Matériel de sport d’occasion : sur LinkNsport le marché bat son plein

En ligne depuis deux ans, la plate-forme LinkNsport met en relation des acheteurs et des vendeurs de matériel de sport d’occasion. Décryptage avec sa fondatrice Sophie Fehringer.

Matériel de sport d’occasion : sur LinkNsport le marché bat son plein 1
Sophie Fehringer, fondatrice de la plate-forme LinkNsport.

« Le Vinted du matériel de sport ». Voilà une comparaison que ne renie pas Sophie Fehringer à l’origine du concept LinkNsport il y a quelques années. « Je me suis rendue compte qu’on ne trouvait pas toujours le matériel d’occasion recherché à proximité de chez soi » résume la dirigeante déplorant alors « qu’il n’existait pas de plate-forme spécifique avec paiement sécurisé qui puisse mettre en lien, et en toute confiance, vendeurs et acheteurs ».

Sept catégories et près de 1 000 annonces publiées

En compagnie de quelques amis, l’idée est lancée. Ne reste plus qu’à la concrétiser. Ce sera chose faite avec la création d’une SARL en 2017 puis la mise en ligne de la plate-forme LinkNsport à l’hiver 2019. Depuis deux ans, ce sont ainsi près de 1 000 annonces, concernant aussi bien les particuliers que les professionnels, qui ont été publiées. Ces annonces figurent dans six catégories : Equitation, Golf, Cyclisme, Ski, Fitness muscu, Nautique, plus une septième nommée « Autres ». « Au départ, parce que pas suffisamment détaillées ou à caractère trop commercial… nous refusions pas mal d’annonces. Aujourd’hui cela s’est arrangé » explique la responsable. L’accent est mis sur la valorisation du produit avec « des photos détourées, un descriptif détaillé ainsi qu’un moteur de recherche percutant ».

La catégorie la plus prisée est celle relative au « Fitness muscu ». « Nous avons des professionnels qui vendent du matériel à l’unité (Ndlr : bancs de muscu, rameurs, tapis de course, vélos elliptiques, vélos d’appartement…) mais également des gestionnaires de salles de sport qui vendent par lots, soit parce qu’ils ferment leur structure ou renouvellent leur matériel » affirme Sophie Fehringer. « En contrepartie, poursuit la dirigeante, nous avons des acheteurs, des sportifs qui cherchent une machine pour s’entrainer à domicile, ou encore des professionnels, préparateurs physiques, coachs, kinés… qui ont besoin d’acquérir des lots ».

Tendance observée chez la market place, des demandes croissantes d’entreprises qui souhaitent aménager des salles de sport pour leur collaborateurs. C’est le cas par exemple d’un EHPAD qui s’est doté récemment de six machines pour son personnel soignant. Il est vrai qu’avec la crise sanitaire, où le besoin de faire de l’activité physique conjugué à la fermeture des salles de sport ne s’est jamais fait autant ressentir, le phénomène s’est accéléré. « Je suis beaucoup sollicitée par des acheteurs » confirme Sophie Fehringer qui a dû mettre en place « une liste d’attente pour du matériel spécifique ». Simplement parce qu’en raison de la crise, certains produits sont en rupture de stock, avec des fabricants qui ont pris du retard dans leur chaine de production.

Faire du sport grâce à du matériel à prix abordable

Chez LinkNsport, le panier moyen se situe aux alentours de 800 euros, avec des prix affichés sur la plate-forme entre 30 et 40% inférieurs au prix neuf. « Cela va même jusqu’à 60 – 70%, en fait tout dépend de l’urgence du vendeur » complète la responsable qui tient à préciser que « ce n’est pas du matériel désuet ou qui ne fonctionne pas, parfois même il n’a jamais été utilisé avec juste des gens qui veulent s’en débarrasser ». Avantage : en recyclant du matériel en état de marche, on évite ainsi du gaspillage. C’est surtout la possibilité pour chacun d’acquérir des produits de qualité à prix abordable et surtout, ne l’oublions-pas, l’opportunité de faire du sport.

Afin de sécuriser ses transactions, LinkNsport travaille avec Mangopay, une solution de paiement intégrale adossée à la banque Crédit Mutuel. « Le vendeur est payé 17 jours après la réception de la marchandise par l’acheteur » précise Sophie Fehringer qui se rémunère « uniquement lorsque la transaction est réalisée, à savoir 15% hors taxes sur le prix de la vente ». Preuve du dynamisme de l’entreprise, celle-ci envisage de rassembler un public plus large en s’ouvrant en dehors des frontières françaises. Une clientèle belge ou suisse a déjà fait part de son intérêt pour la plate-forme.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter