Hémotion, la start-up qui rajeunit l’image du secourisme

Ancien Commando Marine, membre des forces spéciales françaises, Tony Busch s’est lancé dans l’entrepreneuriat il y a un peu plus d’un an en lançant Hémotion, une marque qui entend « révolutionner l’image du secourisme en France ». La start-up propose produits et des formations qui s’adressent tout particulièrement aux adeptes de l’outdoor et aux passionnés d’extrême.

Hémotion, la start-up qui rajeunit l’image du secourisme 1
Tony Busch, 30 ans, un militaire devenu entrepreneur spécialisé dans l’univers du secourisme. ©DR

Après dix années passées au sein des forces spéciales de la marine nationale, Tony Bush fait le point sur son devenir personnel et professionnel. « Soit je restais toute ma vie dans cette institution, c’est passionnant mais très prenant, soit j’envisageais autre chose. C’était le moment » évoque ce passionné de sport aujourd’hui âgé de 30 ans.

Marqué aussi par les attentats de Paris et de Nice en 2015 et 2016, Tony Bush qui s’est alors senti « bête et impuissant » s’est dit qu’un jour il mettrait ses compétences au service du grand public. Ayant mûri sa réflexion, il a donc décidé de créer sa propre start-up baptisée Hémotion. « Le nom et le logo (un cœur) sont faits pour ne pas faire peur aux gens » explique-t-il. Selon lui, « mettre une croix blanche sur une trousse rouge n’est pas la bonne chose à faire. Il faut désacraliser le sujet ». À noter que le mot émotion est précédé d’un h, « un h comme hémorragie car finalement c’est ce que l’on redoute le plus lorsqu’on est isolé » précise l’intéressé.

Via son entreprise, Tony veut en effet « révolutionner l’univers du secourisme ».Dépoussiérer le concept et lui redonner un coup de jeune. Des sportifs professionnels tels que Stéphane Tourreau, vice-champion du monde d’apnée, Yoann Leroux, champion du monde de Parkour, ou Mickaël Mawem, finaliste en escalade aux JO de Tokyo, soutiennent et encouragent son initiative.

Formations sur-mesure aux premiers secours

Basée à l’ouest de Montpellier, la start-up Hémotion délivre des formations spécifiques auprès des clubs, associations, universités, en lien aussi avec les filières STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives), mais également en direction des staffs de sportifs professionnels. Titulaire des « plus hautes certifications en matière de secourisme », Tony Busch adapte ses formations en fonction des différentes pratiques sportives, « ce n’est pas la même chose lorsqu’on forme des moniteurs de ski ou si l’on s’adresse à des kitesurfeurs. L’environnement est différent » explique-t-il.

Avantage, ces formations sont disponibles en ligne et donc accessibles aux particuliers. Un module sur-mesure intitulé « Running, trail et randonnée » permet par exemple de savoir quoi faire lors d’une sortie outdoor. C’est ici l’occasion d’apprendre à réagir face à une entorse ou une fracture, reconnaitre les signes d’un malaise (hypoglycémie, hypothermie, hyperthermie) ou encore de contrôler n’importe quelle hémorragie. Côté tarif, cette formation en ligne d’une durée de 100 minutes est facturée 89,90 euros. Utile et peut-être salvateur. Une statistique indique que « 30% de la population française a déjà assisté une fois dans sa vie à une formation de premiers secours. Chez nos voisins Allemands, Norvégiens ou Danois, ce chiffre s’élève à 80% » relève Tony Busch.

« Kit sports extrêmes et canette de soins »

Hémotion, la start-up qui rajeunit l’image du secourisme 2
La canette de soins résiste aux chocs et est conforme aux réglementations aéroportuaires. ©DR

Hémotion, c’est également une partie produit avec différents équipements de secours (garrot, porte garrot, pansement compressif…) et notamment un kit « sports extrêmes ». Cette petite tousse compacte facturée 59 euros contient un matériel adapté et certifié (garrot tourniquet, pansement compressif, gants en nitrile, couverture de survie…) facile à utiliser en cas de situation d’urgence. « Il s’agit bien plus qu’un simple kit, souligne Tony Busch, car il bénéficie des nouvelles technologies ». Ainsi le kit comporte plusieurs QR Code correspondant à des situations différentes. De même en approchant son smartphone au centre du logo, une puce NFC permet d’accéder à une série de petites vidéos explicatives d’une à deux minutes que l’on prendra soin de regarder avant sa sortie, histoire de réviser.

Hémotion, la start-up qui rajeunit l’image du secourisme 3
Le Kit Hémotion, pour tout connaitre en cas de situation d’urgence.

Mais le produit d’appel proposé par la marque Hémotion est une « canette » de soins  (14,90 euros) contenant tout ce qu’il faut (pansements, désinfectants…) pour répondre à de petites blessures. Mais pourquoi diable une canette ? « Aujourd’hui, avance Tony, la référence en matière de sports extrêmes c’est Red Bull. Et si Red Bull donne des ailes, nous, nous voulons les protéger. En se calant sur une canette de soda, le trompe l’œil est parfait ». « En fait, insiste le dirigeant, le secourisme ne doit pas être quelque chose de repoussant ou anxiogène mais au contraire attractif ».

« Nous nous devons d’être ambitieux et vite » affirme le jeune entrepreneur qui a postulé pour intégrer l’incubateur AD’OCC Sport lancé par l’agence de développement économique d’Occitanie. De deux personnes à plein temps, il espère ainsi recruter un ou deux salariés supplémentaires afin d’accroitre son développement. Pour l’instant uniquement commercialisée en ligne, la marque Hémotion ambitionne d’intégrer d’ici la fin de l’année les commerces et magasins spécialisés sport. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER