En route vers les plus hauts sommets d’Amérique Centrale et de République Dominicaine

Des plages certes mais également des sommets à couper le souffle. L’Amérique Centrale et de République Dominicaine invitent à prendre de la hauteur et se délecter de la beauté des paysages.

En route vers les plus hauts sommets d’Amérique Centrale et de République Dominicaine 1
Vue depuis le Parc National du volcan Barú à l’ouest du Panama. ©DR

L’Amérique Centrale possède de magnifiques spots de plongée, la République Dominicaine aussi. Moins connus en revanche sont les sites d’escalade. Entre montagnes époustouflantes et sommets impressionnants, il y a pourtant matière à s’exercer. Le volcan Tajumulco au Guatemala, le Barú au Panama, les collines du Chirripó au Costa Rica ou encore le Duarte en République Dominicaine sont quelques-uns des nombreux sommets vertigineux de la région. De quoi ravir les amateurs de sensations fortes.

Le majestueux Volcan Tajumulco au Guatemala

En route vers les plus hauts sommets d’Amérique Centrale et de République Dominicaine 2
©DR

Au-delà de 4 000 mètres d’altitude, on retrouve un écosystème différent appelé « toundra alpine », où les zacatonales et les mousses sont les plantes principales puisque les arbres n’ont pas d’oxygène à cette altitude. C’est l’un des meilleurs endroits où pratiquer l’escalade et le camping grâce à ses deux pics culminants. Le plus grand se trouve à l’est et comporte un petit cratère d’environ 50 mètres de diamètre ainsi qu’une tour de triangulation. Le plus petit est connu sous le nom de Cerro Concepción et mesure 4 100 mètres de haut.

À travers les nombreux montons qui arpentent le volcan on peut y également y retrouver des pommes de terre, des légumes et d’autres produits qui sont cultivés sur ses pentes. Vers la mi-montagne, la végétation est constituée de forêts de pins, de chênes, d’oyamels, de genévriers et de conifères, qui rendent le paysage verdoyant. 

Le Cerro Chirripó au Costa Rica : une immersion inoubliable

En route vers les plus hauts sommets d’Amérique Centrale et de République Dominicaine 3
©DR

Fondé en 1975, le Parc National du Chirripó possède l’une des plus hautes montagnes d’Amérique Centrale : le Cerro Chirripó. La montagne surplombe le paysage à plus de 3 820 mètres d’altitude. Le parc se situe dans la Cordillère de Talamanca et s’étend sur plus de 50 920 hectares. Avec ses 320 kilomètres de long, le Chirripó est la plus longue chaîne de montagnes du Costa Rica. Ses variations altimétriques, climatiques et édaphiques font du lieu l’une des zones les plus diversifiées du Costa Rica sur le plan écologique.

Pour accéder au parc, il faut tout d’abord se rendre à San Gerardo de Rivas où commence une randonnée à travers cette zone sauvage allant de 1 400 mètres au bord des Caraïbes et du Pacifique, à 3 821 mètres, au sommet de la colline du Chirripó. La vue au sommet de la montagne est exceptionnelle, autant par la variété de formations glaciaires, telles que des vallées en forme de U, des lagunes ou encore des terrasses bordées par les côtes des Caraïbes et du Pacifique. Le parc est un refuge pour un grand nombre d’animaux sauvages tels que les tapirs, les jaguars, les quetzals et les chardonnerets. Le lieu est connu pour être un observatoire d’oiseaux grâce aux différents niveaux altitudinaux du parc. Et pour se reposer, le parc dispose d’un joli pavillon confortable pour ses visiteurs, situé dans le Valle de los Crestones, à plus de 3 400 mètres d’altitude.

Volcan Barú au Panama : sur les origines du continent

En route vers les plus hauts sommets d’Amérique Centrale et de République Dominicaine 1
©DR

Avec une superficie de 143,22 kilomètres carrés, le Parc National du volcan Barú est situé dans la province de Chiriqui, à l’ouest du pays. Le parc offre de multiples façons de profiter de la nature sur des sentiers tels que Los Quetzales à travers la forêt tropicale qui abrite de nombreuses espèces d’arbres gigantesques sur les pentes fertiles du plus haut volcan actif du Panama. L’ascension du volcan Barú est l’occasion de profiter d’un paysage qui renferme les secrets des origines du continent américain.

Son sommet qui est le plus élevé de l’isthme à 3 475 mètres au-dessus du niveau de la mer offre un panorama sur l’océan Atlantique et Pacifique. Les sentiers donnent un accès aux différents cratères du volcan Barú, ce qui permet ainsi de découvrir des dizaines d’espèces d’oiseaux incroyables. L’itinéraire est réalisable en quatre à huit heures de marche, ou pour les moins sportifs, en seulement 30 minutes en véhicule tout-terrain.

La rivière Chiriqui Viejo qui traverse Boquete est idéale pour pratiquer des sports d’aventure comme le rafting ou encore le canoë. Le col de Respingo, est quant à lui parfait pour l’observation des oiseaux comme le quetzal guatémaltèque ou le magnifique toucan à bec arc-en-ciel. On peut également y observer de jolies fleurs comme les orchidées ou les fougères sauvages. L’incontournable café aromatique du Boquete, récompensé dans le monde entier pour la complexité de ses notes au goût intense, est l’endroit parfait pour finir sur une touche à la fois douce et corsée.

Le vertigineux Pico Duarte en République Dominicaine

En route vers les plus hauts sommets d’Amérique Centrale et de République Dominicaine 5
©DR

Du haut de ses 3 084 mètres, le Pico Duarte est le sommet le plus élevé Antilles. Il se situe dans la Cordillère centrale en République Dominicaine, entre deux parcs nationaux, le Parc National Armando Bermudez et le Parc National Jose del Carmen Ramirez.

Selon l’itinéraire, il est possible d’atteindre son sommet en deux ou trois jours de randonnée. Le premier itinéraire Jarabacoa-Manabao-La Ciénaga-Compartición-Valle de Lilís-Pico Duarte, est le plus connu et se réalise généralement en deux jours. Lors de ce voyage au cœur de la Cordillère centrale, la vue sur les forêts tropicales est spectaculaire. L’itinéraire nécessite l’accompagnement d’un guide officiel. Il est possible de passer la nuit dans les campings officiels de Compartición ou de Valle de Lilís. La randonnée exige un certain niveau physique et d’endurance, il est donc recommandé de se préparer avec du matériel adapté.

David Savary

Rédacteur en chef
Contact: david.savary@sport-et-tourisme.fr

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La Newsletter de Sport et Tourisme.

Chaque semaine, nous vous envoyons une sélection d'articles consacrés au tourisme sportif.

RECEVOIR LA NEWSLETTER