JO d’Hiver à Pékin : la Chine peut-elle devenir une destination « ski » ?

Les JO d’Hiver à Pékin qui se dérouleront du 4 au 20 février 2022 sont l’occasion de rappeler l’histoire du ski alpin en Chine et, aussi et surtout, les perspectives de développement du tourisme hivernal à court et moyen termes.

JO d'Hiver à Pékin
Dans les zones de montagne de Zhangjiakou et Yanqing, les athlètes testent les installations de ski de fond. ©Getty Images

Si la tenue des JO d’Hiver à Pékin apporte son lot de polémiques – la neige sera 100% artificielle –  elle pourrait permettre à la Chine, selon le Cluster Montagne, d’accélérer dans la construction d’infrastructures pour devenir une destination « ski » à part entière.

En 1980, rappelle le Cluster, naît la première station de ski de Chine, dans la Province de Heilongjiang située au nord du pays. Il s’agit de la station de Yabuli. Au départ, elle est exclusivement dédiée à la compétition de ski alpin. Les années 90 voient apparaître les premiers stades de neige aux périphéries de grands centres urbains comme Pékin, Jilin, Harbin… Des sites nombreux, de petite taille, avec des infrastructures modestes, au succès commercial mitigé.

Les années 2000 lancent le ski commercial en Chine. À quelques heures de voiture de Pékin, dans la province de Hebei, de nouvelles stations modernes voient le jour. Comme par exemple la station de Wanlong, idéalement située, qui dès sa création en 2004, connaît un formidable succès. Dans la foulée, autour de la station emblématique, de nouvelles stations aux standards internationaux voient le jour : Genting Secret Garden, Thaïwoo, Fulong, Galaxy…

On comptabilise aujourd’hui plus de 700 stades de neige et stations en Chine, 150 sites disposent d’au-moins un télésiège, 20 peuvent être qualifiés de stations aux standards internationaux.

Le challenge pour les stations chinoises est à la fois de développer la pratique du ski en professionnalisant les moniteurs, mais également en diversifiant les activités de loisirs, pour proposer une offre de villégiature hivernale privilégiée.

La préparation des Jeux Olympiques d’hiver est l’occasion pour la Chine de développer, moderniser, d’agrandir et de diversifier un parc de stations « phares », en mettant l’accent sur des aménagements de qualité, des services professionnels, des activités variées, une mise en valeur du milieu naturel, susceptibles d’inspirer les stations existantes ou en création.

 A l’image des Jeux Olympiques de Grenoble, les Jeux Olympiques de Pékin sont « la première pierre » à l’édification d’un Plan Tourisme Montagne chinois, permettant l’émergence d’une pratique des loisirs sportifs hivernaux de qualité. Grâce à cette volonté politique et aux investissements qui l’accompagnent, la Chine ambitionne de construire une industrie touristique de montagne diversifiée, différente de ses concurrents et voisins asiatiques. Le tout avec l’appui d’entreprises françaises membres du Cluster Montagne.

Le Club Med bien implanté en Chine

Le Club Med est présent en Chine depuis 2003 en ouvrant un bureau à Shanghai et a inauguré son premier resort en 2010 dans la station de montagne de Yabuli. L’opérateur, dont l’actionnaire est le chinois Fosun – compte actuellement 9 resorts  dans le pays (Sanya, Guilin, Beidahu, Yabuli, Lijiang et Changbaishan), dont 3 Club Med JoyView (Yanqing, Golden Coast et Anji) destinés à de plus courts séjours. Le Club Med prévoit d’accélérer son développement en Chine avec l’ouverture de 7 nouveaux resorts et 5 Club Med Joyview entre 2022-2024, dont 3 à la montagne.

Laurent Guena

Rédacteur en chef adjoint.
Contact: laurent.guena@sport-et-tourisme.fr

1 Commentaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER