact économique de la Covid-19 sur ces structures ont été notamment présentées. Les représentants du Mouvement sportif ont également alerté sur les dommages causés par l’arrêt du sport, en particulier auprès des populations les plus jeunes. Au-delà des rêves sportifs inassouvis, ils ont tenu à réaffirmer le rôle fondamental du sport en matière de santé publique et de lien social. C’est notamment à ce titre qu’ils ont défendu le retour prioritaire du sport pour les mineurs dans les clubs dès que la situation sanitaire le permettra, souhait que le Président de la République a partagé. Le Mouvement sportif a affirmé qu’il était prêt à travailler avec le Ministère de la Santé, le Ministère des Sports et les autorités sanitaires pour mettre en place des protocoles sanitaires renforcés afin de permettre cette reprise en limitant au maximum les brassages et en tenant compte des contraintes supplémentaires concernant la pratique en intérieur.

Conscient de ces urgences, le Président de la République a confirmé la création d’un « Pass sport » pour un montant de 100 millions d’euros. Il s’agira d’une aide aux familles, selon des conditions à préciser, pour favoriser le retour des jeunes à la pratique sportive en soutenant l’inscription ou la réinscription des enfants dans les clubs. Cette proposition était portée par le Mouvement sportif depuis plusieurs mois comme un outil pérenne de soutien au secteur associatif fédéré.

Au titre des soutiens dédiés à l’urgence de la crise, a été annoncé la reconduction du fonds de solidarité pour les petits clubs amateurs en difficulté, géré par l’Agence Nationale du Sport, pour un montant de 15 millions d’euros. Le Président de la République a aussi confirmé la mise en place d’un fonds de compensation des pertes de licences à destination des fédérations et appelé de ses vœux au lancement d’une grande campagne de communication destinée à promouvoir le retour à la pratique du sport au bénéfice de la santé de tous. Ces annonces constituent un signal de soutien fort et permettront de soutenir le sport fédéré français à la fois dans le contexte de la crise mais aussi dans le cadre de la relance, dès que le pic épidémique sera passé.

Le Mouvement sportif salue également l’officialisation par le Président de la République, après avoir obtenu l’accord de la Commission européenne, de la création d’un fonds de compensation des pertes de billetterie d’un montant de 110 millions d’euros. Comme l’avait indiqué la Ministre des Sports il y a quelques jours, ce fonds viendra en aide aux clubs professionnels et aux fédérations organisateurs d’évènements, selon leurs pertes et leur dépendance à la billetterie. Il sera une aide essentielle pour le sport professionnel féminin en grande difficulté du fait du huis-clos imposé par la crise sanitaire.

Le Président de la République a ainsi clairement affiché sa volonté de maintenir un niveau d’équité entre le sport professionnel, le sport de haut niveau, et les clubs amateurs car tous sont complémentaires et tous constituent le Sport Français.

Le Mouvement sportif salue l’ensemble de ces annonces et la qualité de l’écoute qui leur a été consacrée, qui témoignent de l’importance que revêt le sport dans un projet de société post-Covid, surtout dans la perspective de l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

David Savary
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter