Bergisel, le tremplin de saut à ski qui défie les lois de la nature

À l’occasion d’une visite dans le Tyrol et de sa capitale Innsbruck, il ne faut manquer de faire un saut – c’est le moins que l’on puisse dire – au tremplin olympique de Bergisel. Une petite merveille architecturale qui, été comme hiver, ouvre sur un panorama spectaculaire.

Bergisel, le tremplin de saut à ski qui défie les lois de la nature 1
Depuis le sommet du Bergisel, une vue à 360° sur la ville d’Innsbruck. ©David Savary

Tout en bas il y a le cimetière. Bien visible. Lorsqu’ils s’élancent, les sauteurs l’ont dans leur champ de vision. Les visiteurs lorsqu’ils grimpent au sommet du tremplin aussi. La blague est récurrente : « Si tu sautes, t’as ta place direct au cimetière ». Il n’empêche, le Bergisel demeure une attraction sportive et touristique de premier rang.

Une œuvre d’art aux formes et au design avant-gardistes

Un peu d’histoire. Le tremplin de Bergisel voit sa première compétition en 1927. Plusieurs fois remodelé, il sert de support aux Jeux Olympiques d’hiver en 1964 et 1976. Il accueille aussi chaque année autour du Nouvel An la troisième étape de la Tournée des quatre tremplins (Oberstdorf et Garmisch-Patenkirchen en Allemagne, Bischofshofen en Autriche), une compétition ô combien spectaculaire et particulièrement suivie par tous les fans de saut à ski.

Le tremplin de Bergisel, une rampe de 98 mètres, n’est pas celui qui enregistre les plus longs sauts mais c’est assurément le plus beau. Le plus esthétique. Les spécialistes s’accordent pour le dire. Son succès s’explique par le fait qu’il ait été renouvelé en 2002 par l’architecte irako-britannique Zaha Hadid faisant de cette installation une œuvre d’art aux formes et au design avant-gardistes. Il est vrai aussi qu’en son point le plus haut, le tremplin de Bergisel offre une vue à couper le souffle, un panorama à 360° sur Innsbruck et les montagnes environnantes.

Pour accéder au sommet, deux possibilités, à pied avec 255 marches à gravir (rassurez-vous, cela s’effectue sans trop de difficultés mais cela permet de se rendre compte de l’inclinaison de la pente, 37°), ou en empruntant une télécabine. Un ascenseur vous fait encore grimper de presque 50 mètres pour atteindre la terrasse sur le toit de la tour et jouir de cette vue imprenable à 250 mètres au-dessus d’Innsbruck. L’étage inférieur abrite un café-restaurant panoramique. Disposant de 120 places, celui-ci peut être privatisé dans le cadre de séminaires et incentives.

Vue sur les gradins, le cimetière et les montagnes

Outre la vue sur la ville, le cimetière et les montagnes, de là-haut on admire aussi l’amphithéâtre coloré à même d’accueillir jusqu’à 28 000 spectateurs lors des grandes compétitions. S’il est peut-être compliqué d’acquérir des tickets pour l’une des étapes hivernales de la Tournée des quatre tremplins, à la belle saison il n’est pas rare d’admirer quelques sauteurs s’élancer sur la pente et atterrir en douceur sur l’herbe synthétique. Des entrainements qui font le bonheur des vidéastes et photographes.

Bergisel, le tremplin de saut à ski qui défie les lois de la nature 2
Une pente inclinée à 37°. ©DS

Visible de toute la ville et s’intégrant parfaitement dans le paysage urbain, le tremplin de Bergisel dispose en différents endroits de panneaux explicatifs, en français notamment, ce qui est suffisamment rare à Innsbruck pour être signalé, permettant de mieux se familiariser avec l’endroit. En redescendant à pied, on peut aisément déambuler dans la partie inférieure de l’arène, flâner dans la boutique, en apprendre toujours plus sur l’histoire des JO et du saut à ski, et faire une énième photo à côté des anneaux olympiques.

Le tremplin de Bergisel dispose de son propre parking. Le prix d’entrée est de 10 euros par adulte. Mais il figure aussi au menu de la « Innsbruck Card » qui permet d’accéder à tous les attraits touristiques de la capitale du Tyrol.

Bergisel, le tremplin de saut à ski qui défie les lois de la nature 3
Maintenant c’est à votre tour de vous lancer/ ©DS

*Le saut record sur le tremplin de Bergisel est détenu par l’autrichien Michael Hayböck avec 138 m réalisés lors de la Tournée des 4 tremplins 2014-2015.

Davantage de renseignements sur Innsbruck et le Tyrol, c’est ici.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER