« J’ai réussi à suivre l’ultracycliste Axel Carion »

Le journalise Cédric Ferreira (France 24) a réalisé, en février, un tour de France (18 étapes, 3000 km) en compagnie de l’ultra-cycliste Axel Carion. Plus que l’exploit sportif, il retiendra de cette « Belle Evasion » le formidable accueil des Français qui n’ont pas hésité à les accueillir le temps d’un dîner et d’une nuit, même en cette période de crise sanitaire.

Axel Carion
Axel Carion (à gauche) et Cédric Ferreira ont parcouru quelque 3000 km dans toutes les régions de France en 18 jours.

Quand nous avons parlé à Cédric Ferreira au téléphone, un peu plus d’une semaine après l’arrivée de « sa » Belle Evasion en compagnie de l’ultra-cycliste Axel Carion, organisateur du BikingMan, il était chez le vélociste pour faire régler sa « bicyclette » avant de repartir à nouveau, en mode plus tranquille. « L’overdose. Je n’ai pas fait de vélo pendant une semaine », sourit-il. Après avoir pédalé dans toutes les régions de France et parcouru 3000 km en 18 jours, on comprend.

Journaliste, Cédric Ferreira a couvert de nombreux BikingMan et quand Axel Carion lui a proposé de participer à cette Echappée Belle, pédaler dans toute la France pendant 18 jours à la rencontre des Français, il n’a pas hésité longtemps même s’il ne pratique le cyclisme que depuis moins d’un an – il quand même fait cet été la route des Grandes Alpes, de Thonon-les-Bains à Nice. « Je me suis quand même demandé si Axel ne m’envoyait pas droit dans le mur ».

– « T’inquiète, on s’adaptera à ton rythme », lui a répondu l’ultra-cycliste. Soit, tout de même, 18 km/heure de moyenne sur l’ensemble du parcours.

Partir avec l’expérimenté Axel Carion, qui lui avait prêté un de ses vélos pour l’occasion, avait aussi quelque chose de rassurant. « Je me suis dit qu’il avait déjà été confronté à toutes les situations compliquées que je pourrais vivre ».

Les débuts, au départ de Cannes, ont été difficiles. Les vélos pèsent quand même vingt kilos. « Il faisait très froid. J’ai été direct dans le dur. Pour quitter les Alpes-Maritimes, c’est beaucoup de dénivelés. J’avais les jambes broyées, des douleurs au talon d’Achille et aux fesses mais je n’ai jamais pensé à abandonner ».

« Nous avons été reçus comme des rois, c’est le souvenir que je retiendrai »

Grace à l’expérience et aux conseils d’Axel Carion, les douleurs se sont atténuées, il a « repris confiance » et trouvé son rythme. Cerise sur le guidon, tous les soirs, avant 18 heures, il fallait trouver un point de chute façon « J’irai dormir chez vous ». Les appels sur les réseaux sociaux ont été plus que fructueux et les volontaires ne manquaient pas pour accueillir les deux aventuriers. « Nous avons dû faire un tableau Excel pour tracer notre itinéraire en fonction des invitations. J’ai été surpris par cette bienveillance en période de Covid, reconnait le journaliste. La solidarité de la communauté cycliste existe et c’est le souvenir que je retiendrai, nous avons été reçus comme des rois. Nous avons été accueillis à bras ouverts et ça fait du bien ».

« J'ai réussi à suivre l'ultracycliste Axel Carion » 1
Sur la route comme chez l’habitant, les deux aventuriers ont reçu un accueil chaleureux et bienveillant.

Il n’empêche : nos deux cyclistes, en raison des aléas liés aux contraintes de l’itinéraire, ont été obligés de dormir deux nuits à l’extérieur dont une fois dans un abri pour pèlerins, à Fraisse (Dordogne) et l’autre dans un abribus , à Belmont-Sainte-Foi (Lot). « J’aurais comme ça pu tester tous les cas de figure ».

« J'ai réussi à suivre l'ultracycliste Axel Carion » 2
A Fraisse (Dordogne) cet abri pour pèlerins aura été le bienvenu pour passer la nuit.

Bientôt un documentaire

Au Mont-Saint-Michel, c’est in-extremis, avant de faire demi-tour, qu’ils ont obtenu la bénédiction du père Henri pour dormir dans son bureau au sein de la maison du pèlerin. Sans doute l’un des souvenirs les plus marquants de cette épopée.

« J'ai réussi à suivre l'ultracycliste Axel Carion » 3
Le Mont-Saint-Michel est en vue, les deux cyclistes auront obtenu le droit de dormir dans le bureau du Père Henri, dans la maison du pèlerin.

« Si j’ai réussi à le faire, c’est que ce n’est pas inaccessible », glisse-t-il, modeste, même si, évidemment, « il faut faire du sport régulièrement et avoir l’habitude de l’effort physique ». Il est maintenant de nouveau prêt à pédaler ; « j’ai quand même envie de voir si j’ai franchi un cap,  ». Ne l’a-t-il pas déjà été ? Il aura quand même réussi à suivre « le grand cycliste Axel Carion ».

Cédric Ferreira et Axel Carion, dont les BikingMan ont régulièrement servi de supports à des reportages (France 2, L’Equipe 21), ont tourné de nombreuses images qui vont faire l’objet d’un documentaire. Ils sont actuellement à la recherche d’un diffuseur.

Laurent Guena

Rédacteur en chef adjoint.
Contact: laurent.guena@sport-et-tourisme.fr

Laurent Guena
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

Recevoir la Newsletter